Bienvenue sur JeuxOnLine - MMO, MMORPG et MOBA !
Les sites de JeuxOnLine...
 

Dossier The International 2015

Les équipes de TI8 : paiN Gaming

19 juillet 2018 à 18:11 | Par Darwyn | 493 commentaires

Les présentations des équipes qui se retrouveront dans moins d'un mois pour disputer The International 2018 se poursuivent et approchent de leur fin avec les Brésiliens de paiN Gaming.


Pour la première fois, une équipe en provenance du Brésil, renforcée par l'ancien midlaner et vainqueur du Major de Manille w33, se rend à The International. Forte d'un top 3 dans le Major ESL One Birmingham, peut-elle créer la surprise dans la plus importante compétition de l'année ? Les points de vue d'Ap0c et Manorot permettront sans doute de se faire un avis sur la question.

Vous pouvez également retrouver les articles précédents :

  1. Team Liquid, les vainqueurs de 2017 (écrit par Llewela ; invités : Kaoru et Ze_HailD)
  2. Virtus Pro, favoris trop tôt ? (invités : Profchen et YouYou)
  3. PSG.LGD, le nouveau rêve chinois (invités : Xavyeahz et Profchen)
  4. Team Secret, enfin la bonne année ? (écrit par Guiguioh ; invités v0ja et Namax)
  5. Mineski, entre originalité et inconstance (invités : Llewela et v0ja)
  6. Newbee, ombre d'elle-même (invités : Ze_HailD et Shiba)
  7. Vici Gaming, une EG à la chinoise ? (invités : El Ap0c et Hugo)
  8. VGJ.Thunder, invités par défaut (invités : YouYou et Shiba)
  9. VGJ.Storm, les Digital Chaos de 2018 ? (invités : YouYou et Hugo)
  10. Winstrike Team, les nouveaux CIS Rejects (invités Namax et Profchen)
  11. Fnatic, la plus fantasque de toutes (invités : Llewela et YouYou)
  12. Team Serenity, l'inconnue (invités : Profchen et Manorot)
  13. OG, trahie, blessée, debout pourtant (invités : Xavyeahz et Kaoru)
  14. Evil Geniuses, qui ne laisse personne indifférent (invités : Manorot et Luciqno)
  15. TNC Predator, imprévisible, inconstante (invités : Hugo et v0ja)

 

Une lente émergence

La structure brésilienne paiN Gaming s'intéresse à DotA depuis 2010 et dispose d'une équipe Dota 2 depuis l'été 2012. Elle reste marginale des années durant, restant sur la scène américaine voire sud-américaine, à une époque où d'autres équipes du continent (péruviennes surtout) parviennent à décrocher des places dans des compétitions internationales.

Quelques mois après The International 2016, paiN Gaming annonce la fin de son équipe Dota 2. Les joueurs partent former Kingao+4, qui devient la première mouture de la line-up Dota 2 de SG e-sports. Ils restent ensemble jusqu'à la fin de l'été 2017, font un tour au Major de Kiev où ils battent Team Secret à la surprise générale. Ils échouent à se qualifier pour TI7 après une défaite en finale contre Infamous 0 à 3. Fin août 2017, SG e-sports éclate : le groupe de joueurs resté stable pendant plus d'une année s'éparpille vers divers horizons (notamment Digital Chaos.SA).

Les résultats médiocres des nouvelles équipes des anciens paiN conduit à des disparitions et à des recréations. DC.SA sombre notamment fin octobre 2017, tandis que se forme une équipe sous le nom de Midas Club Elite, qui se qualifier pour le Minor Captain's Draft. Cela pousse la structure paiN Gaming à reformer un squad Dota 2 au début du mois de novembre, en recrutant les joueurs de Midas Club Elite.

Après plus d'un an hors de paiN, trois anciens de la line-up de 2016 opèrent donc leur retour : hFn, Tavo et Kingrd, qui ont tous passé beaucoup de temps chez paiN au cours des années. Les accompagnent Duster, un jeune joueur, et Mandy. Il s'agit en fait d'un faux départ : trois semaines plus tard, une réorganisation est annoncée, avec divers changements de positions et le remplacement de Mandy par Gambling. Dans la foulée, paiN Gaming décroche une autre qualification pour une compétition du circuit pro, les Galaxy Battles II : Emerging Worlds (compétition qui perd au dernier moment son statut de Minor).

