Bienvenue sur JeuxOnLine - MMO, MMORPG et MOBA !
Les sites de JeuxOnLine...
 

Dossier The International 2015

Présentation des concurrents de TI7 : OG

20 juin 2017 à 23:00 | Par Darwyn | 100 commentaires

La rituelle série d'articles présentant les équipes de The International débute, comme l'an dernier, avec OG - un avis personnel de v0ja conclut cette première présentation.


Parmi les équipes invitées directement à The International 2017 se trouve OG. Rien de plus logique, puisque cette équipe européenne a marqué la saison par ses performances, comme elle l'avait fait lors de la précédente. Elle est l'une des équipes les plus titrées de l'histoire du Dota compétitif et sera certainement regardée comme l'un des grands favoris de cette édition, comme elle l'était en 2016.

 

Un succès inscrit dans la durée

Les débuts d'OG ne remontent pas tant que ça : l'équipe n'a été formée qu'au cours de l'été 2015 (sous le nom Monkey Business), après The International. Elle rassemble à ce moment-là des joueurs disparates, qui pour la plupart ne sont pas au mieux de leur forme : certains semblent en perte de vitesse, d'autres n'ont pas encore vraiment percé et le dernier n'a encore jamais joué en compétition ! Le noyau de l'équipe est un vieux duo, n0tail et Fly, deux compagnons qui ont évolué des années durant sur HoN puis Dota 2 chez Fnatic, qui sont passés chez Secret avant de se séparer temporairement.

Au départ, OG suscite un certain scepticisme et la structure des compétitions fait qu'elle n'est guère confrontée à des concurrents de premier rang ; elle fait donc figure d'équipe solide mais pas particulièrement brillante, qui pourrait avoir du mal à dépasser la seule scène européenne. Le Major de Francfort, en novembre 2015, constitue donc une rupture : OG passe sur le devant de la scène grâce à sa remontée complète du Lower Bracket, qui la conduit à la victoire.

Après ce premier succès, OG a moins joué, car elle a été souvent invitée directement aux LANs sans passer par des qualifications. Elle a préparé le Major de Shanghai avant tout contre les équipes chinoises, clairement à la ramasse début 2016. Ses performances lors de ce tournoi ont donc été très moyennes, contrastant avec des résultats très honorables dans les autres tournois. Pour éviter ce type de désagréments, OG a recruté un coach, le Français 7mad, peu avant le Major de Manille : la formule a fonctionné, puisqu'elle a permis à OG de survoler ce tournoi, devenant la première équipe à remporter deux tournois organisés par Valve.

La line-up de l'an dernier au Major de Manille : n0tail, Fly, (SirActionSlacks), Cr1t-, Miracle- et MoonMeander


Après ce dernier Major de la saison 2015-2016, OG a encore arraché un titre à l'ESL One de Francfort et s'est placée en finale de The Summit 5. Elle a abordé The International en position de grande favorite... ce qui est toujours délicat à négocier. Les joueurs ont subi une pression à la fois interne et externe forte et ont été particulièrement étudiés par leurs adversaires. La première défaite dans le tournoi, contre MVP, a brisé l'élan des Européens qui chutent ensuite contre TnC. Partie favorite, OG finit à une très décevante 9-12ème place.

Une telle sortie de The International n'est jamais sans conséquence : OG a entamé une réorganisation rapidement, évoquant dix jours après la conclusion du tournoi les départs. Moon (offlaner), Cr1t- (support) et Miracle- (mid) quittent alors cette équipe qui les avait largement révélés, partant dans des directions différentes. Réduite à son noyau originel Fly / N0tail, mais toujours épaulée par 7mad, OG se reconstruit vaille que vaille.

Le 31 août 2016, le roster de la saison à venir est définitivement établi après de nombreuses rumeurs : OG attire des joueurs plus ou moins connus. s4, ancien capitaine d'Alliance (en 2013 et en 2016 notamment) et ancien coéquipier de Fly et N0tail dans la première version de Secret en 2014, est la figure la plus illustre ; il prend la place de l'offlaner, délaissant le mid qu'il avait coutume d'occuper. JerAx, venu de la Team Liquid après une saison qui l'a imposé comme l'un des meilleurs supports position 4 du moment, prend le même poste chez OG. Enfin la position de mid est attribuée à Ana, un jeune joueur australien, encore mineur et peu connu en Occident, qui avait toutefois fait ses preuves sur la scène chinoise en 2016 chez Invictus Gaming.

