Bienvenue sur JeuxOnLine - MMO, MMORPG et MOBA !
Les sites de JeuxOnLine...
 

Dossier The International 2015

Présentation des concurrents de TI7 : Invictus Gaming

22 juin 2017 à 11:44 | Par Darwyn | 113 commentaires

D'ici The International, découvrez l'ensemble des participants au tournoi. La deuxième invitée est chinoise et se présente sous le nom des vainqueurs de TI2.


Une équipe renouvelée

Invictus Gaming en 2017 n'a plus rien à voir avec les champions du monde de The International 2012. Les ultimes vestiges de cette époque ont disparu au cours des deux dernières années avec le départ de ChuaN, Faith et surtout Ferrari_430. Au cours de la saison 2015-2016, Invictus Gaming a d'ailleurs disparu des radars, réduite à une équipe de second plan sur la scène chinoise avec de très rares apparitions dans des LANs. La structure s'est alors recentrée sur la progression de ses jeunes pousses de l'équipe secondaire, iG.Vitality : Xxs et BoBoKa ont basculé chez Invictus Gaming en mars 2016.

En septembre 2016, Invictus Gaming s'est largement refondue. Aux deux recrues d'iG.V se sont ajoutés Op, lui aussi passé par l'écurie iG.V, l'ancien capitaine de CDEC, Q, et le carry légendaire chinois, BurNing – qui avait par ailleurs déjà joué sous les couleurs d'Invictus Gaming en 2015. Dans l'ensemble, une équipe composée de quatre membres ayant émergé ces deux dernières années épaulés par seulement un vétéran émérite – un genre d'attelage qui aurait été particulièrement atypique il y a un an ou deux à peine mais qui devient monnaie courante sur la scène chinoise.

Les premiers mois n'ont pas été flamboyants, c'est le moins que l'on puisse dire. Invictus Gaming n'est pas parvenue à se qualifier pour un tournoi de premier rang avant le mois de janvier 2017. Sur la scène nationale, iG faisait partie du groupe des challengers, derrière NewBee, Wings, EHOME ou iG.Vitality, qui avaient plus de réussite. IG a d'ailleurs dû sa première présence dans une LAN internationale au désistement de NewBee, qui s'était qualifiée à l'origine !

iG à l'EPICENTER : Op, BoBoKa, Q, Xxs et BurNIng

L'ascension

Le vent a tourné à partir de janvier 2017 : Invictus Gaming est alors passée de succès en succès, en commençant par se qualifier pour le Dota 2 Asia Championship 2017, puis en montrant à la Dota Pit League (saison 5) qu'elle avait du répondant face aux grosses équipes mondiales. Pendant quatre mois, elle a enchaîné les bons résultats, se qualifiant systématiquement aux tournois majeurs, en particulier le Major de Kiev.

La véritable révélation de l'équipe date pourtant de la fin mars, lorsque Invictus Gaming entame le DAC 2017 : tout d'abord, une domination nette du groupe B, suivie de victoires sans appel dans les phases finales contre NewBee – la meilleure équipe chinoise à ce moment – puis en Bo5 contre OG, sur un score rare de 3 à 0. Ceux qui découvraient alors cette version d'iG ont été bluffés par les rotations du position 4 BoBoKa, par la tête chercheuse Xxs toujours à l'affût de la bonne initiation ou par le talent individuel d'Op au mid – que BurNing soit un carry d'exception ne pouvait guère surprendre quiconque. La capacité du drafteur Q à s'adapter aux adversaires tout au long du tournoi a prouvé que le capitaine de CDEC à TI5 n'avait pas perdu la main.

La victoire au DAC a apporté de l'argent et de la confiance aux joueurs, mais elle a eu son revers : iG a été davantage étudiée et a peut-être trop révélé. Le Major de Kiev montre une équipe moins dominante, plus aisément mise en difficulté – surtout contre des équipes européennes qu'elle n'a pas l'habitude de rencontrer. Virtus Pro l'élimine sans coup férir en demi-finale, un bon résultat certes, mais moins bon que ce qui pouvait être espéré ; de plus, cette défaite intervient avec deux fois un Riki de BoBoKa totalement contré par les joueurs russes, montrant que le jeu d'iG est devenu lisible.