 

Les premiers succès

A compter du mois de janvier 2018, paiN Gaming fait de plus en plus son apparition sur la scène internationale. Elle souffre cependant d'une forte instabilité au mid : Gambling ne reste pas et paiN doit faire appel à des remplaçants divers. Pour le Captain's Draft 4.0, c'est l'ancien joueur de paiN (et CEO de l'organisation), PAADA, qui s'y colle. Pour les Galaxy Battles II, paiN fait appel à un joueur extérieur, le Roumain w33.

paiN Gaming à l'été 2018 : hFn, w33, Kingrd, Tavo et Duster

En février, paiN recrute enfin un midlaner. Il s'agit du Brésilien Rayuur... qui ne reste qu'un mois. Avec lui, paiN se qualifie à de nombreux tournois du circuit pro. Il est cependant remplacé par w33 (encore lui) au Major de Bucarest, raté. Rayuur est éjecté après ce tournoi tandis qu'entre dans l'équipe Arms, autre mid brésilien. Lui aussi ne passe qu'un mois chez paiN Gaming - mois assez médiocre d'ailleurs, en dehors d'une deuxième place dans les WESG 2017, qui ne comptent pas pour le circuit pro. Le DAC 2018 est particulièrement éprouvant, avec un 0-7 douloureux en phase de groupe.

Finalement, au milieu du mois d'avril, paiN Gaming annonce le recrutement définitif de w33 au mid, conclusion (évidente ?) d'une longue recherche d'un cinquième joueur. La line-up finale échoue de peu à se qualifier pour le SuperMajor mais décroche une place à l'ESL One Birmingham. En mai, paiN profite de la méforme de certaines équipes (notamment Newbee) pour arracher un top 8 à l'EPICENTER XL.

Palmarès de la saison

  • ESL One Birmingham 2018 : 3ème
  • Total DPC : 504 (16ème)

Le véritable (et seul) résultat de paiN Gaming intervient quelques semaines plus tard, dans le Major ESL One Birmingham. paiN crée la surprise dans le groupe B en battant Team Liquid deux fois : elle accède aux Playoffs devant Vici Gaming et Team Liquid ! Elle bat ensuite les deux meilleures équipes de la zone SEA, Mineski puis Fnatic, et termine le tournoi sur une troisième place que personne ne pouvait anticiper.

Sur la fin de saison, paiN Gaming remporte sans surprise un Open Qualifier pour TI8. Avec SG e-sports, elle part en position de favori dans le Qualifier sud-américain : ces deux équipes partagent le haut du tableau à l'issue du round Robin. paiN Gaming perd cependant le premier match des Playoffs face à Thunder Predator... une défaite annulée le jour suivant après la disqualification des adversaires, qui ont triché lors du match suivant contre SG e-sports.

Cela relance paiN Gaming dans la course : elle bat SG e-sports en finale de l'Upper Bracket puis en grande finale du Qualifier SA, dans deux Bo très disputés. La grande finale s'étale ainsi en cinq manches dont les deux dernières sont à la fois longues, sanglantes et indécises. paiN Gaming ressort vainqueur de ce match fratricide entre les deux meilleures équipes brésiliennes - en route pour The International. Ap0c nous explique les ressorts de cette équipe peu regardée en Europe :

Comment définirais-tu le jeu de paiN Gaming en quelques mots ?
Samba, fantasque, en cours de maturation.

Quel est leur principal point fort ?
L'effet de surprise ! Ils peuvent jouer de pas mal de façons, ce qui peut déconcerter l'adversaire.

Et leur principal point faible ?
Un manque d'automatisme et de solidité dans les actions, mais ça se corrige dernièrement.

Qui est le joueur clef de la line-up selon toi et pourquoi ?
KingRD, il est capitaine d'équipes sud-américaines depuis que le SA Dota est représenté dans les tournois Valve. Il doit avoir un impact que l'on imagine mal.

Si tu devais citer trois héros emblématiques, lesquels serait-ce ?
L'Enigma de Tavo, la Templar Assasin de w33 et la Luna de hFn.

Selon toi, à quoi est due la troisième place à l'ESL One Birmingham ?
Ce tournoi reste une énigme, au-delà du format étrange. Personne ne voit paiN Gaming sortir d'un groupe avec OG, Team Liquid et Vici Gaming, et pourtant.
Pour moi, ce résultat est la conjonction entre une grosse préparation en vue des Qualifiers TI et du fait qu'ils ne sont ni attendus ni étudiés par les autres équipes. Il prouve en tous cas que le Dota sud-américain devient de plus en plus mature.

