Bienvenue sur JeuxOnLine - MMO, MMORPG et MOBA !
Les sites de JeuxOnLine...
 

Dossier The International 2015

The International 2015 : esquisse de pronostics

19 juillet 2015 à 10:30 | Par Darwyn | 19 commentaires

Le plus gros tournoi compétitif de l'année s'annonce. Des seize concurrents, lesquels sont les plus sérieux, lesquels sont à surveiller, lesquels ont des chances réduites ?


The International 2015 débutera dans une dizaine de jours : un tournoi qui distribuera à la fin un montant de 17 millions de dollars au moins - un record pour l'e-sport qui dépasse largement le montant-record de l'an dernier, un peu moins de 11 millions. L'actualité compétitive a été suivie sur le site JoL Dota 2 tout au long de l'année et l'ensemble des équipes impliquées dans TI5 a fait l'objet d'une présentation au cours des deux derniers mois.

Cependant, pour ceux qui n'auraient pas suivi régulièrement l'actualité compétitive, quelques données peuvent aider à se faire une idée du paysage compétitif à l'orée de TI5. Cela peut également servir d'appui pour faire des pronostics, qu'il s'agisse du célèbre jeu-concours JoL Dota 2, des pronostics du Compendium ou de paris en ligne.

 

Différentes statistiques concernant les équipes ont été données dans un article précédent. Celui-ci présente un point de vue plus personnel sur ce que l'on peut vraisemblablement attendre des différents compétiteurs de TI5.

 

Ceux qui devraient en toute logique faire partie du top 4

Secret est incontestablement, au vu des performances de la période la plus récente, l'équipe à abattre. Elle a démontré au cours du mois de juin son incontestable avance sur quasiment tous les autres quant à sa compréhension de la version 6.84. Elle a également, au cours des derniers mois, su combler ses lacunes qui lui ont joué un mauvais tour au DAC ou au StarLadder : le transfert du capitanat à s4 en lieu et place de Puppey a donné une manière plus adaptée de draft ; les stratégies sont plus diversifiées, Secret étant moins dépendante aujourd'hui d'un petit nombre de héros qu'elle ne l'était au début du printemps.

Cela a permis à l'équipe de remporter enfin une LAN. Sans s'arrêter à une victoire : elle a clairement dominé la scène des derniers mois avec une magnifique triplette (Summit 3, MarsTV League, ESL One Francfort). Le problème, c'est que cette situation en fait une cible pour tous les autres, qui se prépareront obligatoirement à affronter Secret. L'enjeu de TI pour cette équipe sera donc de conserver son avance. Gagner ne sera pas forcément évident ; en revanche, terminer hors du top 4 serait un petit bouleversement.

A surveiller :

  • cinq joueurs exceptionnellement talentueux.
  • les éclairs de génie de zai.
  • le Techies de Kuroky.

 

L'autre équipe dont la place est assurément dans le top 4 appartient avec Secret à ce trio d'équipes qui a su préserver sa puissance tout au long de la saison : Evil Geniuses. L'équipe la plus forte d'Occident l'an passé a su traverser les crises de l'année 2015, et a brillamment surmonté la perte de deux de ses joueurs vedettes (zai et Arteezy), passés chez Secret. Sa victoire au DAC, peu attendue, n'était pas un chant du cygne : trois podiums et une victoire la semaine passée dans la Dota 2 Pit League saison 3 l'ont confirmé. La finale de l'ESL One Francfort contre Secret a été très disputée, et peut-être EG a-t-elle perdu plus que Secret ne l'a remportée.

EG n'a cessé de monter en puissance depuis le début de l'année 2014, date de sa dernière réorganisation massive. En alliant l'expérience à de nouveaux talents, elle s'est imposée en Amérique, en Occident puis dans le monde (3ème place à TI4 suivie de cinq titres majeurs cette saison). L'intégration d'Aui_2000 et de SumaiL début 2015 a donné davantage de cohérence interne : paradoxalement, les départs des deux vedettes semblent l'avoir renforcée, en donnant plus d'espace à Fear dans son rôle de carry et en permettant à une nouvelle étoile de briller en la personne de SumaiL.

