Bienvenue sur JeuxOnLine - MMO, MMORPG et MOBA !
Les sites de JeuxOnLine...
 

Dossier The International 2015

Les équipes du Major de Shanghai, partie 1 : les invités

12 février 2016 à 10:24 | Par Darwyn | 395 commentaires

Seize équipes se retrouvent à Shanghai entre le 25 février et le 6 mars pour disputer le deuxième tournoi Major et pour décrocher le million qui va avec la première place.


Parmi les seize équipes qui iront à Shanghai, la moitié ont été invitées directement par Valve et Perfect World (respectivement producteur et exploitant du jeu en Chine) qui coorganisent le tournoi. Cet article s'attache à présenter ces équipes-là, un futur s'attachera aux huit autres, issues d'un processus de qualification. Des statistiques générales et des pronostics seront proposés par la suite.

 

OG, les champions de Francfort

OG est une jeune équipe, formée seulement fin août 2015 à partir de joueurs d'horizons variés (plusieurs anciens de Heroes of Newerth d'ailleurs), d'abord connue sous le nom de Monkey Business. L'équipe a notamment intégré une pubstar qui n'avait que peu d'expérience de la compétition à haut niveau, Miracle-. Le joueur vedette est cependant N0tail, pilier du groupe et récipiendaire de l'adoration de nombreux fans depuis des années.

OG avait énormément joué dans la version 6.85, et énormément gagné également. Sa maîtrise des arcanes de cette version était incomparable et cela a sans doute pesé lourd dans la balance lors du Major de Francfort. Après des premières journées décevantes qui avaient valu le Loser Bracket à l'équipe, celle-ci a remonté l'intégralité de l'arbre jusqu'à remporter la finale, du jamais vu dans un tournoi de ce niveau sur Dota 2.

OG remporte le trophée
OG remporte le trophée

Après le Major, OG a poursuivi les compétitions pendant quelques semaines (les performances à The Summit 4 ont été mitigées), puis a pris plus d'un mois de vacances. Elle n'est réapparue qu'à l'occasion de la MDL Winter fin janvier 2016, où elle a fini troisième derrière EHOME et EG. OG a très peu évolué en compétition sur la version 6.86 (huit Bo3 à peine) mais a priori les joueurs sont sur les rangs pour remporter le deuxième Major de la saison.

1/2. Miracle-
1/2. N0tail
3. MoonMeander
4. Crit-
5. Fly

 

Evil Geniuses, champions du monde et tenants du titre

Voilà bientôt deux ans qu'EG s'est imposée dans le petit groupe de tête des équipes mondiales : la réorganisation du début 2014 (arrivée de ppd, Arteezy et zai) a globalement propulsé l'équipe nord-américaine en tête des équipes occidentales, ce qui a été confirmé à TI4 avec une belle quoiqu'un peu décevante troisième place. Le départ d'Arteezy et zai pour Secret début 2015, contrairement aux prédictions, a renforcé EG qui a brillamment remporté le Dota 2 Asia Championship (ancêtre du Major de Shanghai) en février, puis The International 2015 - et pas mal de podiums entre les deux.

Après TI5, EG a réintégré le fils prodigue Arteezy, se séparant d'Aui_2000. Arteezy a pris la place de Fear, vétéran du groupe, passé de ce fait au poste de support. Les débuts ont été poussifs : peu de parties jouées, un ESL One New York raté. Mais au Major de Francfort, EG a montré qu'elle possédait de la réserve et s'est placée à la troisième place. Depuis le Major, EG reste au sommet : victoire à The Summit 4, deuxième place à la MDL Winter et au StarLadder.

Voilà une autre équipe qui a toutes ses chances dans le Major de Shanghai. La transition de Fear en support a excellemment fonctionné, Universe demeure l'un des meilleurs (sinon le meilleur) offlaner du monde. C'est peut-être du côté du draft que réside le talon d'Achille d'EG en ce début 2016 (Alliance puis EHOME l'ont battue là-dessus), mais ppd devrait sans souci parvenir à surmonter l'obstacle.

1. Arteezy
2. SumaiL
3. UNiVeRsE
4. Fear
5. ppd

 

Team Secret, des signes de ralentissement

Avant Francfort, Secret réorganisée totalement fin août était en pleine ascension et faisait figure de favorite. La donne a changé début 2016 : depuis la deuxième place au Major précédent, Secret n'a pas réussi grand chose. Contrairement au début de saison, Secret n'a plus réussi à atteindre un podium en LAN : WCA, StarLadder, MDL Winter, tout au tournoi au vinaigre. Décembre a été sacrément difficile pour une équipe habituée à gagner, avec à peine 31 % de victoires ; et janvier n'a pas été particulièrement faste non plus.