Remporter TI8, ce serait...
Un miracle. Même un top 8 serait incroyable, pour une scène qui est plus connue pour les bans de Valve ou les comportements fantasques que pour sa force.

 

Les joueurs

hFn

hFn entre dans le monde de la compétition sur Dota 2 via... paiN Gaming, en août 2013, alors qu'il n'a pas encore seize ans. Au fil des saisons, il change souvent d'équipe, avec une permanence : il revient toujours chez paiN Gaming. C'est le cas en 2015 (cinq mois) puis à partir de mai 2016 (cinq mois). Il reste avec ses coéquipiers chez Kingao+4 puis chez SG e-sports, et ne se sépare d'eux qu'en septembre 2017 pour participer à la brève aventure Digital Chaos.SA. Il les retrouve chez Midas Gaming Elite fin octobre puis retourne une nouvelle fois, avec eux, chez paiN Gaming.

  • Première participation à The International

Selon les moments, hFn joue solo mid ou carry. Il lui arrive encore d'alterner les rôles avec w33, notamment quand il s'agit de jouer Tinker ou Templar Assassin, mais il est le plus souvent en position de carry sur la safelane (voire sur l'offlane selon les drafts). Dans tous les cas, il est clairement le position 1 de son équipe. Il est en général sur du gros carry capable d'écraser l'équipe adverse à partir de la période 30-40 minutes ; il a cependant beaucoup de souplesse dans le choix de ses héros.

 

w33

w33 est un joueur roumain, une pubstar européenne qui a commencé à tourner dans des équipes secondaires de la scène EU comme les Balkans Bears à partir de la saison 2014-2015. Il est recruté en septembre 2015 par Puppey pour devenir le mid de Team Secret, un sacré pari qui se révèle payant puisque Team Secret parvient en finale du Major de Francfort puis remporte le Major de Shanghai. Cela n'empêche pas Puppey de se débarrasser de w33 (en même temps que Misery) peu après. Ces deux joueurs trouvent un point de chute in extremis chez Digital Chaos, une équipe nord-américaine qui peine à émerger et qui se reconstruit fin mars 2016 autour de Resolut1on. w33 prend sa revanche lors de The International 2016, où il parvient en finale. Il reste avec ses coéquipiers lors de la saison suivante sous le tag Digital Chaos, puis Thunderbirds et pour finir Planet Odd. Las, les finalistes de TI6 ne se qualifient pas à TI7, ce qui entraîne l'éclatement de l'équipe. w33 retourne dans des équipes secondaires européennes, notamment MidOrFeed en début de saison. Le succès n'est pas au rendez-vous. Il fait office de standin ponctuel pour paiN Gaming à plusieurs reprises au cours des premiers mois de 2018 et finit par rejoindre pour de bon l'équipe brésilienne en avril 2018.

  • The International 2016 : Digital Chaos, 2ème

Connu pour son jeu mid, c'est tout naturellement que w33 a pris ce poste chez paiN Gaming même s'il laisse parfois la place à hFn. On le voit peu dernièrement sur ses héros signatures, notamment son fameux Meepo ou son Invoker. Il est plutôt sur des héros très forts en milieu de partie tout en ayant de vrais options ensuite, des héros très courants comme Ember Spirit ou plus inattendus comme Clinkz et Visage. Même s'il ne joue a priori que peu de héros différents sur un patch, il a indubitablement des atouts dans sa manche.

 

Tavo

Tavo a débuté en 2014 sa carrière, au sein de diverses équipes de la scène brésilienne. Il a fait partie de paiN Gaming tout au long de l'année 2015, y est revenu en mai 2016. A partir de là, il n'a presque jamais quitté ses compagnons : il est resté avec eux la saison suivante chez Kingao+4 et SG e-sports. Après l'éclatement du groupe post-TI7, il a brièvement joué chez T Show, puis s'est retiré avant de revenir chez Midas Elite Gaming devenue paiN Gaming.

  • Première participation à The International

Pur offlaner, Tavo a tendance à jouer davantage des héros utilitaires que des initiateurs purs. La méta actuelle lui correspond donc plutôt bien, même s'il ne prend pas forcément des héros dont il a l'habitude. Il a récemment ajouté Pangolier ou Abaddon à ses héros de prédilection et il garde sans aucun doute beaucoup de possibilités en réserve pour TI8, dont ses héros signatures (Batrider, Nature's Prophet...).