A surveiller :

  • SumaiL sur Storm Spirit.
  • d'éventuels Blackhoooooooooooooooooooooles d'Aui.
  • les initiations démentielles d'Universe.

 

A l'heure actuelle, seule ces deux équipes semblent en mesure de sécuriser vraiment une très bonne place, VG étant dans une mauvaise passe (cf. infra). La première est sans doute la favorite après le mois de juin impressionnant réalisé, mais la seconde a d'énormes ressources et ne doit pas être oubliée, comme elle l'a montré au DAC. Cependant, il est loin d'être acquis que l'on retrouvera Secret et/ou EG en finale : l'histoire des Internationaux montre que les favoris ne gagnent pas forcément.

 

Ceux qui ont de bonnes chances d'accéder au top 4

Deux mois plus tôt, il aurait été impensable que Vici Gaming ne parte pas favorite à TI5. La 6.84 est passée par là et, depuis, il faut bien reconnaître que cette équipe a perdu de sa superbe : sa dernière victoire en tournoi remonte aux derniers jours de la 6.83, au StarLadder XII. VG a depuis été contestée tant dans les tournois internationaux (EG et surtout Secret sont nettement passées devant) que sur la scène chinoise, où elle a été éclipsée pendant la dernière période par LGD. Après le DAC, VG avait cherché à se renforcer en remplaçant Black^, joueur non sinophone, par le carry venu de NewBee, champion du monde 2014, Hao. L'alchimie avait paru prendre, VG avait écrasé le StarLadder et iceiceice avait en interview moqué les autres équipes.

Une version plus tard, VG n'a pas réussi à récupérer un seul titre malgré une profusion de tournois ; elle a parfois échoué en finale, parfois été humiliée, comme à Francfort. Sa némésis se nomme EG : c'est elle qui lui a barré la route au DAC, à The Summit 3 et à l'ESL One Francfort. Mais, plus généralement, il faut reconnaître que les joueurs - brillants - de VG n'ont pas encore réussi à marquer de leur empreinte la version 6.84. Il ne faut pas les enterrer trop vite : il y a de la ressource et un top 4 reste complètement dans les cordes de ceux qui ont absolument dominé la scène chinoise pendant presque toute la saison.

A surveiller :

  • les rotations en début de partie de fy et Fenrir.
  • le Sand King de fy.
  • les big plays et les big fails d'iceiceice.

 

LGD présente un profil ambigu, qui n'est pas sans rappeler NewBee en 2014 : l'équipe a été réorganisée au Nouvel An chinois et est, comme NewBee, dirigée désormais par xiao8, l'un des capitaines les plus capables de Chine, sinon le meilleur. Comme NewBee, LGD a mis du temps à émerger : la place de numéro 1 en Chine était solidement occupée par VG, comme par DK en 2014. Comme NewBee, sa montée en puissance s'est faite avant tout sur la scène chinoise, à partir du mois de mai.

De mai à début juillet, LGD a sans doute été la meilleure équipe chinoise. Elle a remporté la saison 2 de la i-league, la G-League et diverses qualifications. Certes, la performance lors des Playoffs de la MarsTV League a été décevante, mais il ne faut pas oublier qu'auparavant LGD avait fait une très correcte phase de groupe. Composée presque entièrement de vétérans ultra-solides, LGD a le niveau, l'expérience, le capitaine et la stabilité nécessaires pour The International. Un top 4 est totalement de l'ordre du possible ; et pourquoi pas mieux, comme NewBee en 2014 ?

A surveiller :

  • la discipline absolue des mouvements exécutés.
  • le Rubick de MMY.
  • Maybe sur la ligne du milieu.