Un palmarès sur deux années

Major Francfort : 1er
Major Shanghai : 9-16ème
Major Manille : 1er
The International 2016 : 9-16ème
Major Boston : 1er
Major Kiev : 1er

 

OG au printemps 2017 : s4, JerAx, Fly, n0tail, Ana

La meilleure équipe de la saison

Si le recrutement de JerAx et de s4 ne pose pas de problèmes aux fans (en dépit d'une adaptation un peu difficile pour s4 dans sa transition en offlane), Ana est très rapidement critiqué tant il souffre de la comparaison avec Miracle- : il est perçu comme inférieur sur tous les plans, perdant sa ligne, incapable de carry son équipe, d'autant plus qu'il a un jeu moins marqué par des plays individuels que son prédécesseur. Il est vrai que le départ de Miracle- a parfois été vécu comme un petit traumatisme.

OG joue peu, très peu, dans le début de saison. Les premières apparitions ne sont pas toujours des plus impressionnantes : si la MDL Autumn ne déçoit pas, les échecs contre des équipes CIS le mois suivant sont plus inquiétants. Lors de The Summit 6, OG semble revenir de loin, mais l'équipe ne part pas pour autant favorite au Major de Boston – elle a finalement très peu joué et sa défaite 0-3 contre Virtus Pro à The Summit 6 a exposé en pleine lumière l'équipe russe.

Le Major ne débute pas de manière éclatante. OG remporte son groupe, en cédant pourtant des manches à des équipes perçues comme inférieures, une histoire qui se poursuit dans les Playoffs. Ni EG ni Ad Finem ne parviennent cependant à faire plier l'équipe déjà deux fois championne. Elle remporte un troisième titre à Boston, mais c'est avant tout Ad Finem qui y a conquis le cœur du public. OG est forte, très forte, mais elle s'appuie beaucoup sur des techniques assez peu appréciées des spectateurs, qui leur préfèrent le teamfight flamboyant de l'équipe grecque.

Victoire au Boston Major, décembre 2016

Durant la période suivante, OG continue à jouer assez peu : invitée systématiquement aux phases finales des gros tournois (et pour cause), elle ne dispute que peu de matchs online et aucune qualification. Elle se place malgré cela à trois reprises sur les podiums, en particulier au DAC où, après un parcours presque sans faute, elle est battue sévèrement 3 à 0 par Invictus Gaming. Qu'à cela ne tienne, OG a montré, trois semaines avant le Major de Kiev, qu'elle demeure au meilleur niveau.

Kiev s'impose comme un nouveau temps fort dans le parcours d'OG : si le seeding n'est pas extraordinaire (OG se place cinquième sur seize dans la ronde suisse), elle bat ensuite tous ses adversaires, avec peut-être la chance d'éviter sa Némésis du moment, iG, jusqu'à parvenir en finale. Jusque-là, elle a surtout montré sa capacité à gagner avec Naga Siren et Alchemist, et paraît plus faible sans ces héros : Virtus Pro les cible donc comme bans prioritaires dans un Bo5 appelé à rester dans les annales. Qu'à cela ne tienne, OG sait rebondir et s'imposer, y compris dans des parties mal engagées. Faisant taire les critiques contre Ana ou contre le manque de variété des stratégies, OG récupère son quatrième titre dans un tournoi Valve, battant son propre record.

Depuis Kiev, OG est une fois de plus passée sous les radars : les Européens participent à peu de compétitions et ne les ont guère prises au sérieux. Aux Manila Masters comme à l'EPICENTER, OG n'a pas vraiment paru préparée ni forcément impliquée – la véritable préparation concerne The International. Il restera encore un tournoi à jouer, la MarsTV Dota 2 League en Chine début juillet, pour jauger d'autres concurrents de TI7 sans trop révéler.

Au Kiev Major, avril 2015

Les clefs de la réussite

La recette du succès d'OG tient d'abord et avant tout dans la cohésion très forte du groupe. OG n'est pas un conglomérat de cinq individualités, elle est un tout. Cet aspect est peut-être plus fort encore cette saison que l'an dernier, lorsque l'équipe tournait toute entière autour de Miracle-, véritable d'Artagnan des temps modernes, quand elle investissait tous ses efforts afin de le mettre dans les meilleures conditions possibles. En 2016-2017, tous jouent pour tous, il n'y a plus cette dimension messianique de la line-up précédente. Il ne s'agit plus de donner à la star les moyens de gagner, mais de créer la situation où tous seront en mesure de le faire.