Depuis la MDL Winter où elle a à peine réussi à faire top 8 (sur dix), Secret a cessé de participer à des compétitions. Manière de recharger les batteries et de se préparer hors de la pression sur la 6.86 pour le Major ? En tous cas, l'équipe a choisi de ne pas s'investir dans les rares tournois actuels, même si w33 a fait office de standin pour Mama Boys dans le tournoi en CD.

Il est difficile de dire ce que peut faire Secret à Shanghai. Jusque-là, la 6.86 ne semble pas leur avoir réussi : lenteur à adapter les drafts, reconversion malaisée après l'éclipse de héros phares ? Quoiqu'il en soit, les joueurs sont les mêmes, le talent est là. Il n'y a en soi aucune raison de ne pas parvenir à rebondir.

1. EternaLEnvy
2. w33
3. Misery
4. Puppey
5. pieliedie

 

EHOME, top 1 en Chine, favoris à Shanghai ?

Si une équipe est en pleine ascension depuis près d'un an, c'est bien EHOME. Après l'échec d'une tentative sino-malaisienne, l'équipe est revenue sur la scène chinoise en mars 2015 et a progressivement trouvé ses marques. Après un bel International (place 5-6), elle a perdu son capitaine et plusieurs joueurs. Du coup, elle s'est réorganisée en intégrant de nouveaux venus dirigés par un vétéran émérite, LaNm. Il n'était pas certain que le pari fonctionnerait, la scène chinoise étant traditionnellement assez figée.

A Francfort, en novembre, la justesse des choix de EHOME a éclaté : il s'en est fallu de peu pour que l'équipe, partie sur une incroyable lancée, n'accède au podium. En fait, il est possible qu'OG, portée par une même dynamique, ait été à ce moment-là la seule équipe capable de la battre.

Depuis Francfort, et surtout depuis la sortie de la 6.86, EHOME a clairement assis sa domination sur la scène chinoise. A la MDL Winter, elle a montré que les meilleures équipes occidentales n'étaient pas au niveau. Puis, comme d'autres, elle a arrêté de se disperser pour se préparer au Major. Cette fois, les favoris sont peut-être chinois : EHOME sera probablement l'équipe à abattre.

1. Cty
2. old chicken
3. eLeVeN
4. LaNm
5. Kaka

 

Vici Gaming, la malédiction des grands tournois

Vici Gaming a émergé fin 2013 et, depuis, se positionne dans le groupe de tête des équipes chinoises. D'abord en retrait par rapport à de grands noms comme DK ou iG, sa deuxième place à The International 2014 et la liquidation de DK la propulsent au premier rang. Basée sur un noyau dur - ses deux supports, Fenrir et surtout fy le capitaine, et le joueur mid Super -, elle intègre alors la vedette iceiceice.

Reste la position du carry : depuis août 2014, VG en a tenté plusieurs. Malgré d'excellents résultats avec l'Allemand Black^, le courant ne passait pas et Hao (ex-NewBee) a été intégré à la place. Les résultats se sont ensuite tassés, VG a perdu sa position de top 1 chinois et top 3 mondial et a in fine connu un destin à la DK à TI5. En août 2015, Hao repart. Zyf, très prometteur qui s'était révélé chez LV Gaming puis EHOME, est recruté mais mis immédiatement sur le banc de touche : Vici Gaming a réussi à mettre la main sur BurNIng, qui demeure un joueur de légende.

Le souci c'est que, depuis le début de la saison, VG fait clairement partie du top 8 mondial, sans parvenir à se hisser plus haut. Le Major a été une déception parmi d'autres : en dehors du Nanyang Championship, Vici Gaming n'a pas atteint une seule finale cette saison et a tendance à mieux se sortir des phases de groupes que des Playoffs. Si le Major de Shanghai ne voit pas un renversement de tendance, il est probable que l'équipe procède à des changements à l'occasion du Nouvel An chinois (exit BurNIng ?).

1. BurNIng
2. Super
3. iceiceice
4. fy
5. Fenrir

 

CDEC et ses difficultés

CDEC est issue de LGD, avec une émancipation progressive puis définitive en 2014. Après un passage par le DAC, CDEC a perdu son joueur vedette, Maybe, reparti chez LGD. Les autres sont restés ensemble et, à force de persévérance, l'équipe s'est retrouvée sur une phase ascendante au printemps 2015, ce qui a débouché sur un fantastique parcours à TI5 : CDEC est passée du Wildcard Tournament à la finale, portée notamment par le Gyrocopter d'Agressif, le Bounty Hunter de garder ou les drafts de Q.