 

Un autre prétendant sérieux au top 4 est l'équipe occidentale Cloud 9. Cette équipe a émergé seulement fin 2013 et a connu une incontestable progression jusqu'à la fin de l'année 2014, s'imposant comme la numéro 4, voire 3 à certains moments, durant la première moitié de la saison actuelle. Cependant elle se heurte à son propre mur invisible : elle n'est pas parvenue à remporter le moindre titre depuis le mois de septembre 2014 (elle avait remporté un tournoi mineur organisé par Nvidia). Cinq fois deuxième dans un tournoi majeur, la dernière fois pas plus tard que le week-end dernier, Cloud 9 n'arrive pas à conclure.

Et pourtant, des tentatives pour résoudre ce problème ont été faites. En janvier 2015, l'équipe se sépare sans faire preuve d'une grande classe de son duo de supports, Aui_2000 et pieliedie. Ils sont remplacés par les deux ex-joueurs de Secret, BigDaddy/n0tail et Misery. Cela n'a guère marché, les performances ont marqué le pas : 5-6ème au DAC, puis des résultats du même ordre. Pis, en six mois, Cloud 9 n'a plus accédé à une seule finale de tournoi, jusqu'à la saison 3 de la Pit League, où EG l'a pulvérisée. Mais cette équipe conserve un potentiel très clair et, si elle ne commet pas d'erreurs stupides, peut espérer décrocher un top 4. Remporter TI, par contre... illusion de doux rêveur ?

A surveiller :

  • les innovations dans le draft.
  • Meepo, by n0tail.
  • les réactions aigries d'EE-sama après ses défaites.

 

Ceux qui devraient être au moins dans le top 8

Si une poignée d'équipes semblent vraiment capables de s'imposer dans le top 4, le top 8 apparaît cette année comme assez ouvert, et les places seront chères - littéralement puisque, avec un prix de plus de 16 millions de dollars, une place gagnée au classement peut représenter des centaines de milliers de dollars. Attention, cela ne veut pas dire que les équipes présentées désormais n'ont aucune chance d'accéder au top 4, voire de remporter le tournoi ; simplement, cela semble moins plausible.

 

Virtus Pro est probablement l'équipe d'Europe de l'Est la plus attendue à l'heure actuelle. Cette équipe est apparue en début de saison, sous le nom de NVMI puis de Polar (VP.Polar, Asus.Polar) et est devenue l'équipe officielle Virtus Pro il y a quelques mois. Elle a connu des hauts et des bas pendant la première partie de la saison mais l'arrivée de son nouveau capitaine fng (ex-capitaine de PR puis de Na`Vi) a redonné la vigueur nécessaire. Depuis janvier 2015, VP a remporté de nombreux tournois.

Le souci, c'est qu'il ne s'agissait pas vraiment de tournois majeurs, contre le gratin international : VP est une équipe très forte, certes, mais surtout à l'échelle de la scène européenne. Si l'on excepte Secret et Cloud 9 qui jouent surtout les tournois globaux, VP a été en mai-juin la force dominante en Europe, devant Empire. Sera-ce suffisant contre les meilleures équipes de la planète en juillet-août, alors que l'expérience des compétitions de cette envergure fait défaut ?

A surveiller :

  • le jeu de DKPhobos, souvent considéré comme le meilleur offlaner de la scène CIS actuelle.
  • le Silencer d'Illidan.
  • l'agression sans relâche impliquant dès les premières minutes God ou Illidan, pas seulement les supports.

 

Invictus Gaming a certainement sa place aussi dans le top 8. Les champions de 2012 ont eu de meilleurs jours, il est vrai : l'équipe n'a pas remporté un seul titre important de toute la saison. Toutefois elle a su se qualifier pour de très nombreuses phases finales de tournois majeurs. Après avoir tenté d'intégrer des jeunes joueurs prometteurs en début de saison et un DAC moyen (7-8ème), iG est revenue aux fondamentaux : s'appuyer sur des vétérans, et des bons. Elle a donc recruté Burning.

Un temps, on a eu l'impression que cela paierait (finale du StarLadder XII) mais, en définitive, les résultats ne se sont pas vraiment améliorés. Jusque-là, quelque chose ne va pas en LAN pour Invictus Gaming, malgré une équipe de grands talents. Peut-elle inverser la donne à Seattle et faire mieux que se placer vers la sixième place ? Peut-être. Devenir la première équipe à remporter deux fois un International ? Peu probable.

