Bienvenue sur JeuxOnLine - MMO, MMORPG et MOBA !
Les sites de JeuxOnLine...
 

Dossier The International 2015

Les équipes du Major de Shanghai, partie 2 : les qualifiés

17 février 2016 à 08:04 | Par Darwyn | 395 commentaires

Seize équipes se retrouvent à Shanghai entre le 25 février et le 6 mars pour disputer le deuxième tournoi Major et pour décrocher le million qui va avec la première place.

 


Parmi ces seize concurrents, huit ont été invités (ils ont fait l'objet d'une présentation dans nos colonnes la semaine dernière). Les autres ont dû passer par un processus de qualification, avec un tournoi par grande région et deux places pour chacune. Ces qualifications se sont tenues au début du mois de janvier.

Major Shanghai 2016

 

Amériques

Complexity Gaming

coL est réapparue dans le paysage compétitif Dota 2 après TI4. Elle a été marquée par une instabilité assez forte, à lier à des performances décevantes. En mai 2015, l'arrivée de trois joueurs (dont Fly et MoonMeander partis en août fonder Monkey Business) a lancé pour de bon la machine : qualification à l'International et début de tournoi très réussi. Ce relatif succès a permis aux joueurs qui le souhaitaient d'aller ailleurs.

Après TI5, l'équipe a connu quelques changements, tout en restant organisée autour de deux frères, swindlemelonzz et Zfreek. Les résultats ont recommencé à stagner : après le Major Fall (où coL n'était pas qualifiée), elle a absorbé trois joueurs issus de la décomposition de l'équipe suédoise Ninjas in Pyjamas, qui se sont exilés aux USA. Il faut dire que l'effet d'aubaine est réel : le niveau du "NA Dota" est plutôt faible, et il y a des places simples à récupérer pour les gros tournois.

Les performances avec cette équipe mixte ne sont guère impressionnantes, mais cela a tout de même permis d'accéder au Major de Shanghai. Le souci est que, jusqu'à présent, la confrontation avec des équipes d'autres régions n'a pas donné grand chose : aux finales de la MDL comme dans le tournoi en Captain's Draft de DotaCinema, coL a été éliminée sans ambages. Le Major pourrait donc être douloureux avec un atterrissage sans douceur sur les dernières places.

1. Chessie
2. Limmp
3. swindlemelonzz
4. Zfreek
5. Handsken

 

Team Archon

Archon avait tenté avant TI5 une incursion dans le paysage Dota 2, mais le piètre résultat dans le Wildcard Tournament a vite conduit à la disparition de l'équipe. Pourtant la structure a retenté sa chance en faisant passer sous sa bannière la récemment reformée FIRE, dirigée par FLUFFNSTUFF.

Archon est un peu la miraculée de ce Major : elle n'a absolument rien fait depuis le début de la saison. Les échecs se sont accumulés dans les qualifications pour les gros tournois - pis, pour le Major de Francfort, elle n'a même pas traversé les Open de pré-qualification ! Même dans les tournois internes à la zone, où la concurrence est faiblarde (EG ne joue pas les petits tournois américains), Archon ne s'est jamais imposée jusqu'à présent.

Autant dire que l'équipe ne partait pas favorite pour les qualifications au Major d'hiver. Et pourtant, elle les a remportées, battant dans les Playoffs successivement Complexity puis Digital Chaos. Un épiphénomène et un gros coup de chance ? Par la suite, Archon a renoué avec ses résultats mitigés. Elle n'a jamais été confrontée à de grosses équipes mondiales et ne brille pas sur la scène américaine : un nouveau miracle peut-il éviter les dernières places à la Team Archon à Shanghai ?

1. Jeyo
2. monkeys-forever
3. Moo
4. whiteBeard
5. FLUFFNSTUFF

 

Asie du Sud-Est

Fnatic

La structure européenne s'est étendue à la fin du printemps 2015 en Malaisie, en saisissant l'opportunité de récupérer l'équipe de Mushi. De grands espoirs pouvaient être placés sur elle, mais l'ESL One Francfort puis The International 2015 ont été catastrophiques. Du coup, en août, elle s'est largement réorganisée en ne conservant que Mushi et Ohaiyo. Le moins que l'on puisse dire, c'est que cela n'a pas donné grand chose.

Sur une scène SEA traditionnellement très éclatée et au niveau faible, Fnatic n'a pas réussi à s'imposer, contrairement aux grosses équipes malaisiennes des années précédentes (Orange, Titan, Team Malaysia), et malgré un casting de choix. Certes, elle a réussi à se qualifier au Major d'automne, mais derrière Mineski et seulement pour se faire éliminer rapidement.