Fini donc le temps des dual mid ou des supports purement défensifs qui restent constamment derrière Miracle- pendant les dix premières minutes de jeu, finis les carrys purement utilitaires de n0tail se sacrifiant pour le véritable position 1. OG ne fait plus un all-in sur la midlane et Ana n'a pas le droit à un traitement de faveur. Il est d'ailleurs généralement laissé à lui-même, charge à lui de trouver les moyens de se refaire s'il passe un début de partie difficile – comme c'est fréquemment le cas. Ne plus avoir à surveiller constamment le mid signifie qu'OG peut désormais faire jouer son position 4 de manière différente de l'an dernier : JerAx se retrouve régulièrement sur des roamers agressifs ou sur des héros junglers. Indisponible pour épauler Ana, il dégage de l'espace ailleurs ou trouve son propre farm.

Ana a souvent paru inférieur en terme de talent à Miracle-. Il est vrai qu'il perd souvent sa ligne. Cependant, il faut nuancer cet état de fait. Tout d'abord, il s'est beaucoup amélioré en pur 1v1 par rapport au début de la saison, on l'a vu notamment lors du Major de Kiev. Ensuite, comme il est identifié comme plus faible dans le early game, les adversaires ont tendance à l'agresser pour essayer de l'enterrer. Or, ce qui est le plus marquant avec Ana, ce n'est pas tant qu'il ne gagne pas ses match-ups mais plutôt sa capacité extraordinaire à revenir dans la partie après un départ atroce. Il est courant de le voir au fond du trou, largement distancé par son opposant à la minute 5, se faire tuer une paire de fois, puis disparaître des radars dix minutes ou moins – en forêt, généralement. Et lorsqu'il réapparaît, la phase précédente est oubliée, une nouvelle partie commence. Il souffre seul, il récupère seul, et dans l'intervalle, ses coéquipiers n'ont pas à investir leur temps ou de précieuses ressources pour l'aider. Bref, Ana est un gambit dans l'ouverture d'OG, et se jeter dessus se révèle souvent à terme une décision peu heureuse.

Par ailleurs, OG incarne le teamplay, le jeu en équipe. Loin du respect rigide des positions que connaissent encore certaines équipes, OG s'adapte aux circonstances : selon les drafts et selon le cours des choses, la répartition du farm va changer, une priorité plus ou moins élevée va être attribuée à untel selon les besoins... Il reste habituel de voir n0tail partir sur de l'équipement utilitaire là où d'autres carrys n'envisageraient même pas ce choix. Cette souplesse est une grande force à l'heure où l'adaptabilité est l'une des ressources les plus importantes dans le Dota compétitif.

Le coach 7mad est un autre atout majeur. Cet ex-joueur professionnel français a rejoint OG après le désastreux Major de Shanghai de mars 2016. Il a alors apporté une connaissance du jeu pointue, des conseils techniques avisés et a de fait grandement contribué à la victoire lors du Major de Manille. Après l'échec patent à The International 2016, il est resté mais a évolué vers plus de soutien moral, ce qui a peut-être manqué le plus à OG à TI6 face à la pression exercée par le statut de favori. Cette évolution est un clair succès, comme on a pu le voir dans le dernier épisode de True Sight : lors de la très difficile finale du Major de Kiev, contre Virtus Pro, 7mad a joué un rôle majeur en encourageant les joueurs, notamment Ana. Alors que pour beaucoup d'équipes qui ont engagé un coach en 2016 l'expérience n'a pas été concluante, celui d'OG est un facteur clef de la réussite de l'équipe cette saison.

Interrogé par v0ja, 7mad a annoncé le plan pour TI7 :

"Pour cette année, la ligne directrice pour nous sera avant tout la préparation mentale."


Tout n'est pas rose cependant. Comme l'an passé, OG devra faire avec un statut de favori et, à ce titre, elle sera étudiée sous toutes les coutures par ses adversaires. De plus, elle a peu joué cette saison. En dehors des phases finales des gros tournois, dans lesquelles elle a toujours été invitée, elle n'a pas eu tant que ça d'occasions de pratiquer. Enfin, elle paraît parfois manquer un peu de cordes à son arc : si le jeu des illusions lui réussit généralement, avec beaucoup de Terrorblade, de Naga Siren ou d'Alchemist, elle enregistre moins de succès avec d'autres types de héros.

 

Depuis la 7.0...