A surveiller :

  • Luo en hardlane, bien plus déterminant que comme carry (son Spirit Breaker par exemple).
  • Burning sur Antimage.
  • les duels de Ferrari au mid.

 

Pour la deuxième année consécutive, Empire a décroché son invitation directe à TI5 : une consécration. Et, pour la deuxième année consécutive, elle a eu une belle phase à partir de février-mars. La situation est tout de même différente de 2014 pour l'équipe russe : outre les changements de joueurs (Mag~ et VANSKOR ne sont plus là), il faut noter qu'il n'y a pas eu d'effondrement à la fin du printemps.

Empire est, avec VP, l'équipe en vue sur la scène européenne, surtout est-européenne. A l'inverse de sa concurrente directe, elle a remporté des tournois contre les grandes équipes de la saison : en avril et mai, contre EG puis VG. Et, lors de la MarsTV League, elle a été impressionnante, chutant seulement en finale face à Secret. Le problème, c'est qu'elle a donné des signes de ralentissement ensuite, en particulier face à VP ; du coup, l'élan a peut-être été brisé. Il est difficile de dire si Empire parviendra à se reprendre. En jouant au meilleur de sa forme, elle peut viser plus haut que le top 8 ; le souvenir de l'échec de TI4 sera toutefois lourd.

A surveiller :

  • l'agression en début de partie par Silent, épaulé par ses deux supports.
  • l'Invoker de Resolut1on, s'il fait son grand retour.
  • yoky qui saute dans le tas.

 

Le concurrent le plus sérieux venu d'Asie du Sud-Est est incontestablement Fnatic.My. Appelée précédemment la Team Malaysia, cette équipe s'est formée à deux reprises cette saison autour de Mushi, qui oscille entre Chine et Malaisie depuis deux ans. Trois des joueurs sont des habitués de TI : Orange en 2013, DK ou Titan en 2014. Bel alliage de talent et d'expérience, Fnatic.My a toutes ses chances de faire un tournoi réussi.

Malgré tout, les difficultés seront réelles. Equipe dominante de la scène sud-est asiatique, elle ne s'est pas démarquée spécialement dans les tournois majeurs face aux grandes équipes des autres régions. Ses performances médiocres à ces occasions la fragilisent, alors que son invitation directe à TI5 s'explique sans doute uniquement par la politique de Valve, qui a cherché à équilibrer les origines géographiques des invités. Ce carton avait d'ailleurs fait polémique, même si aucun autre groupe de la zone n'avait le niveau de TM. Fnatic.My peut sans souci viser sa place dans le top 8 ; la concurrence sera néanmoins rude.

A surveiller :

  • l'extraordinaire polyvalence de Mushi.
  • la diversité des stratégies et des héros en général.
  • le retour possible du Nature's Prophet d'Ohaiyo.

 

Ceux qui peuvent viser le top 8 (mais ce sera difficile)

Trois grands noms se retrouvent dans cette catégorie, trois équipes qui ont su, à un moment où à un autre, dominer la scène compétitive et qui, sous des modalités différentes, sont loin de leur splendeur passée.

La première d'entre elles est certainement Na`Vi. Elle a remporté le premier International avec trois des membres actuels (dont le capitaine ArtStyle, revenu récemment), a participé à deux finales par la suite avec respectivement deux et trois membres de l'équipe d'aujourd'hui. C'est dire s'il y a un potentiel chez Na`Vi, même après le départ de Puppey et Kuroky au début de la saison. Cependant Na`Vi a connu un automne et un hiver très durs. L'équipe n'a pas réussi à trouver une composition qui fonctionne, a tenté joueurs après joueurs, perdant un temps Funn1k parti se marier.

