Bienvenue sur JeuxOnLine - MMO, MMORPG et MOBA !
Les sites de JeuxOnLine...
 

Dossier The International 2015

Présentation des concurrents de TI7 : Virtus Pro

24 juin 2017 à 11:34 | Par Darwyn | 100 commentaires

Les présentations des équipes invitées à The International 2017, la plus importante compétition de l'année, se poursuivent dans nos colonnes.


Pour la première fois depuis 2013, une équipe de la zone CIS fait partie du petit groupe des favoris à The International : comment Virtus Pro a émergé et que faut-il en retenir ? Cet article sera conclu par un mot de YouYou, commentateur pour la FroggedTV et grand fan des équipes russes depuis longtemps.

Retrouvez les articles précédents :

  1. OG, une nouvelle fois favoris
  2. Invictus Gaming, la dernière chance de BurNIng ?

 

La résurgence d'une grande équipe CIS

Virtus Pro n'est pas un nom inconnu des fans de la scène CIS : l'équipe existe depuis maintes années et a toujours évolué dans le peloton de tête de sa scène. Elle n'a pourtant connu le succès que par intermittence, notamment entre le printemps et l'automne 2015, avec une line-up stable dirigée par le jeune capitaine fng. Cette équipe était parvenue à se hisser dans le top 6 de The International 2015 mais était ensuite entrée dans une phase de déliquescence qui avait conduit au départ progressif de l'ensemble des membres. L'échec lors des qualifications à The International 2016 avait alors sonné le glas de l'ère fng.

C'est au beau milieu de TI6 que Virtus Pro a annoncé sa nouvelle composition. Des joueurs de l'équipe de 2015, seul le support Lil (parti six mois plus tôt) était de la partie. Mêlant des joueurs passés par des équipes CIS diverses, évoluant sur une scène réputée pour son instabilité, la nouvelle mouture de Virtus Pro aurait pu connaître le destin de la plupart de ses congénères – un reshuffle permanent dans l'espoir de trouver une formule qui fonctionne.

La mayonnaise a pris très vite et l'automne a été scandé par de bonnes nouvelles pour cette équipe russo-ukrainienne, avec de multiples qualifications à des tournois majeurs, dont le Major de Boston. A la mi-novembre, Virtus Pro a brillamment remporté la sixième édition de The Summit en battant les champions de TI6 puis OG à deux reprises, avec une finale dans laquelle les doubles vainqueurs d'un Major Valve n'ont pas eu le temps de respirer. Avec un jeu très agressif et nerveux exempt des défauts courants chez les équipes russes, Virtus Pro a acquis ses lettres de noblesse sur la scène internationale à cette occasion.

Elle était donc très attendue au Major de Boston, deux semaines plus tard, et n'y a pas spécialement démérité : VP a largement écrasé son groupe, puis iG.Vitality. Las, Evil Geniuses l'a ensuite sortie en deux manches et l'absence de Loser Bracket a fait pleurer les fans du russian dota. L'élan de l'équipe a sérieusement été brisé par ce demi-échec : les tournois de janvier ont été médiocres, puis VP a fait face à des soucis de connexion. Virtus Pro est donc revenue sur le devant de la scène en mars 2017, à l'occasion du Qualifier CIS pour le Major local de Kiev : invaincue dans le round Robin, elle n'a concédé que deux manches par la suite.

Virtus Pro au printemps 2017 : RAMZES666, Lil, Solo, 9pasha et No[o]ne

Le réveil printanier de l'ours

Le parcours dans le Major de Kiev a été un sans faute : trois matchs remportés en Group Stage, puis une victoire après l'autre dans les Playoffs. Fait amusant, Virtus Pro a été confrontée uniquement à des équipes asiatiques jusqu'à la finale et a éliminé successivement trois équipes chinoises, dont Invictus Gaming qui avait remporté peu de temps avant le DAC 2017 et qui était regardée comme l'une des équipes favorites du tournoi. Virtus Pro n'a faibli qu'au cours de la finale contre OG, un match épique en cinq manches qui s'est en grande partie joué sur la résistance à la pression comme le dernier épisode de True Sight l'a montré. Et il s'est avéré que le mental était l'une des faiblesses de cette équipe.