Après Francfort, Black^ a été éjecté (les tentatives successives de dépaysement ne paient pas pour le joueur allemand). Fnatic a obtenu une nouvelle qualification pour le Major en janvier. Rien de plus : au StarLadder, elle n'a pas dépassé les phases de groupes. Elle ne brille guère sur la scène asiatique et les rares rencontres avec les grosses équipes mondiales tournent en sa défaveur. Là encore, il risque d'être ardu de décoller du bas du classement à Shanghai.

1. Mushi
2. Miduan
3. Ohaiyo
4. DJ
5. Net

 

MVP Phoenix

La meilleure équipe coréenne depuis 2013 a survécu au retrait de Nexon de Dota 2 : c'est  l'une des rares rescapées en Corée du Sud, où le jeu n'a pas vraiment pris. Au cours de la saison 2014-2015, elle était clairement l'une des meilleures équipes de la zone SEA (à égalité avec la multiforme Team Malaysia/EHOME/Fnatic), accédant à de nombreuses phases finales de tournoi. L'excellent parcours à The International 2015, aidé par une certaine dose de chance, a abouti à un top 8 inespéré (829 000 $ !). L'équipe semblait pouvoir se passer du soutien financier de Nexon et prétendre à une place dans le concert mondial.

Las, les joueurs extra-coréens sont partis, d'autres joueurs se sont arrêtés et MVP a dû mixer ses deux équipes pour conserver une line-up imposante. Et le bilan est pour le moins mitigé : en début de saison, MVP Phoenix a récupéré quelques invitations, qui se sont taries. Elle n'a pas réussi à s'imposer dans la zone SEA malgré la faiblesse de Fnatic, et a même échoué dans les qualifications pour le Major de Francfort.

La dernière réorganisation, en décembre 2015, a donné un peu de souffle et a permis de décrocher la seconde place pour Shanghai. En dehors de ça, MVP Phoenix ne joue que peu, gagne moins encore. De ce fait, pour MVP Phoenix aussi le challenge sera d'éviter les dernières places. Il semble invraisemblable d'envisager un parcours similaire à celui de TI5, bien que les Coréens aient prouvé par le passé qu'ils sont capables de surprendre.

1. MP
2. QO
3. Forev
4. Febby
5. DuBu

 

Chine

LGD

Depuis des années, LGD perd de sa superbe dès lors que xiao8 n'en est plus le capitaine - cela a été très net en 2014. Etant donné qu'il s'est mis en retrait après The International 2015, en toute logique, le rythme a été brisé. Malgré une collection de joueurs très forts et, sur le papier, de grandes capacités, il manque un petit quelque chose à l'heure actuelle. A Francfort comme dans la plupart des gros tournois auxquels LGD a participé, les résultats n'ont pas été mauvais, sans pour autant être bons.

Du coup, les trois invitations dévolues à des équipes chinoises sont allées à la concurrence : CDEC, EHOME et VG, toutes trois mieux classées au Major d'automne. LGD a dû passer par les qualifications, comme à TI3 ou TI4. Une simple formalité, d'ailleurs, LGD ayant largement survolé le tournoi. Cela n'en reste pas moins un camouflet, surtout en songeant qu'une victoire face à Alliance au WCA aurait assuré l'invitation.

Les résultats dans les dernières LAN sont encourageants : 2e au WCA, 3-4e au StarLadder. C'est mieux qu'en début de saison. Toutefois, un obstacle se met toujours en travers de la route de LGD. Une sorte de malédiction qui ne date d'ailleurs pas d'hier. A Shanghai, une occasion supplémentaire se présente pour inverser la tendance et montrer au monde que LGD reste LGD.

1. Sylar
2. Maybe
3. r0tk
4. MMY!
5. DDC

 

NewBee

Après un an ou presque au fond du trou, NewBee relève la tête. Suite à The International 2014 et au départ de xiao8 (toujours lui), les performances en 2015 ont été particulièrement mauvaises, que ce soit au DAC ou à TI5. A peu près enterrée par de nombreux observateurs malgré divers remplacements de joueurs (et le retour de Hao), NewBee a pourtant réussi à se qualifier au Major de Francfort - pour terminer aux dernières places.