Les tournois suivants sont dans la même veine. Les résultats restent corrects, sans plus, et surtout iG reste sur le type de plan de jeu qui lui a tant réussi au DAC, sans forcément essayer de s'adapter aux changements de version. Cela rend non seulement leurs drafts plus fragiles, plus simples à contrer, mais il est également plus aisé pour les adversaires d'anticiper leurs rotations ou leurs décisions.

 

Depuis la 7.0...

  • 177 parties disputées - iG est l'équipe qui a le plus joué
  • 67,8 % de victoires
  • 73 parties Radiant, 104 parties Dire
  • Les parties gagnées par iG durent en moyenne 37 minutes 31
  BurNIng Op Xxs BoBoKa Q
Nombre de héros différents joués 16 17 17 26 23

Les joueurs

BurNing

Actif depuis 2008 sur DotA puis Dota 2, BurNIng est un joueur de légende surnommé en Chine « B-god ». Il a fait partie des meilleures équipes chinoises pendant des années, EHOME il y a longtemps, DK de 2011 à 2014. Depuis l'éclatement de la « dream team » DK de 2013-2014, BurNIng a un peu erré : un temps sans équipe, il a ensuite fait partie d'un mix sans structure, Big God, puis a été recruté par Invictus Gaming pour la fin de la saison 2014-2015. Il a passé la saison suivante chez Vici Gaming, une année laborieuse sans résultats. En septembre 2016, il est repassé chez Invictus Gaming. Les bonnes performances depuis janvier 2017 ont fait taire les mauvaises langues qui insinuaient qu'il avait fait son temps. Ceci était, il tente depuis des années de décrocher un titre à The International, sans succès jusqu'à présent.

  • The International 2012 : DK, 4ème place
  • The International 2013 : DK, 5-6ème place
  • The International 2014 : DK, 4ème place
  • The International 2015 : Invictus Gaming, 9-12ème place

BurNIng est avant tout un joueur de carry, même s'il a occupé la position 4 un certain temps lors de la saison précédente chez VG. Il reste d'ailleurs une référence pour de nombreux héros, avant tout pour son Antimage. Il est un joueur très polyvalent, capable de jouer des héros très diversifiés en fonction des besoins, et de plus il peut faire évoluer son itemisation d'une partie sur l'autre pour l'adapter finement à la situation. Cela explique pourquoi les bans des équipes adversaires ne se concentrent pas vraiment sur lui. Ces derniers mois, cependant, il a peu changé de héros et a énormément joué Juggernaut et Lifestealer (presque la moitié du temps).

Héros-signatures : Antimage, Juggernaut, Morphling
A surveiller : Vengeful Spirit

Burning the Anti-Mage

Sur DotA, les héros avaient des noms secondaires et l'un des « fun names » d'Anti-Mage était Burning, qui était le joueur de référence pour ce héros. Il détient le record de GPM sur Dota 2 avec Anti-Mage : 1040 or par minute contre OG lors du Major de Kiev. Sur Dota 2, cependant, AM n'est que son huitième héros le plus joué.

 

Op

Op est un joueur à haut MMR qui était peu connu hors de Chine jusqu'à ces derniers mois. Il n'a en effet commencé sa carrière compétitive qu'au printemps 2016, lorsqu'il est recruté dans l'équipe secondaire d'Invictus Gaming, iG.Vitality. Il y demeure six mois, jusqu'à ce qu'il bascule dans l'équipe principale dans laquelle il est resté toute la saison.

  • Première participation à The International

Op est un pur joueur de solo mid et il est apparu comme un excellent joueur à ce poste lors du DAC 2017. Cependant son pool de héros est plutôt restreint. Il joue de préférence des héros capables de tuer rapidement, en bougeant au besoin, sur la ligne sinon, et il se tire très bien des situations de pur 1v1. Lorsque BurNIng est sur un héros de fin de partie, Op tient la baraque tant que le carry n'est pas encore prêt à se lancer.