  • 95 matchs joués avec 62,11 % de victoires
  • 48 parties en tant que Radiant, 47 en tant que Dire
  • Les parties gagnées par OG durent en moyenne 41 min 53
  • Score moyen des parties : 26 kills, 25 morts
  n0tail Ana s4 JerAx Fly
Nombre de héros différents joués 28 20 21 27 19

 

 

Les joueurs

n0tail

Ce joueur danois a bourlingué sur HoN chez Fnatic avant de passer sur Dota 2, où il est resté deux ans toujours au sein de Fnatic, en compagnie de son compagnon de longue date Fly. Ces deux joueurs ont rejoint Secret à sa formation après The International 2014 (Fnatic éclatant à ce moment-là) et ont fini par en partir, séparément cette fois, quelques mois plus tard. n0tail a alors rejoint Cloud 9 pour achever la saison. Après The International 2015, il a été avec Fly l'un des fondateurs de Monkey Business, l'équipe qui est devenue OG ensuite. Il a connu ses plus grands succès chez OG, puisqu'il a remporté pas moins de quatre Majors depuis l'automne 2016.

  • The International 2013 : Fnatic, 7-8ème
  • The International 2014 : Fnatic, 13-14ème
  • The International 2015 : Cloud 9, 9-12ème
  • The International 2016 : OG, 9-12ème

n0tail a longtemps joué support sur Dota 2, jusqu'à la fondation de Monkey Business ; il fonctionnait en général en binôme avec Fly. Cependant, depuis août 2015, il est passé au poste de carry, comme à certains moments sur HoN. La transition a été un peu difficile au départ mais il a su prendre ses marques au fur et à mesure de la saison 2015-2016. Il jouait alors ses héros de manière essentiellement utilitaire, Miracle- étant le véritable position 1 la plupart du temps. Cette saison, il lui arrive de rester dans un rôle utilitaire, mais les choses sont moins figées. On le voit énormément, ces derniers mois, sur des héros qui occupent toute la carte, et beaucoup moins sur des gros tas qui encaissent en première ligne, comme c'était le cas l'an dernier.

Héros-signatures : Meepo, Naga Siren, Terrorblade
A surveiller : Arc Warden

Monsieur Illusions

Depuis la 7.00, n0tail a joué trente fois Naga Siren, Terrorblade et Arc Warden. Pour chacun de ces trois héros, il est le joueur professionnel qui les a le plus eus en main sur la période, avec un winrate cumulé de 73,3 %.

 

Ana

Ana est un joueur australien d'origine asiatique. Très jeune encore (il a seulement 17 ans), il a vaguement joué dans des équipes australiennes il y a quelques années et s'est fait connaître adolescent comme un joueur talentueux sur sa scène nationale. Sa carrière compétitive a vraiment débuté en 2016 lorsque, à 15 ans seulement, il est parti vivre en Chine pour participer à la CDEC League, qui l'a fait connaître et qui lui a ouvert les portes d'Invictus Gaming – mais il y est resté à l'écart, sans véritablement intégrer l'équipe. Après The International 2016, OG cherchait un remplaçant à Miracle- : le choix s'est porté sur Ana, rencontré lors d'un tournoi en Chine en 2016. Ana n'a pas hésité et a déménagé une fois de plus pour s'installer en Israël. Il a joué ses premiers tournois comme membre officiel d'une équipe avec OG et a remporté ses vrais succès avec OG.

  • Première participation à The International

Ana est un joueur de solo mid dans l'air du temps : il joue des héros qui peuvent opérer une transition vers un rôle de carry. Il est généralement abandonné à lui-même dans les premières minutes des parties et subit souvent des phases de ligne difficiles, mais se refait une santé dans la forêt ou sur quelques bons combats de début de midgame. Il s'appuie en effet en général sur des héros qui ont un bon potentiel pour capitaliser sur un succès à ce moment-là et pour faire boule de neige, comme Ember Spirit ou Storm Spirit. Vilipendé parfois (mais de moins en moins) car il perd sa ligne, il sait revenir dans la partie au bon moment pour emmener son équipe toute entière vers la victoire.

Héros-signatures : Ember Spirit, Invoker, Dragon Knight
A surveiller : Storm Spirit

Terminator

Au sein d'OG, Ana est le finisseur. Il tue en moyenne 8,76 héros par partie depuis la version 7.00, contre 5,58 pour n0tail. En contrepartie, il est le joueur chez OG qui a le moins d'assists.

