Bienvenue sur JeuxOnLine - MMO, MMORPG et MOBA !
Les sites de JeuxOnLine...
 

Dossier The International 2015

Dota 2 en France (2) : le point de vue d'Hugo de Zero Respect

13 avril 2014 à 09:06 | Par Darwyn | 17 commentaires

Une série d'entretiens JoL-Dota 2 fait le point sur la situation de Dota 2 en France. Le point de vue d'Hugo, commentateur et capitaine actuel de la meilleure équipe française, Zero Respect.


Bonjour Hugo, pourrais-tu te présenter, notamment ton parcours sur Dota ?

Bonjour ! Mon parcours sur Dota a commencé en 2007, donc il est un peu compliqué à résumer. J'ai surtout évolué en tant que casual sur DotA et j'ai commencer à toucher au compétitif à la sortie de Dota 2 vers 2011. C'est aussi à cette époque que j'ai rejoint la FroggedTV et que j'ai fait mes premières armes en tant que commentateur, notamment à l'Azerty Party et à l'ESWC fin 2011. J'ai ensuite fait partie de l'équipe Baguette avant de monter Zero Respect pour l'ESWC 2013.

Zero Respect - Hugo
Zero Respect - Hugo

Comment s'est formée l'équipe Zero Respect ?

Quelques mois après avoir quitté Baguette, j'étais vraiment en manque de compétition. J'ai commencé à arpenter la scène à la recherche de coéquipiers potentiels pour l'ESWC 2013, et j'ai rencontré Karim/Obey/Wiz qui avait sacrément les mêmes objectifs que moi. On n'était qu'à quelques semaines des premiers qualifiers pour l'ESWC donc on a dû aller vite pour compléter l'équipe, et c'est assez naturellement que les anciens coéquipiers de MadGaming de Karim nous ont rejoint : Ph0eNiiX, Joraal et Crio_J.

L'équipe a ensuite beaucoup évolué, à cause du manque de motivation de certains, mais dans l'ensemble l'état d'esprit est resté le même : jouer beaucoup, jouer bien, massacrer tout le monde (d'où le nom de l'équipe).

 

Quel investissement cela représente-t-il de faire partie d'une équipe comme ZR, en terme de temps de jeu, d'entraînement ?

Ca demande pas mal de temps. Pour résumer, je dirais qu'on a un rythme de quatre soirs d'entrainement par semaine, auxquels viennent s'ajouter les tournois. Au final, en période chargée on joue six soirs par semaine et les après-midis en week-end.

Il y a évidemment des périodes creuses, des périodes où on se concentre plus sur les entraînements que sur les tournois, mais dans l'ensemble on essaye de garder un minimum de quatre soirs par semaine.

Zero Respect - Logo
Zero Respect - Logo

Au cours des deux dernières saisons de la ligue du Bourbier, Zero Respect s'est imposée comme l'une des meilleures équipes en France. Qu'est-ce que cela représente pour vous, même si plusieurs équipes très attendues (aAa, Sigma.fr) ont disparu avant cette saison 4 ?

La scène française n'a jamais été un objectif en soi pour l'équipe. Se battre pour une première place partagée en deux ou trois équipes, ça n'a rien d’intéressant et ça limite énormément les possibilités de l'équipe. Comme je l'ai expliqué plus haut, l'équipe est basée sur le principe qu'on peut battre n'importe qui si on s'en donne les moyens, donc on vise évidemment la scène internationale.

Pour revenir sur les départs de Sigma.fr et aAa, c'est clairement une situation triste pour la scène FR mais c'est naturel. Des équipes partent, d'autres arrivent. Nous, on se contente de jouer nos adversaires. J'espère que de bonnes équipes se formeront bientôt car il y a pas mal de bons joueurs qui n'attendent que ça.

 

Zero Respect a aussi participé ces derniers mois à quelques tournois internationaux, dont le Yard White Festival au cours duquel vous avez réalisé un parcours intéressant en Lower Bracket. Dans la JoinDOTA League, vous vous en êtes bien sortis en division 2.3. Quels espoirs avez-vous pour la suite au vu de ces résultats ?

A l'exception du Yard Festival, nos résultats sont en dessous de nos espérances : on a échoué à un point des play-offs pour la division 1 de JDL, on ne s'est pas qualifié pour le FragBite ni pour l'ESL One. Mais comme je le disais plus haut : on peut battre n'importe qui si on s'en donne les moyens. On n'a pas été très rigoureux récemment donc on en paye le prix.

Mon espoir pour la suite c'est de réussir à remettre la machine en marche et retrouver notre bonne dynamique pour l'équipe pour atteindre notre vrai potentiel.

 

Que manque-t-il à Zero Respect à l'heure actuelle, tant au niveau de votre jeu que de ce qu'il y a autour (fanbase, visibilité...) ?

Dans notre jeu, on manque beaucoup de rigueur et d'expérience. Les deux vont de pair et, même si on a déjà beaucoup progressé de ce côté là depuis quelques mois, il y a encore du chemin à faire.