C'est finalement la dynamique descendante d'autres équipes qui s'est avérée salutaire pour NewBee : elle n'est pas la seule au fond du trou. Invictus Gaming, en difficulté encore plus grande, perd ChuaN, qui intègre NewBee en décembre 2015. L'intégration d'un autre support, moins expérimenté mais prometteur, complète la line-up.

La nouvelle formule de NewBee fonctionne : en décembre et en janvier, l'équipe renoue avec un ratio de victoires positif. Mieux, elle se qualifie pour deux évènements majeurs, entre le Major de Shanghai et les finales de la MDL Winter où elle termine en milieu de tableau, à la même place que VG. Rien d'extraordinaire en soi, mais le début 2016 marque le retour de l'équipe sur la scène chinoise après un an d'éclipse. Si EHOME paraît loin devant, le fossé semble en revanche se combler avec les autres (VG, CDEC, LGD). Le Major Shanghai est l'occasion de confirmer la trajectoire ascendante de ce début d'année, ne serait-ce qu'avec un honorable top 8.

1. Hao
2. Mu
3. Xiao2lei
4. ChuaN
5. Ie

 

Europe

Liquid

Liquid est réapparue en octobre avec l'absorption de 5Jungz, formée peu avant  autour des joueurs allemands Kuroky et FATA. Elle s'est placée d'office dans le groupe de tête des équipes européennes, jouant beaucoup et remportant de nombreuses victoires. Le premier tournoi important disputé a cependant débouché sur une réelle déception : Liquid n'a pas réussi à se qualifier pour le Major de Francfort.

En dépit de ce premier échec, l'équipe a persévéré et s'est placée dans plusieurs tournois majeurs. Fin 2015-début 2016, elle y a fait bonne figure, en accédant à deux podiums en LAN. Entretemps, elle a remporté deux tournois de moindre importance, plus ou moins limités à la scène européenne (ou occidentale, ce qui revient souvent au même) : The Defense, D2CL. Autrement dit, elle s'est positionnée en tête des équipes évoluant sur la scène européenne, juste derrière celles qui reçoivent leurs invitations pour tous les tournois majeurs.

La qualification pour le Major d'hiver était attendue et n'a donc pas constitué une surprise. Liquid continue à jouer beaucoup, souvent beaucoup plus que les équipes invitées au Major, ce qui peut constituer un avantage certain, sur le modèle d'OG en 6.85. Elle ne sera sans doute pas regardée comme l'un des favoris au Major ; pour autant, elle dispose probablement des atouts pour réaliser un beau parcours.

1. MATUMBAMAN
2. FATA-
3. MinD_ContRoL
4. JerAx
5. Kuroky

 

Team Spirit

A la fin du shuffle qui a suivi The International 2015, des joueurs d'Europe d'ex-URSS sont restés sur le carreau : ils se sont réunis pour former CIS Rejects. Les débuts ont été poussifs, avec tout de même quelques réussites dans certains tournois de qualification ou dans de petits tournois. Cela a finalement permis à l'équipe de se distinguer et à être acquise par une nouvelle structure, devenant la Team Spirit en décembre.

Par la suite, l'équipe a participé à ses premières phases finales de gros tournois, StarLadder puis MDL Winter. En finissant dans les derniers, dans les deux cas, mais l'important pour Spirit, c'était déjà d'y être. Janvier a aussi vu la qualification au Major de Shanghai, qui a contrebalancé des défaites par ailleurs nombreuses.

Que peut espérer y faire la Team Spirit ? Sans doute pas grand chose. Ce qui n'est pas forcément gênant en soi : elle est toujours en phase de progression, a intégré des joueurs avec très peu d'expérience compétitive, notamment le mid Iceberg. Participer au Major devant des équipes comme Empire, Na`Vi ou Vega est en soi un succès. L'important est de conserver une dynamique positive.

1. RAMZES666
2. Iceberg
3. AfterLife
4. ALWAYSWANNAFLY
5. Goblak

 

Plus que d'habitude, et surtout plus qu'à The International 2015, le fossé semble important entre les régions "faibles" (Amérique et Asie du Sud-Est) et, de l'autre côté, l'Europe et la Chine. Il serait surprenant que les dernières places ne soient pas monopolisées par les qualifiés venus des deux premières régions - coup de bol énorme ou hasard des rencontres. Signe des temps, pour Shanghai comme pour Francfort, les invitations ne sont allées à aucune équipe de la zone SEA et qu'à une seule équipe américaine, EG. A se demander si réserver quatre places à chaque Major pour les équipes de ces deux zones conserve du sens.

 

A venir : statistiques comparées et pronostics.