 

s4

s4 a débuté sa carrière de joueur professionnel sur HoN, où il a côtoyé de nombreux joueurs qu'il a retrouvés par la suite sur Dota 2, un jeu sur lequel il bascule début 2012. Ce Suédois se fait vite remarquer et intègre No Tidehunter, devenue ensuite Alliance, l'équipe qu'il mène en tant que capitaine et solo mid jusqu'au titre de champion lors de The International 2013. Il a fait l'essentiel de sa carrière compétitive Dota 2 chez Alliance, qu'il a quitté après TI4 pour participer à l'aventure Secret (avec n0tail et Fly, au départ), puis qu'il a retrouvée après TI5. Il a passé toute cette saison chez OG, en quittant pour la première fois son poste de prédilection.

  • The International 2013 : Alliance, 1er
  • The International 2014 : Alliance, 11-12ème
  • The International 2015 : Secret, 7-8ème
  • The International 2016 : Alliance, 9-12ème

Au sein d'OG, s4 a délaissé le mid pour récupérer l'offlane, un poste qui correspond d'ailleurs davantage à son style de jeu à l'heure où le mid est dédié de préférence à des héros carry. s4 est en effet plutôt un créateur de situations, un initiateur, et ce rôle est dévolu davantage aux héros qui vont en offlane depuis quelques versions. La transition a été un peu difficile au début mais s4, qui a pu parfois être présenté comme l'un des meilleurs joueurs au monde (surtout à l'époque dominante d'Alliance), s'est rapidement adapté. Il a utilisé en début de saison surtout des gros tanks (type Centaur ou Axe), mais ces derniers mois on peut le voir également sur des héros avec lesquels il brillait mid, dans le temps, comme Batrider ou Puck.

Héros-signatures : Magnus, Batrider, Puck
A surveiller : Centaur Warrunner

Mi-homme mi-bête

Depuis la 7.0, aucun joueur n'a autant brillé que s4 avec Centaur Warrunner. Il a remporté treize parties sur quatorze avec ce héros. Sa moyenne de denies avec ce héros (10) est exceptionnellement élevée parmi les joueurs pro.

 

JerAx

Ce joueur finlandais passé lui aussi par HoN est entré dans le circuit compétitif Dota 2 en 2012. Il a évolué d'abord au sein d'équipes européennes très secondaires puis a fait une pause en 2014, avant de passer aux choses plus sérieuses (4ASC, Team Tinker). Il s'est expatrié au printemps 2015, partant en Corée pour rejoindre MVP Hot6ix. Il participe avec elle à The International, mais le tournoi est un peu décevant. JerAx rentre ensuite en Europe où il intègre 5Jungz, l'équipe devenue Liquid quelques mois plus tard. Il a passé toute la saison 2015-2016 dans ce groupe qui a été l'un des plus impressionnants du printemps 2016. Suite à un International décevant, il a rejoint OG lors du shuffle de début de saison.

  • The International 2015 : MVP Hot6ix, 13-16ème
  • The International 2016 : Liquid, 7-8ème

JerAx est connu pour être l'un des supports roamers de position 4 les plus efficaces. Son Earth Spirit était notamment réputé bien avant qu'il ne soit disponible en Captain's Mode. Alors que chez Liquid il faisait parfois office de support de ligne pour laisser la forêt à Kuroky, il est presque toujours en mouvement chez OG. Il est spécialisé dans les héros qui attaquent par surprise, de loin ou d'un endroit improbable (même s'il s'agit rarement de héros furtifs, Riki ou Bounty Hunter ne sont pas sa tasse de thé).

Héros-signatures : Earth Spirit, Monkey King, Rubick
A surveiller : Pudge

Un Earth Spirit de référence ?

Depuis la 7.0, JerAx est loin d'avoir montré l'Earth Spirit le plus impressionnant. Dix-huit pos 4 l'ont joué davantage que lui – mais il reste classé sixième pour le KDA moyen.

 

Fly

Armoire à glace israélienne, Fly est un très ancien compagnon de n0tail : ils ont évolué ensemble chez Fnatic sur HoN puis sur Dota 2, ils sont passés chez Secret en même temps (dans la line-up qui contenait s4, d'ailleurs) et ont fondé OG après TI5. Ils ne se sont séparés que brièvement en 2015. Fly avait alors atterri chez Complexity Gaming pour quelques mois. Comme n0tail, c'est avant tout chez OG qu'il a remporté ses succès les plus marquants, puisqu'il a comme son ami de longue date remporté quatre Majors. Fly est le drafteur et le capitaine de l'équipe, comme il l'était dans le temps pour Fnatic.