En dehors, je pense qu'un soutien financier nous ferait du bien. Actuellement, la scène compétitive fonctionne de manière très élitiste : les grosses équipes (top 10) touchent 90% des cashprizes et les équipes moyennes se partagent les miettes. Pour vous donner un exemple, notre 3ème place au Yard Festival (devant des équipes comme Next.kz, Rox.Kis, Mym, ect..) ne nous a pas rapporté un centime. Le cashprize était réparti entre les deux premiers. A l'inverse, le XMG Captain's Draft organisé par Dota Cinema recompensait 4 des 6 équipes invitées au tournoi, c'est à dire que Sigma et Alliance qui ont "juste" gagné deux parties en captain's draft ont touché 5 000$ chacune. C'est cruel mais c'est comme ça, au moins ça pousse à vouloir atteindre le top.

Sinon, je remercie évidemment tous les gens qui nous soutiennent, mais je ne pense pas que la fanbase ou la visibilité de l'équipe aient quelque chose à voir avec nos résultats. On s'est lancé dans une aventure, et on le fait pour nous, on veut devenir les meilleurs, à nous de prouver qu'on peut le faire, pas besoin de fans pour nous tenir la main. Attention, je ne dis pas ça pour dénigrer tous les fans d'une équipe ou d'une autre, mais je considère tout cela comme un bonus : tu réussis, les gens te soutiennent. Je ne pense pas que ça fonctionne dans l'autre sens et qu'une équipe puisse ne pas réussir parce qu'elle manque de soutien.

Zero Respect à l'ESWC : Joraal - Crio_J - Ph0eNiiX - Karim - Hugo
Zero Respect à l'ESWC : Joraal - Crio_J - Ph0eNiiX - Karim - Hugo

De façon générale, si Dota 2 rencontre un succès grandissant dans beaucoup de zones géographiques (ex-CEI, Europe du Nord, Chine, SEA dont récemment la Corée du Sud...), son audience reste très limitée en France. Comment expliquerais-tu cet état de fait ?

La scène compétitive est assez peu développée en France, la plupart des anciens sont partis et la scène manque cruellement de leader sur un jeu qui nécessite énormément d'expérience et de connaissances. C'est normal, le temps que de nouveaux talents se forment.

Pour la scène casual, elle souffre d'un manque de publicité de la part des grandes structures du jeu vidéo en France (je stream pour Millenium donc j'en sais quelque chose !) mais je pense qu'elle se développe plutôt bien en ce moment (http://www.dota2.com/overview/external?l=french : la France ne représente pas spécialement un trou). On ne connait pas l'effet de mode qu'il peut y avoir en Russie/Ukraine pour le moment, mais je suis plutôt optimiste quand à la suite pour Dota 2. Un jeu avec un succès pareil va forcement se répandre, et c'est un bon jeu donc il va rester.

 

Que faudrait-il d'après toi pour élargir vraiment l'audience du jeu en France ?

Je pense qu'on est sur la bonne voie : la ligue française fonctionne bien, les streams français se diversifient et fonctionnent bien, les communautés sont actives. J'adorerais qu'un investisseur croit en Dota et vienne mettre le paquet pour créer un beau portail autour de Dota 2 qui permettrait de rassembler tous les joueurs autour d'un site complet, tout en récompensant les bénévoles qui font énormément de travail dans l'ombre, mais même ça ne ferait qu’accélérer un développement en cours.

Encore une fois, je suis assez optimiste pour Dota 2 en France. Il existe un climat assez négatif chez les différentes personnes qui travaillent autour de Dota 2 en France, et je pense que c'est au contraire ce genre d'attitude qui freine le jeu. A force de transmettre des messages négatifs et à force de se concentrer sur les aspects négatifs de développement du jeu, cela crée un climat assez défaitiste autour du jeu et cela dissuade certaines personnes de s'investir davantage. C'est dommage, Dota 2 n'a pas la chance d'être poussé par tous les gros diffuseurs français, donc son enveloppement sera forcement plus lent et plus calme que celui d'autres jeux. Il n'en reste pas moins un jeu qui marche et qui a besoin de bénévoles et de passionnés pour le faire avancer. Si on commence à convaincre tout le monde que le jeu ne fonctionnera pas, alors on crée un cercle vicieux qui freine inévitablement son développement.

 

Un dernier mot pour la fin ?

Tout d'abord merci pour l'interview, c'est sympa d'avoir une fenêtre pour exprimer son avis.

Ensuite, je voudrais transmettre un message à tous ceux qui voudraient une scène compétitive plus active en France : pourquoi pas vous ? Pourquoi toujours les autres ? Dota 2 manque de bons leaders en France, pas spécialement de bon joueurs, pourquoi y a-t-il plus de gens qui se plaignent que de gens qui viennent s'investir et tenter leur chance ?

Et enfin, merci à tout ceux qui ont supporté Zero Respect jusqu'à maintenant ! N'hésitez pas à passer me voir sur http://www.froggedtv.com quand je stream :-)