Héros-signatures : Ember Spirit, Lina, Tinker
A surveiller : Death Prophet

Un sinistre brasier

Op est le joueur qui a le plus joué Ember Spirit sur les versions 7.x (71 % de victoires), avec une différence notable par rapport à tous les autres mid : c'est avant tout lorsque Invictus Gaming est du côté Dire que Op obtient son Ember Spirit.

 

Xxs

Xxs est un jeune joueur (il fêtera ses dix-huit ans quelques jours après TI7) repéré au début de la saison 2015-2016 par DK, qui le recrute pour constituer une équipe amateur. Au bout de quelques mois, il passe dans l'équipe secondaire d'Invictus Gaming, iG.Vitality, où il joue avec BoBoKa. En mars 2016, il a basculé dans l'équipe principale, toujours avec BoBoKa : ils sont tous deux les plus anciens de l'équipe actuelle. Jusqu'au début de l'année 2017, il n'avait vraiment évolué que dans des compétitions purement chinoises.

  • Première participation à The International

Xxs est l'offlaner d'Invictus Gaming et joue exclusivement le rôle de la tête chercheuse à ce poste, avec des initiateurs, le plus souvent solides (beaucoup de héros force) et dotés d'un sort de contrôle. Il a donc le même rôle chez iG que celui Faith_bian pour Wings Gaming l'an dernier. Cela se reflète sur ses achats, qui comportent sur la plupart des héros une Blink Dagger suivie d'objets de placement ou utilitaires. Xxs n'hésite pas à chercher du farm lorsque son héros le permet, et une Hand of Midas l'aide souvent à maintenir une progression d'items satisfaisante.

Héros-signatures : Legion Commander, Magnus, Slardar
A surveiller : Enigma

Grade : général

Xxs est, de loin, le joueur qui joue le plus souvent Legion Commander ces derniers temps (30 parties depuis la 7.0), avec un winrate de 77 %. Il est l'un des meilleurs offlaners avec ce héros : tant pour la moyenne de kills, le KDA ou le GPM, il est dans les premiers.

 

BoBoKa

Joueur de la nouvelle génération chinoise, BoBoKa a fait ses premiers pas en compétition à compter de l'été 2015. Il a débuté dans des petites équipes de la scène chinoise, semi-professionnelles, comme TongFu.WanZhou puis DK, ce qui lui a permis de se faire remarquer. Il a intégré iG.Vitality à sa formation, en même temps que Xxs, puis a basculé avec lui dans l'équipe principale en mars 2016. Comme lui, il est un « ancien » de la line-up actuelle.

  • Première participation à The International

BoBoKa s'est imposé au printemps 2017 comme l'un des meilleurs supports de type roamer de la scène compétitive. Très actif en début de partie, il récolte énormément d'informations pour son équipe et frappe là où il est le moins attendu, en se déplaçant de manière silencieuse et furtive (avec Riki ou Monkey King, notamment). Ses déplacements ont été une part importante dans la victoire de son équipe au DAC. Au fil des versions, ses héros ont évolué : il est plus rarement sur les héros agilité qui ont fait sa renommée, davantage sur des héros force désormais (Kunka, Night Stalker ou Slardar, par exemple).

Héros-signatures : Earth Spirit, Monkey King, Riki
A surveiller : Night Stalker

Le roi Louie

Aucun joueur professionnel n'a autant joué (et gagné) avec Monkey King depuis sa sortie : 30 parties, 23 victoires. Il a l'un des meilleurs KDA avec ce héros.

 

Q

Avec BurNIng, Q est l'autre joueur d'expérience chez Invictus Gaming. Il est cependant lui aussi issu d'une génération récente de joueurs chinois : s'il a un peu joué à DotA, il a évolué dans des équipes semi-professionnelles jusqu'au printemps 2014. Il a ensuite intégré l'écurie de LGD, LGD.CDEC devenue CDEC en octobre de la même année. Il est ensuite resté jusqu'à la fin de l'été 2016 le capitaine de cette équipe, qu'il a conduite à The International 2015 en tant que capitaine et drafteur du Wildcard Tournament jusqu'en finale ! Il a intégré iG lors du remaniement de septembre 2016 et en est depuis le nouveau capitaine.