Après cette deuxième place à Kiev, Virtus Pro a clairement rappelé sa domination sur sa propre scène. L'EPICENTER de Moscou a en revanché été assez décevant. De nombreuses critiques, provenant entre autres de commentateurs russophones, ont alors pointé du doigt un pool de héros très limité qui se renouvelait peu depuis six mois.

Cela a conduit Virtus Pro à un coup d'éclat qui restera sans aucun doute dans les mémoires (du moins jusqu'à TI7) : tout au long du DOTA Summit 7, VP a joué des héros différents sur chaque partie – sauf sur la dernière manche de la finale – aboutissant à un total jamais vu de 81 héros différents joués par la même équipe dans un tournoi unique ! Soit bien plus que Wings Gaming à TI6 (58 « à peine », ce qui était déjà exceptionnel). Et le tout, en remportant cette compétition, avec le style, s'il vous plaît – du bon gros dive et du safari fontaine en finale pour le plus grand bonheur des spectateurs.

Depuis la 7.0...

  • 93 parties jouées, 67.7 % de victoires
  • 50 parties côté Radiant, 43 côté Dire
  • Score moyen des parties : 24-20
  • Durée moyenne des victoires : 36 min 48

 

  RAMZES666 No[o]ne 9pasha Lil Solo
Nombre de héros joués* 28 32 27 34 22


*Le challenge du DOTA Summit 7 a évidemment généré de l'inflation.

 

Les joueurs

RAMZES666

Jeune joueur, RAMZES666 a débuté la compétition à seize ans, en 2015. Excellent joueur de pubgame et joueur à très haut MMR, il a fait ses débuts au sein de ScaryFaceZ, qui était plus un gros mix qu'une vraie équipe mais qui lui a permis de se faire remarquer. Il intègre CIS Rejects à l'automne 2015, l'équipe devenue ensuite Team Spirit, et participe avec elle à quelques tournois, dont le Shanghai Major, sans grande réussite. Il noue en parallèle des contacts avec l'équipe Empire qui le débauche immédiatement après le Major (avec son camarade AfterLife), ce qui n'a guère fait bonne impression. Il reste jusqu'à la fin de la saison chez Empire, faisant quelques petites performances. Le Major de Manille n'est guère probant et Empire ne parvient pas à se qualifier pour TI6. Après The International, il est recruté chez Virtus Pro.

  • Première participation à The International

RAMZES joue carry depuis ses débuts en compétition et s'est très vite imposé comme l'un des joueurs les plus prometteurs à ce poste sur la scène CIS. Il joue essentiellement des héros capables d'agresser très vite, de participer à des combats tôt dans la partie : il n'est pas un carry passif qui demande à son équipe de lui donner du temps, bien au contraire. Cela explique que son KDA soit souvent très élevé, tandis que le nombre de creeps tués en moyenne n'est pas des plus impressionnants : il tue ou contribue à tuer de nombreux ennemis tout au long des parties et se pose finalement peu pour farm.

Héros-signatures : Ursa, Juggernaut, Lifestealer
A surveiller : Drow Ranger

Le survivant

RAMZES666 meurt en moyenne très peu dans les parties : un peu moins de deux fois, pour ses cinq héros les plus joués. Les moves davai ne l'empêchent pas de penser à sa survie.

 

No[o]ne

No[o]ne est un jeune joueur ukrainien qui avait seize ans lorsqu'il a débuté dans des équipes semi-professionnelles. Il passe sous la bannière Vega Squadron en novembre 2014 et reste près de deux ans au sein de cette équipe, où il côtoie notamment 9pasha et Solo pendant plus d'un an. Il remporte avec cette équipe ses premiers succès, dont l'ESL One New York d'octobre 2015. Vega piétine cependant : le Major de Francfort est décevant et l'équipe russe ne parvient pas ensuite à intégrer un autre tournoi Valve. Lors du reshuffle qui a suivi TI6, il est recruté en même temps que Solo par Virtus Pro.

