Bienvenue sur JeuxOnLine - MMO, MMORPG et MOBA !
Les sites de JeuxOnLine...
 

Dossier The International 2015

Bilan e-sportif de la saison 2013-2014 (2) : de nouveaux acteurs

25 août 2014 à 14:38 | Par Darwyn | 14 commentaires

Depuis la fin de TI4, la saison 2013-2014 est close. JoL Dota 2 revient sur l'ensemble de la période écoulée et s'intéresse cette fois à l'émergence de nouveaux acteurs.


Dans l'ensemble, la saison 2013-2014 a été marquée par un net renouvellement de l'offre disponible, à la fois en raison de l'apparition de nouveaux évènements et à la suite de l'interruption de séries importantes.

Les tournois interrompus

Du côté des disparitions de la saison, il faut noter The Defense, un tournoi organisé par joinDOTA à quatre reprises entre 2012 et 2013, pour la dernière fois en 2013. Ce tournoi a été remplacé par la joinDOTA League en 2014, avec un enjeu moindre mais une présence globale.

Autre disparue, la Premier League et ses cinq saisons Dota 2 de janvier 2012 à mai 2013. L'organisateur a perdu son accréditation après une polémique tournant autour du paiement d'un artiste et des équipes qui avaient remporté des prix : Valve a retiré la licence d'organisateur et la ligue s'est interrompue.

Troisième disparition d'importance, celle de la G-1 Champions League, après cinq saisons d'existence sur le jeu (la dernière en mai 2013) et plus encore sur DotA. L'un des plus anciens tournois Dota 2, organisé en Chine par 2P.Dota, n'a pas été maintenu en 2013-2014.

 

Nouveaux tournois, nouveaux organisateurs

Mais, d'un autre côté, davantage d'organisateurs et davantage de tournois ont pris la place laissée par ces disparitions. En Occident, les grandes associations d'e-sport et les grandes LAN se sont intéressées de plus en plus à Dota 2, avec des évènements plus fréquents et plus importants.

Dota 2

Ainsi la MLG (Major League Gaming), basée aux USA, s'est-elle mise à organiser des tournois Dota 2, dont la retentissante LAN dite MLG Colombus en novembre 2013 - elle a été le quatrième tournoi hors TI à distribuer plus de 100 000 $ de prix, le premier en Occident. Quelques mois plus tard, elle a mis en place deux tournois online en Europe et en Amérique, les MLG T.K.O.

De même, l'ESL et la DreamHack ont toutes deux modifié leur rapport à Dota 2. L'ESL avait jusque là organisé des tournois de moyenne importance, les Raidcall EMS One, à partir du début 2013. 2014 a marqué le passage à un nouveau niveau de tournois avec l'ESL One de Francfort, tournoi global à l'organisation spectaculaire (location d'un stade, panel d'analystes, tournoi gratuit sur la DotaTV, Compendium...), ce qui en faisait un mini-International. L'ESL One remet le couvert à New York en octobre.

DotA était traditionnellement joué à la DreamHack (Summer et Winter) et Dota 2 y a fait son apparition en 2012. A partir de 2013, la présence a été plus régulière et, surtout, le format pour les deux DreamHacks ordinaires a changé, passant à une ligue de grande ampleur, la DreamLeague. La première saison s'est tenue entre mars et juin 2014 et a fait basculer la DreamHack dans une nouvelle gamme de prix - environ 265 000 $, en faisant le tournoi le plus rémunérateur de la saison, hors TI. Là encore la tendance reste la même en ce début de saison puisque Dota 2 sera joué à la DreamHack Moscou en septembre pour un petit tournoi, comme cela avait été le cas à Bucarest en avril.

Toujours en Occident, il faut enfin relever l'apparition de nouveaux tournois appelés à se réitérer : la Dota 2 Champions League mise en place par deux organisations e-sportives (Natus Vincere et Virtus Pro), The Summit du studio BTS... L'offre s'est largement diversifiée et l'on a même eu droit au premier tournoi joué en Captain's Draft au lieu de l'habituel Captain's Mode, organisé par DotaCinema.

En Chine, le renouvellement a été important. La ACE League s'est imposée comme le principal organisateur avec ses deux saisons de la WPC ACE League qui ont distribué respectivement 228 000 $ et 245 000 $. Mais l'évolution majeure de la scène chinoise, c'est surtout la multiplication des tournois de moyenne importance, qui a conduit les équipes chinoises à jouer bien plus souvent que les années précédentes, en particulier en mai-juin 2014.

