Bienvenue sur JeuxOnLine - MMO, MMORPG et MOBA !
Les sites de JeuxOnLine...
 

Dossier The International 2015

Bilan e-sportif de la saison 2013-2014 (3) : équilibres et ruptures

28 août 2014 à 18:13 | Par Darwyn | 14 commentaires

Depuis la fin de TI4, la saison 2013-2014 est close. JoL Dota 2 revient sur l'ensemble de la période écoulée, en s'intéressant cette fois à l'évolution des équilibres.


Cet article ne prend pas en compte The International 2014, qui sera traité à part dans le prochain volet.
Les statistiques utilisées sont tirées de datdota.com.

Les résultats du Mercato 2013

Comme de coutume, la période qui a suivi The International 2013 a entraîné d'importantes restructurations. La scène européenne, qui s'est globalement très bien tirée du tournoi, a été moins affectée que les autres : les deux premiers du classement, Alliance et Na`Vi, n'ont rien changé après TI3, de même que Fnatic (7-8e).

Trois équipes restent inchangées après TI3

Les équipes qui ont terminé en queue de classement ont subi une véritable hécatombe. MUFC, Zenith, Dignitas et mousesports disparaissent dans les mois qui suivent TI3. LGD.int et Rattlesnake connaissent le même sort début 2014. Parmi les huit dernières équipes du classement, seules Virtus Pro et LGD.cn survivent, non sans changements : VP change quatre joueurs fin août, LGD se sépare de son carry Sylar et devra attendre TI4 pour renouer avec le succès.

Pour les équipes du milieu de classement (troisième à huitième places), les changements de joueurs sont nombreux. Ce mouvement est particulièrement marqué en Chine, les ambitions des équipes chinoises ayant été déçues à TI3. DK recrute largement en Chine et en dehors pour former une dream team. iG tente une réorganisation en se séparant de deux joueurs (ChuaN, qui reviendra plus tard dans la saison, et Zhou). TongFu éclate, malgré des résultats très encourageants. Bref, la scène chinoise enregistre des transferts nombreux pour ce "shuffle" 2013. DK et VG en sortent manifestement renforcées : la première se place rapidement dans le top mondial, la deuxième accède enfin à des podiums reconnus.

DK - équipe actuelle

DK forme sa dream team : MMY, Burning, iceiceice, LaNm, Mushi

Pour les autres équipes du top 8, les changements sont moins nombreux mais ont des conséquences lourdes. Liquid, après le départ de joueurs phares, sombre petit à petit. Orange perd son leader Mushi ; les joueurs quittent la structure et forment Titan, qui domine toute la saison la scène SEA mais ne fera rien hors de cette région.

Parallèlement aux dissolutions, des équipes tentent de se monter, avec des fortunes diverses. RisingStars en Chine ne donne rien. Sigma en Europe connaît en revanche de bons débuts. Des équipes moins connues avant TI3 font aussi parler d'elles, telle Kaipi. Bref, le paysage compétitif a beaucoup bougé après The International 2013.

 

Histoires de domination

Au cours d'une saison, les hiérarchies évoluent toujours. Celle-ci n'a pas fait exception à la règle, avec des périodes de domination plus ou moins marquées.

Dans les mois qui suivent TI3, sans surprise Alliance et Na`Vi gardent la mainmise sur les tournois européens : sur neuf tournois majeurs organisés en Europe entre août et décembre 2013, ces deux équipes en remportent sept (plus trois deuxièmes places), avec un avantage net pour Na`Vi qui décroche cinq victoires.

En Chine, DK remporte dans le même temps deux tournois sur trois. De plus, la dream team échoue de peu dans la première LAN globale de la saison, la MLG Colombus : il devient donc vite évident que DK a les moyens de ses ambitions. D'autres équipes chinoises font parler d'elles en remportant des tournois occidentaux (VG, LGD), mais semblent toutefois moins fortes.

La seule grande surprise de la fin 2013 est la victoire de Speed Gaming (ex-Kaipi) à la MLG Colombus. Cette équipe, même pas présente à TI3 et qui n'avait jamais vraiment fait parler d'elle, se place devant toutes les meilleures équipes occidentales et bat DK en finale ! Un cran derrière, Sigma se place aussi dans le groupe de tête occidental.

 

En apparence, le premier trimestre 2014 s'inscrit dans la continuité : Na`Vi et Alliance enregistrent de bonnes performances, du moins au début, Cloud 9 (ex-Speed Gaming) poursuit sa montée en puissance, DK reste au sommet en Chine.

En réalité, des éléments de renouveau sont perceptibles : l'équipe russe http://jolstatic.fr/www/captures/1402/4/90654.png Empire entame une longue série de victoires, des équipes à fort potentiel se réorganisent (EG) ou se forment (NewBee). En Chine, le leadership de DK est contesté violemment par iG.

Les finales des Star Ladder Star Series IX en avril sont à ce titre révélatrices : si DK apparaît alors comme imbattable, la modification des équilibres en Occidentest consacrée, puisque Empire et EG se placent avant Na`Vi et Alliance, qui entament toutes deux une période de marasme.

http://jolstatic.fr/www/captures/1402/4/90654.png Empire domine alors la scène européenne quelques temps (avant de s'effondrer fin mai), EG s'impose en Amérique face à une team Liquid dépassée.

En revanche, Kiev est le chant du cygne pour DK qui, à partir de là, commence à rencontrer des difficultés : le mois de mai est douloureux, avec l'émergence - enfin - de NewBee et la lutte acharnée de iG. La domination de DK sur la scène chinoise est remise clairement en cause, les trois équipes étant au coude-à-coude en mai et juin, encore que NewBee n'ait pas réussi à se qualifier dans un tournoi global.