Ce succès a valu à CDEC de nombreuses invitations aux gros tournois de cette saison. Sans grande réussite d'ailleurs, puisque la performance n'a été intéressante qu'au Major de Francfort (5-6e). En ce sens, la deuxième place à TI5 est peut-être la seule chose qui a permis à CDEC d'être présente dans les tournois actuels - passer par les qualifications ne leur aurait pas forcément permis de disputer les finales.

Sur la scène chinoise et plus encore sur la scène mondiale, CDEC ne fait guère recette désormais, les clefs du succès sur la 6.84 ne fonctionnant manifestement plus. Le style se montre plus hésitant et CDEC ne semble pas avoir réussi à imprimé sa marque sur les versions 6.85 voire 6.86, alors qu'elle avait en grande partie dicté la méta de l'International. Une performance médiocre ou carrément mauvaise à ce Major remettrait sans doute en question l'intégrité du groupe, alors que la deuxième line-up, CDEC.Youth, monte en puissance.

1. Agressif
2. Shiki
3. Xz
4. Q
5. garder

 

Virtus Pro ou la davai party

L'équipe Virtus Pro actuelle est largement issue d'une création de 2014, NVMI, qui a ensuite été intégrée par VP comme deuxième équipe, VP.Polar, avant de devenir la première et unique. Au gré de ces changements, certains joueurs ont été intégrés ou remplacés. A l'exception de Silent arrivé récemment à la place d'Illidan, les joueurs sont ensemble depuis avril 2015. VP a clairement été l'équipe européenne qui a monté tout au long de la saison précédente, devenant in fine la meilleure équipe de la zone CIS.

Après un bon International 2015 (5-6e), Virtus Pro a gagné ses entrées dans les tournois majeurs de la saison nouvelle. Les performances, bien qu'inégales, sont plutôt bonnes : deux finales de tournois importants (WCA et The Summit 4), un top 8 à Francfort. Ces résultats ont confirmé notamment que personne ne concurrence sérieusement VP sur la scène CIS. L'arrivée de Silent a permis sans doute de gagner en stabilité, les excellentes parties d'Illidan étant obscurcies régulièrement par des décisions pour le moins contestables, russes jusqu'au bout des ongles.

L'inconnue réside toutefois, pour Shanghai, dans le peu de présence de l'équipe dans les tournois de 2016. Au StarLadder, Virtus Pro n'a pas fait grand chose puisqu'elle n'a pas dépassé les phases de groupe. Il est donc assez difficile de savoir si l'équipe pourra accéder au top 6 du Major de Shanghai, afin de ne pas reculer.

1. Silent
2. G
3. DKPhobos
4. Lil
5. fng

 

Alliance, le retour de la vengeance des rats

La dernière invitation envoyée par les organisateurs du Major a fait couler beaucoup d'encre. Il faut dire qu'après la fin de 2013, qui fut clairement l'année [A], l'équipe a sombré en 2014 et a fini dans les bas-fonds de la scène professionnelle européenne. En 2015, elle a été la première équipe victorieuse dans un International à ne pas participer à une édition suivante. Une déchéance difficile, qui a conduit à une forte instabilité dans le roster.

Autant dire qu'en dehors des fans de toujours, peu de monde pariait sur Alliance au début de la saison actuelle. L'équipe de 2013-2014 était quasiment reformée avec le retour de s4, mais il a fallu attendre octobre pour qu'elle décolle à nouveau en se qualifiant pour plusieurs tournois majeurs, dont le Major de Francfort. Là, Alliance n'a pas spécialement brillé, mais elle a évité les dernières places.

Alliance, vainqueurs de The International 2013, avec l'Aegis of the Champions

s4, EGM et Bulldog sur la scène de The International 2013

Le mois de décembre a conduit à une réelle accélération : la 6.86, qui a redonné ses lettres de noblesse au splitpush et aux héros fétiches des joueurs, a clairement boosté l'équipe. Avec la récupération d'EGM, la line-up de la grande époque était réunie. Cela a conduit Alliance à remporter coup sur coup deux tournois majeurs, le WCA en Chine puis le StarLadder en Biélorussie, face aux meilleures équipes mondiales.

Un triomphe inattendu après dix-huit mois de galère qui pose la question : "Is Alliance back ?" Le retour d'Alliance a été attendu longtemps par ses fans, la dynamique actuelle pourrait bien aboutir à une victoire à Shanghai. En espérant que la 6.87 ne brise pas cette lancée.

1. Loda
2. s4
3. AdmiralBulldog
4. EGM
5. Akke

 

A suivre la semaine prochaine : les huit équipes qualifiées.