De manière marquante, les tournois globaux se sont multipliés au cours de la saison, poursuivant une évolution entamée début 2013. L'invitation d'équipes extérieures à la scène de base du tournoi a été plus fréquente dans un premier temps. Puis, à partir de la saison IX des Star Ladder Series, la pratique des qualifications régionales pour des finales globales s'est étendue. The Summit, l'ESL One Francfort ou les WPC 2014 ont repris l'idée. En ce début de saison 2014-2015, cette formule est plus que jamais d'actualité (i-league, WEC, StarLadder X, MSI Beat It, en attendant des précisions sur l'organisation de l'ESL One New York, The Summit 2, etc.).

 

Un fait majeur : Dota 2 en Corée

Cependant, la grande nouveauté de la saison 2013-2014 est l'émergence de Dota 2 sur la scène coréenne. Les balbutiements datent de la fin de la saison précédente, lorsque Nexon a annoncé la distribution du jeu en Corée du Sud, et tout a décollé après The International 2013. Trois très gros tournois ont été organisés en Corée, uniquement entre équipes coréennes, avec des prix très élevés dans l'absolu (de 70 000 à 110 000 $), particulièrement pour une scène naissante où le niveau de jeu reste alors assez faible.

A partir du mois de février 2014, Nexon lance un partenariat avec l'organisation coréenne e-sportive Kespa pour mettre en place la Korean Dota 2 League, qui a fait tenir deux saisons entre février et juin 2014 (une troisième est en cours, la quatrième est déjà annoncée). Les prix sont moins importants mais plus réguliers, ce qui correspond davantage aux besoins de la scène une fois les grands tournois d'appel passés.

Les équipes coréennes ont surtout joué en vase clos jusqu'à présent, même si une équipe internationale est venue s'installer dans le pays (Zephyr). Cela n'a pas freiné une impressionnante progression du niveau de jeu, avec en particulier l'émergence d'une équipe très solide qui surclasse les autres, MVP Phoenix. En 2014, cette équipe a affronté le gratin mondial sans être ridicule à la finale des Star Ladder Series IX, puis a échoué aux portes de The International 2014, perdant en finale des Play-In Series face à Liquid. Elle fait clairement partie du top 20 mondial (17e selon joinDOTA, 16e suivant GosuGamers) à l'heure actuelle, une progression remarquable en un an.

Dota 2

MVP Phoenix (avril 2014)

La scène coréenne a été de plus en plus reconnue, puisque des équipes coréennes ont été invitées à participer à des tournois de qualification internationaux à partir du début 2014. La saison IX du Star Ladder ou l'ESL One ont ainsi fait une place à la Corée. Deux équipes de la scène ont participé aux qualifications SEA pour The International 2014, avec de bons résultats pour MVP Phoenix.

En ce début de saison 2014-2015, la Corée a été intégrée comme partie de la scène SEA : la i-league ou les WEC ont invité des équipes coréennes à affronter les meilleures équipes asiatiques (hors Chine) pour tenter les qualifications. Ainsi l'isolement de la Corée, causé par la jeunesse de la scène, semble en passe de s'achever.

 

Le renouveau de la scène américaine

Autre théâtre en plein essor en 2013-2014, le continent américain. Traditionnellement en-dessous des scènes chinoise et européenne, l'Amérique a été plus présente au cours de la saison. Cette nouvelle importance s'est manifestée d'abord par l'organisation de gros tournois liée à l'émergence de la MLG comme organisateur de tournois Dota 2. La MLG Colombus, première LAN majeure de la saison en Occident, a constitué de ce point de vue une rupture. The Summit en fin de saison a été également un moment important. Ces deux tournois ont été les premières LAN internationales organisées aux USA sur Dota 2, si l'on fait abstraction de The International qui est un tournoi totalement à part.

Là encore cette évolution semble devoir se poursuivre en 2014-2015, puisque deux LAN majeures sont déjà prévues d'ici la fin de l'année : l'ESL One de New York en octobre, The Summit 2 en décembre.

Dota 2

Evil Geniuses, roster TI4 (Mason, au fond, a dû rendre sa place à Fear, qu'il remplaçait).
L'équipe a décroché la troisième place du tournoi : c'est l'une des plus belles progressions de l'année.

En parallèle, les équipes nord-américaines se sont montrées plus pugnaces. Elles n'avaient jamais beaucoup brillé sur la scène internationale jusque là. 2014 a pourtant été marquée par la montée en puissance d'une équipe Evil Geniuses presque entièrement remaniée, faisant la part belle à de nouveaux talents, qui a remporté plusieurs tournois majeurs et a décroché une troisième place à TI4.