 

Kingrd

Kingrd est le vétéran de l'équipe : il a débuté chez paiN Gaming en 2011. En tout, il a passé quasiment quatre années sous cette bannière, dont la plus grande partie de la saison 2014-2015 et presque toute l'année 2016. En octobre de cette année-là, il part chez Kingao+4/SG e-sports et reste avec ses coéquipiers. Après TI7, il va avec hFn chez Digital Chaos.SA, puis retourne chez paiN Gaming après le bref interlude Midas Elite Gaming.

  • Première participation à The International

En dehors d'une brève tentative comme core en fin d'année 2017, Kingrd joue support, plutôt en position 4. Son héros de l'année a clairement été Sand King, devenu l'un des top picks de l'équipe. Il joue surtout en dual lane avec Tavo. C'est aussi le Io de l'équipe, si ce dernier est disponible. Il est enfin le capitaine de paiN Gaming.

 

Duster

Duster est le petit nouveau de l'équipe. Il a commencé la compétition alors qu'il vient d'avoir quinze ans, en septembre 2016. Il évolue alors dans de petites équipes, en compagnie d'Arms (qui a été un mois durant mid chez paiN en mars 2018). Il est recruté par Midas Club Elite en octobre 2017 et accompagne ses coéquipiers chez paiN après ça.

  • Première participation à The International

Dans l'ensemble, Duster est un pur support position 5. Il est le plus souvent en safelane, même s'il y a des exceptions (son Chen est particulièrement redouté). Il joue assez peu de héros différents : dernièrement, il a eu Warlock ou Bane pour les deux tiers de ses matchs. Cela peut s'avérer un facteur limitant pour ses coéquipiers.

 

Conclusion

The International 2018 sera-t-elle un échec annoncé pour paiN Gaming ? Valve a décidé d'imposer des équipes sud-américaines dans ses tournois depuis plus d'un an. En conséquence, une place a été réservée à cette région dans tous les tournois du circuit pro de la saison. Pourtant, le palmarès des équipes brésiliennes ou péruviennes depuis reste maigre. A TI7, Infamous n'avait pas été ridicule, mais n'en avait pas moins fini top 16.

paiN Gaming bénéficie cependant d'atouts non négligeables, qu'il ne faut pas résumer à la présence de w33. Ce joueur est certes brillant en plus de disposer d'une réelle expérience de la compétition à très haut niveau, mais paiN n'est pas une équipe "w33 + 4". Les quatre joueurs brésiliens se connaissent bien, se pratiquent pour trois d'entre eux (hFn, Tavo et Kingrd) depuis des années, d'où des habitudes de jeu et des automatismes indispensables.

Il ne faut sans doute pas verser dans l'excès inverse et considérer paiN Gaming comme un outsider de choix : inutile de surinterpréter le top 3 à l'ESL One Birmingham, qui demeure une performance isolée. Qu'est-on en droit d'attendre de l'équipe brésilienne à TI8 ? Cette question, difficile, a été adressée à Manorot :

paiN Gaming est la véritable première équipe sud-américaine ayant une réelle chance de réussir  à un TI. Fusion d’anciens joueurs de SG-esport ayant réussi à faire top 5-8 en 2017 pendant le major de Kiev, de w33, midplayer reconnu ayant joué chez Team Secret pendant leur victoire au major de Shanghai et chez DC quand ils ont joué la finale de TI6 contre Wings, et enfin de Duster, nouveau venu de la scène brésilienne.

Cette équipe est ainsi composée de joueurs ayant déjà participé à des événements de cette ampleur, avec plus ou moins de succès (sauf Duster, qui n’a réellement commencé sa carrière qu’avec paiN Gaming cette saison).

Au vu des derniers résultats, on peut se dire que paiN Gaming a les épaules et le talent nécessaires pour se hisser sur un top 8, ce qui serait déjà une très bonne nouvelle pour la scène sud-américaine, mais cela serait oublier w33, qui est un joueur sachant donner de plus en plus en fonction de l’avancement dans le tournoi. Je ne les vois pas en-dessous du top 12 et pas au-dessus du top 6, mais une surprise peut toujours arriver pendant TI.