Il a fallu attendre le mois d'avril pour trouver une alchimie satisfaisante, avec le retour de Funn1k et d'ArtStyle, ainsi que l'arrivée d'un petit nouveau, SoNNeikO. Cela a permis aux Ukrainiens de remporter les qualifications européennes pour TI5. Passés en troisième position derrière VP et Empire sur la scène CIS, ils n'ont certes guère décroché de titres cette saison, mais The International est historiquement le territoire de Na`Vi, qui a participé à trois finales et décroché un top 8 l'an passé, alors que cela semblait hautement improbable. La familiarité de l'équipe avec le tournoi peut certainement jouer en sa faveur.

A surveiller :

  • le personnage Dendi.
  • la Winter Wyvern de SoNNeikO.
  • le Pudge de Dendi.

 

EHOME avait disparu du paysage Dota 2 depuis longtemps, la structure est revenue début 2015. La recherche d'une recette adéquate a pris du temps : la première équipe sino-malaisienne n'a pas brillé au DAC, la tentative purement malaisienne s'est vite arrêtée (et a donné naissance à l'équipe Fnatic.My en lice également). Finalement, avec le Nouvel An chinois, EHOME a remonté une équipe chinoise en confiant ses rênes à l'un des plus grands stratèges de la scène nationale, r0tk, revenu de sa pseudo-retraite.

La EHOME actuelle est un alliage de vétérans d'équipes diverses - r0tk, LaNm et DDC - et de nouveaux talents, Zyf et Cty (considéré comme l'un des joueurs mid chinois les plus prometteurs de sa génération). Elle est loin d'être dans le groupe de tête en Chine cette année, mais peut rêver d'un destin à la VG 2014 : emmenée par r0tk, cette équipe avait réussi à perfectionner une stratégie gagnante qui lui avait permis d'aller jusqu'en finale, alors même qu'elle n'était même pas spécialement dans le top 3 chinois.

A surveiller :

  • la stratégie générale déterminée par r0tk, qui donnera le la du tournoi pour EHOME.
  • les rotations de LaNm en début de partie.
  • le snowball agressif de Cty.

 

La troisième équipe qui pourrait arriver dans le top 8 et pour qui le chemin devrait être particulièrement difficile n'est autre que la championne de l'édition précédente de The International, NewBee. Après avoir remporté 5 millions de dollars en juillet dernier, elle a perdu son capitaine et fondateur xiao8, mais n'a pas semblé en souffrir tout de suite : elle est restée dans le groupe de tête mondial au cours de l'automne et, en remportant le WCA en octobre, s'est assurée de gains plus que raisonnables.

Les premiers signes d'essoufflement n'en demeuraient pas moins présents et, au DAC, NewBee s'est dégonflée comme une baudruche, finissant avant-dernière de la phase de round Robin avec à peine deux parties remportées. Une véritable humiliation pour l'équipe, qui a perdu lors du shuffle post-TI son carry. Cela a imposé une rotation des rôles et, surtout, le choix d'un nouveau capitaine, June, qui est aussi le joueur le moins expérimenté (le plus novateur ?) de l'équipe. Rien d'extraordinaire n'a été accompli depuis et l'invitation directe à TI5 vient clairement de son statut de champion en titre et non des performances. NewBee peut aussi bien se reprendre qu'échouer à nouveau et, dans la foulée, éclater.

A surveiller :

  • les mouvements de Mu, qui a du mal à rester longtemps sans attaquer.
  • les rotations de Banana et son Enchantress.
  • les conséquences d'un échec.

 

Ceux qui auront fort à faire pour éviter les dernières places

Sans surprise se retrouveront dans cette catégorie l'essentiel des équipes issues des qualifications, bien que des surprises soient tout à fait envisageables. Les quatre équipes du Wildcard Tournament seront bien évidemment loin de partir favorites : passées par les qualifications régionales, elles n'ont pas réussi à les remporter. L'inexpérience des compétitions internationales de haut niveau risque de jouer en leur défaveur (pour Vega Squadron notamment), ou le caractère extrêmement récent de l'association des joueurs (Team Archon).