  • The International 2015 : CDEC, 2ème place

Q est clairement un support de lane : là où son binôme BoBoKa (ou dans le temps garder) bouge, lui demeure avec son carry pour lui assurer un bon départ. Il a un pool de héros très large, comprenant l'essentiel des supports défensifs du jeu, mais pas uniquement. Il adapte de ce fait ses héros à la version sans problème. Il est un vrai position 5 : une grande partie de ses revenus passent dans l'achat de consommables et il s'équipe très peu, très lentement. Lorsque son équipe perd, son GPM peut être extrêmement faible.

Héros-signatures : Crystal Maiden, Jakiro, Rubick
A surveiller : Visage

Des héros atypiques

Q fait partie des supports qui ont le plus joué sur la 7.0 des supports peu courants de nos jours, comme Undying, Jakiro ou Phoenix. De manière amusante, il est pour chacun de ces trois héros le deuxième joueur à les avoir le plus employés.

 

Conclusion

Invictus Gaming est avant tout une équipe de jeunes joueurs prometteurs issus de la nouvelle génération, épaulés par l'expérience légendaire de BurNIng. Elle ne faisait pas partie des équipes les plus en vue après le shuffle post-TI6 (à ce moment, iG.Vitality paraissait même plus solide), mais le temps passé ensemble, sans changer de joueurs à tout bout de champ, a porté ses fruits. Invictus Gaming a engrangé les bénéfices à partir du début de l'année 2017 et a connu une très belle séquence en avril (DAC puis Major de Kiev), qui lui a valu son invitation directe pour TI7.

Qu'attendre d'Invictus Gaming à TI7 ? En avril, iG était en capacité de surprendre ses adversaires et de les surpasser avec un jeu rôdé et encore mal compris. Pendant les deux mois suivants, les performances ont commencé à marquer le pas, avec un manque de renouvellement devenu de plus en plus problématique, à la fois parce qu'il a été plus simple pour les adversaires de se préparer, et à la fois parce que la méta évolue très vite. Un style de jeu qui fonctionne excellemment à un moment donné peut se retrouver rapidement abandonné, surtout lorsque les sous-versions s'enchaînent comme c'est le cas sur ces derniers mois.

Bref, Invictus Gaming a une tâche ardue d'ici TI7 : se réinventer pour proposer autre chose. Mais la synergie d'équipe, le talent individuel et l'intelligence de jeu sont là et ce sont de formidables bases sur lesquelles s'appuyer.

L'avis de l'expert et fan absolu de la scène chinoise, Shiba :

On peut tout attendre d'iG. Une victoire tout d'abord, sinon un top 3. Une victoire serait évidemment la bienvenue. En effet, il y a deux personnes que j'ai toujours admirées sur la scène chinoise, 71 et BurNIng. Vu que 71 est en semi-retraite, je serai à fond derrière BurNIng. IG a fait une bonne année (même si ça a ralenti) et je pense qu'ils ont le potentiel pour faire un excellent tournoi.

Je trouvais que BurNIng avait d'énormes lacunes dans son jeu de carry avant cette année, et qu'il les a comblées. Il sait davantage s'adapter aux parties qu'avant, où il était un peu cantonné à son jeu de farm assez passif. Maintenant, il sait davantage allier agressivité et farm. Ce serait du coup une contre-performance énorme si BurNIng finissait derrière Arteezy.

Sinon, pour les autres, à part BoBoKa, je les trouve constants sans avoir vraiment d'engouement pour eux. Ils sont très forts, bien entendu, mais quand je pense à iG je pense d'abord à BurNIng, un peu à BoBoKa. Mais ce ne sont pas cinq stars, et c'est bien d'ailleurs : une équipe a besoin de ciment, pas seulement d'individualités. Invictus Gaming est pour moi équilibrée sur ce plan-là.