  • The International 2013 : Fnatic, 7-8ème
  • The International 2014 : Fnatic, 13-14ème
  • The International 2015 : Complexity Gaming, 9-12ème
  • The International 2016 : OG, 9-12ème

Fly est très nettement un support de ligne : la division des tâches entre les deux supports est particulièrement marquée chez OG. Il a un tropisme pour les héros qui ont une grosse présence en combat de masse, avec beaucoup de Warlock cette saison, mais aussi pour les supports défensifs, soigneurs ou simplement protecteurs. Il faut également noter qu'il est l'un des rares supports actuels qui joue Visage régulièrement.

Héros-signatures : Dazzle, Crystal Maiden, Keeper of the Light
A surveiller : Visage

Un faux position 5

Fly et JerAx ont une moyenne de GPM très proche. Cependant, avec certains héros, Fly dépasse les 100 last hits de moyenne par match (Visage, Phoenix, Shadow Shaman et plus encore Lina) et n'est alors clairement pas un position 5.

 

Conclusion

Deux victoires en Major cette saison sur deux possibles, des podiums récurrents dans les compétitions de haut niveau : une fois passés les premiers temps, un peu incertains, OG a clairement montré une immense capacité de résilience et une constance inégalée. Elle n'est pas un feu de paille qui brille de mille feux lors d'un tournoi unique, mais le brasier qui finit par absorber les autres. L'invitation à The International 2017 était donc non seulement logique, mais nécessaire et ne faisait pas le moindre doute.

Cependant il existe un revers à la médaille : ces performances impressionnantes et régulières placent OG au centre des regards et elle sera évidemment l'une des plus étudiées par ses adversaires pour TI7. La pression psychologique que les joueurs peuvent s'imposer à eux-mêmes – réussir à The International est un désir impératif pour tout joueur professionnel Dota 2 – est un autre obstacle à surmonter. L'an dernier, OG n'avait pas su gérer son statut de favorite à Seattle – nous verrons bientôt si les leçons de cet échec ont été tirées.

Que peut-on attendre d'OG à cet International ? A peu près tout. La place de favori est peut-être moins nette que l'an dernier, les résultats n'ayant pas été faramineux après la victoire au Major de Kiev. Cela pourrait jouer en la faveur des Européens : ils n'en seront pas moins étudiés par leurs adversaires, mais la pression auto-infligée est sans doute moins élevée qu'avant TI6, d'autant plus que l'équipe a depuis beaucoup travaillé sur la gestion du mental.

Pour autant, tous les nuages ne sont pas levés. OG ne semble pas toujours capable de sortir d'un style de jeu convenu, avec un manque de diversité autour du poste de carry parfois problématique voire frustrant (un peu comme Liquid au printemps 2016). Il manque peut-être encore l'étincelle nécessaire pour embraser The International 2017. OG a la carrure d'une équipe championne du monde, les quatre victoires en Major sur deux ans le prouvent. Cependant cela pourrait ne pas suffire, cette fois encore, tant l'International évolue dans un univers différent des autres tournois.

 

Pour achever cet article (qui sera sans aucun doute le plus long des dix-huit présentations, et pour cause), v0ja de la FroggedTV a accepté de répondre à la question : que peut-on attendre d'OG à TI7 ?

Il va sans dire que OG arrive à TI en étant favoris, encore une fois. L'équipe est quadruple championne de Major et n'a pas fait d'autre résultat que Top3 depuis 2015 si ce n'est lors de TI6.

Alors le problème est bien là, OG mérite le titre de meilleur équipe mondiale de Dota2 depuis bientot 2ans, mais OG n'a pas confirmé lors de leur unique TI.
Cette nouvelle édition du tournoi a sans aucun doute reboosté l'équipe, encadrée par notre français 7cknMad, qui arrivera dans l'évènement avec la volonté de le réussir cette fois-ci.

En revanche, en tant que favoris, OG doit aussi s'exposer aux mauvais côtés de ce statut : principalement le fait d'être la squad la plus étudiée.
Le Dream Green va donc devoir prouver aux fans de Dota que TI6 n'était qu'une erreur de parcours et qu'ils sont, cette année, digne du titre et de l'Aegis.

Il est évident qu'OG possède les capacités pour remporter l'event, leur professionalisme tout comme leur qualité de préparation couplés à leur innovation font d'eux l'ennemi public n°1 de la scène Dota.