De ces quatre équipes, celles qui peuvent paraître les plus en mesure d'accéder au vrai tournoi sont CDEC (Chine) et MVP Phoenix (Corée). CDEC, qui a eu quelques succès non négligeables sur la scène chinoise ces dernières semaines (en battant notamment VG ou iG), est d'ailleurs classée neuvième par GosuGamers. Elle est sans doute celle des quatre qui peut aller le plus loin dans le tournoi, et pourquoi pas viser le top 8. Si elle passe le Wildcard. MVP Phoenix, ses héros atypiques et ses stratégies de pubgame risque en revanche d'avoir du mal, comme tout au long de la saison (dernière place au DAC), contre les meilleures équipes mondiales.

A surveiller :

  • la passivité générale d'Agressif (CDEC).
  • le Warlock de MVP Phoenix.
  • la capacité de Vega à déstabiliser ses adversaires en attaquant sans relâche.

 

compLexity Gaming (un nom de retour depuis cette saison sur Dota 2) aura aussi affaire à forte partie. Il n'y a eu pendant de longs mois aucune performance notable, entraînant une instabilité forte dans la line-up. Cela ne s'est résolu qu'en mai 2015 avec l'officialisation de l'intégration de trois joueurs, dont l'ex-Fnatic et ex-Secret Simbaaa. Elle a, à la surprise générale, remporté les qualifications nord-américaines pour TI5, profitant de la désagrégation complète de mousesports (qui vient d'ailleurs de se séparer).

Le principal problème de compLexity Gaming aujourd'hui, c'est qu'elle n'a jamais affronté les équipes auxquelles elle devra faire face à TI5. Elle s'est imposée à la fin du printemps comme l'une des meilleures équipes d'Amérique, certes... un nain parmi des lilliputiens, car EG dédaigne les compétitions régionales. Un monde sépare EG et ses égales de coL ; il ne sera pas aisé de combler ce fossé.

A surveiller :

  • des succès inattendus.
  • le gros teamfight appuyé sur des héros dessinés pour.
  • le Rubick de Simbaaa.

 

 

MVP Hot6ix complète cette catégorie. La petite équipe coréenne, restée dans l'ombre de l'équipe 1, MVP Phoenix, a connu la consécration lors des qualifications sud-est asiatiques pour TI5 en mai, en battant d'ailleurs Phoenix. Elle a su montrer de réelles qualités face à ses concurrentes et profiter de la faiblesse de Rave ou de Phoenix pour décrocher sa place à Seattle.

Cela peut-il suffire pour faire un bon tournoi ? Sans doute pas. Hot6ix joue très peu, elle n'a participé à aucune compétition majeure et ses membres manquent d'expérience des tournois, notamment en LAN, même si FoReV ou Heen venus de Phoenix ont quand même de la bouteille. Il y a indéniablement du talent dans cette équipe, cependant il risque d'être insuffisant - mais Hot6ix peut surprendre.

A surveiller :

  • l'Invoker de MP.
  • la Lina support jouée indifféremment par JerAx ou Heen.
  • les rotations de SunBhie.

 

En guise de conclusion...

Dota 2
Faire des pronostics sur le dénouement d'un International est toujours un exercice périlleux, comme en témoignent les piètres résultats reçus par la communauté JoL Dota 2 lors des jeux-concours organisés par la section. (N'oubliez d'ailleurs pas de vous inscrire pour l'édition 2015 !)

A bien des égards, cette édition 2015 devrait être très ouverte. A la fois parce qu'une bonne dizaine de concurrents sont susceptibles d'excellentes performances et parce que l'écart existant tout au long de la saison entre le top 3 mondial et les équipes suivantes s'est quelque peu réduit en raison de la déliquescence récente de VG. Aussi, beaucoup de compétiteurs sont en mesure de prétendre au top 8 ; davantage qu'il n'y a de places, ce qui présage de matchs acharnés pour la survie au cours des premiers tours de l'évènement principal.

Les deux favoris sont sans nul doute Secret et EG, qui apparaît à certains comme la seule équipe en mesure de battre la numéro 1 du mois de juin. Ce statut en fait des cibles privilégiées lors de la préparation pour TI5 : il n'est pas sans risques. Mon conseil, qui vaut ce qu'il vaut (sans doute pas grand chose), sera de garder à l'oeil LGD.