  • Première participation à The International

Joueur mid avant tout, chez Vega puis chez Virtus Pro, il a clairement été l'un des meilleurs mid au monde au cours du printemps 2017. Il joue des héros plutôt diversifiés, mais de préférence des héros qui vont prendre l'avantage sur la phase de ligne, capitaliser sur cet avantage pour être actifs dès le milieu de partie et profiter à plein d'un effet boule de neige.

Héros-signatures : Shadow Fiend, Puck, Dragon Knight
A surveiller : Ursa

Amateur de variété

No[o]ne a joué 32 héros différents depuis la 7.0 (le Summit 7 a bien sûr aidé) et n'a pas vraiment de héros récurrent, puisque son héros le plus joué ne l'a été que huit fois. On relèvera dans le lot des héros atypiques comme Venomancer, Omniknight ou Skywrath Mage, et surtout deux Meepos (deux victoires).

 

9pasha

Ce joueur russe a entamé sa carrière compétitive au sein des mêmes équipes que No[o]ne et a, comme lui, passé beaucoup de temps au sein de Vega Squadron. Vainqueur de l'ESL One New York, il a quitté le navire en mars 2016 pour tenter l'aventure chez Polarity, où il évolue quelques mois sous le capitanat de Lil. Il passe ensuite quelques semaines chez Fantastic Five sans plus de succès. Après TI6 et huit mois de marasme, il intègre Virtus Pro.

  • Première participation à The International

9pasha a alterné entre deux positions au fil des années, carry et offlaner. C'est à ce dernier poste qu'il se trouve cette saison. Il a un pool de héros assez restreint, avec trois héros qui ressortent souvent depuis la version 7.0 : Dark Seer, Centaur et Magnus, trois héros de teamfight joués comme des initiateurs et qui ont une bonne capacité à farm. Il a un rôle clef au sein d'une équipe qui est en permanence à la recherche du combat.

Héros-signatures : Centaur Warrunner, Slardar, Dark Seer
A surveiller : Omniknight

Pasha la menace

Deux des trois héros les plus bannis contre Virtus Pro sont des héros de 9pasha : Dark Seer (éjecté plus d'une fois sur deux) et Magnus.

 

Lil

Lil a démarré sa carrière professionnelle d'un coup, après The International 2014, en intégrant NVMI, l'équipe montée par Goblak (qui l'avait repéré en pubgames) devenue ensuite VP.Polar puis Virtus Pro. Il est donc le seul joueur de la line-up actuelle qui a connu la période de la grande équipe VP en 2015. Il est aussi le seul à avoir déjà goûté à un International. Il a quitté Virtus Pro en mars 2016, en même temps que 9pasha, pour aller avec lui chez Polarity. L'expérience a tourné court, il a pris du champ pendant l'été et a réintégré Virtus Pro en août.

  • The International 2015 : Virtus Pro, 5-6ème

Lil est le position 4 de Virtus Pro, comme il l'était déjà il y a plusieurs années. Il se distingue par la polyvalence des rôles qu'il peut tenir : selon les cas, il est roamer, jungler, en dual mid, en trilane... Il joue donc des héros très variés et parfois innovants – c'est lui qui a popularisé il y a quelques temps la Weaver support. Il partage des héros communs avec Solo, ce qui permet une réelle souplesse lors des drafts.

Héros-signatures : Visage, Skywrath Mage, Io
A surveiller : Rubick

Communicant de choc

Lil est extrêmement actif sur les réseaux sociaux et est généralement la voix de Virtus Pro face aux caméras. Il n'hésite pas à provoquer ou à s'insérer dans des polémiques et ne manie guère la langue de bois.

 

Solo

Solo est le joueur le plus âgé et le plus expérimenté de l'équipe (sans avoir connu un International pour autant), dont il est également le capitaine. Depuis la fin 2012, il est passé par d'innombrables équipes de la zone CIS, avec des changements permanents jusqu'à la fin 2013. Il est passé à la postérité en juin 2013 en pariant 322 $ sur la défaite de sa propre équipe qu'il a fait perdre volontairement : le 322 est devenu l'un des memes les plus populaires sur Dota 2, désignant un throw, et cela a valu à Solo un bannissement à vie des tournois StarLadder, le circuit de tournois le plus important dans la zone CIS. Il a été recruté au printemps 2015 par Vega Squadron, première équipe dans laquelle il a passé plus d'un an. Il y a joué avec No[o]ne et 9pasha, qu'il a retrouvés par la suite chez Virtus Pro.