 

Le mois de juin et ses quatre LAN globales majeures montre avec force qu'aucune équipe ne domine absolument la scène internationale. En Chine, la rivalité majeure oppose DK à iG (qui remporte deux titres en juin). D'autres équipes sont pourtant en embuscade, en particulier NewBee. En Occident, EG semble être la puissance dominante, malgré un retour en force d'Alliance à la DreamLeague. Des équipes comme Fnatic (qui connaît des turbulences avec l'affaire Era), Cloud 9 ou la reformée mousesports les attendent au tournant, tandis que des équipes qui ont eu leur période dominante plus tôt comme Na`Vi ou Empire ne font guère.

En somme, peu avant TI4, la scène mondiale est extrêmement ouverte : aucun favori absolu ne se détache, même si, sur les dix-neuf équipes invitées à Seattle, toutes ne paraissent pas disposer des mêmes chances...

Les dix premières équipes 2013-2014 suivant les gains

Equipe Gains
(dollars)
Tournois
disputés
Tournois
remportés
LAN
remportées
DK  450 138  23  9  4
iG  373 181  24  8  3
Na`Vi  279 248  25  8  5
Alliance  266 882  28  9  3
EG  201 764  28  9  2
Empire  198 096  38  11  3
Cloud 9 /
Speed Gaming
 196 809  29  5  1
Fnatic  193 953  38  6  0
MVP Phoenix  132 249  12  3  2
Zephyr  116 386  9  2  2

Les gains de MVP Phoenix et Zephyr très élevés pour des performances réduites à la Corée s'expliquent par le très fort investissement du distributeur de Dota 2 dans ce pays, Nexon. Ils peuvent difficilement être comparés à ceux des autres équipes : le niveau requis pour remporter de grosses sommes était plus faible en Corée qu'ailleurs sur cette saison.

De manière intéressante, on relèvera que ni Vici Gaming ni NewBee ne se placent dans ce top 10.

Une scène a été totalement oubliée dans cet historique des dominations mondiales : l'Asie du Sud-Est. Ce n'est pas un hasard. Tout au long de la saison, Titan (ex-Orange 2013 moins Mushi) a dominé la scène. Pourtant, l'équipe malaisienne n'a jamais réussi à s'imposer au-delà.

 

Le nouvel équilibre mondial

La saison 2012-2013 avait été marquée par l'affaiblissement de la scène chinoise par rapport à la scène européenne : Alliance puis Na`Vi avaient battu à domicile les grandes équipes locales dans des tournois majeurs pré-TI3. A cet évènement, ces deux équipes avaient imposé une finale 100 % européenne, tandis qu'aucune équipe chinoise n'entrait dans le top 3. Saison en demi-teinte pour la Chine, en partie à cause d'un nombre de tournois trop réduit.

La saison 2013-2014 s'inscrit progressivement en rupture par rapport à la précédente. La formation d'équipes chinoises très fortes sur le papier suscite l'attente du public, en particulier pour DK. Les tournois opposant des équipes occidentales et orientales sont dans un premier temps peu nombreux, mais tournent systématiquement en faveur des équipes chinoises (et pas les plus attendues) : VG remporte le Raid Call EMS One Fall Season en décembre, LGD la saison 4 de la Dota 2 League (avec une bonne performance de VG).

Les finales des Star Ladder Series IX : le tournant

Le basculement du balancier à l'Est n'est pas encore définitivement acté : à cette époque, Alliance et Na`Vi demeurent très fortes. Ce sont les finales des Star Ladder Series IX d'avril qui démontreront l'écart grandissant entre la Chine et l'Occident, avec la performance impressionnante de DK qui ne perd aucune manche. Or, en Chine, DK achève alors sa période dominante avec la montée en puissance de NewBee et d'iG.

La force des équipes chinoises est manifeste par la suite. A la WPC ACE League 2014, les équipes non chinoises ne réalisent que de piètres performances. A l'ESL One Francfort, iG se montre très forte. Seule la nouvelle EG parvient à tirer son épingle du jeu en battant VG puis DK à The Summit, puis en contestant le titre de champion à iG à l'ESL (las, la dernière manche de la finale est une véritable déculottée).

Evil Geniuses en mars 2014

La nouvelle équipe EG est sans doute la révélation de l'année

Finalement, cependant, ce qui frappe est moins la remontée de la scène chinoise, qui était somme toute la norme sur DotA et Dota 2 (saison 2012-2013 exceptée), que les piètres résultats de la scène européenne. En Occident, en effet, ce sont les équipes nord-américaines (ou partiellement nord-américaines) qui s'imposent de plus en plus souvent. Speed Gaming/Cloud 9 puis EG se montrent plus constantes que Na`Vi, Fnatic et Alliance, plus solides en LAN qu'Empire. Le Dota européen semble en perte de vitesse face à une scène américaine qui, historiquement, n'avait jamais spécialement brillé. Sur le coup, cependant, quelques succès comme celui d'Alliance à la DreamLeague masquent la redistribution en cours.

La dernière région du monde, l'Asie du Sud-Est (dont la Corée), est à la fois à l'écart et en-dessous. Aucune équipe SEA ne réalise de bonnes performances dans les tournois extérieurs, y compris Titan. Le parcours d'Orange à TI3 s'apparente à celui d'une comète.

The International 2014 va consacrer ce nouvel équilibre e-sportif : triomphe de la Chine, bonne tenue des équipes américaines, effondrement de la scène européenne.