  • Première participation à The International

Support de ligne avant tout, Solo se dévoue en priorité pour son carry en début de partie. Position 5 dans l'âme, il se charge des consommables sans rechigner. A partir du milieu de partie, il adopte le rôle du paratonnerre : il se déplace sans crainte dans des zones potentiellement dangereuses pour attirer la foudre, ce qui permet d'engranger des informations précieuses et donne à son équipe l'occasion de réagir. Il ne faut donc pas s'arrêter à un nombre de morts élevé et à des indicateurs chiffrés très faibles, car ses sacrifices sont rarement dénués de sens (ainsi, il encaisse régulièrement les smokes adverses). La plupart du temps, il s'agit véritablement de feed contrôlé.

Héros-signatures : Io, Disruptor, Warlock
A surveiller : Rubick

Position 6

Solo tue moins et meurt davantage que n'importe qui au sein de son équipe. Sur les derniers mois, il a une moyenne de 30 creeps tués par partie (deux fois mois que Lil). Il a moins de 200 GPM moyen en 7.0 avec Treant Protector. Il redore ainsi le blason des supports position 6.

 

Conclusion

Une équipe CIS stable, qui réussit à monter le high ground et à faire des performances étalées sur plus de deux mois tout en parvenant à conserver son identité et son jeu caractéristique : Virtus Pro est particulièrement atypique et se distingue de manière très positive dans une scène qui reste bien souvent très brouillonne. Si elle n'a pas remporté un tournoi de premier plan, elle a enchaîné de beaux succès et elle peut se targuer d'être l'une des rares équipes au monde sur cette saison qui a réussi à tenir la dragée haute à OG dans plusieurs Bo5.

La seule deuxième place dans le Major de Kiev aurait sans nul doute suffi à Valve pour envoyer une invitation directe à Virtus Pro pour The International 2017. Le coup d'éclat réalisé dans le DOTA Summit 7 n'a pas spécialement compté dans cette décision. En revanche, à trois reprises au moins cette année (Summit 6, Major de Kiev, Summit 7), Virtus Pro a déployé un jeu flamboyant et haletant qui a su séduire le public : non contente d'aborder The International 2017 comme prétendant sérieux au titre, Virtus Pro est probablement l'une des équipes préférées du public (au moins européenne) à l'heure actuelle.

Que peut-on attendre de VP à TI7 ? YouYou, fan absolu et de longue date des équipes CIS, apporte sa réponse :

Je pense que l'une des grosses forces de l'équipe c'est qu'elle avance dans la bonne direction constamment au cours de la saison, elle va crescendo : plus de synergie, de confiance entre les joueurs. C'est une équipe qui peut énormément surprendre, on l'a vu bien entendu au DOTA Summit 7. Elle a alors montré qu'elle était capable de renouveler son jeu, et c'est très important quand on arrive à TI, car il faut arriver sans que les adversaires sachent à quoi s'attendre.

Et puis elle a la foule derrière elle, elle a ramené le cœur des fans vers une équipe CIS, et dans un tournoi comme TI où beaucoup de monde te regarde et peut te soutenir, ça a à mon avis son importance. C'est certainement l'une des équipes au plus gros skill individuel actuellement.

Après, en terme de classement, on peut s'attendre à tout avec VP... Un top 3, ils en ont les capacités, mais ça peut aussi bien être un remake de Boston, avec un choke et on se casse la gueule. La préparation à TI7 va être cruciale, est-ce qu'ils vont arriver en forme, est-ce que leur préparation va porter ses fruits... Ils peuvent aussi bien faire top 3 que top 18 !

C'est une équipe extrêmement énergique et jeune, et quand une telle équipe arrive dans un événement comme TI après un bon résultat comme à Kiev, il faut faire très attention, ne pas lâcher prise. Ca fait partie de la préparation mentale et physique à effectuer avant TI.