Bienvenue sur JeuxOnLine - MMO, MMORPG et MOBA !
Les sites de JeuxOnLine...
 

Dossier The International 2015

Rétrospective #1 : The International 2011

Publié le | Dernière mise à jour le
Sommaire

Un jeu encore en gestation

En 2011, Dota 2 est loin d'être achevé. Issu de la collaboration entre Icefrog, développeur du mod Defense of the Ancients depuis 2005, et Valve, le jeu est également peu connu. Il n'a pas été dévoilé au grand public et il est loin de sa sortie officielle (qui n'interviendra stricto sensu qu'à l'été 2013).

Dota 2 se veut dès l'origine différent de la version Warcraft III. Outre un nouveau moteur (Source Engine), qui permet de faire ce que DotA ne permettait pas en termes de gameplay et des graphismes améliorés, Dota 2 propose toute une série d'options nouvelles, tant en terme de personnalisation du jeu qu'au niveau de l'interface (achat rapide, utilisation du coursier...). Progressivement, en suivant les retours des premiers testeurs, le jeu se forme.

http://jolstatic.fr/www/captures/1402/5/91485.jpeg

En juillet 2011, Valve annonce sa présence à la GamesCom de Cologne se tenant août 2011. Il semble alors évident qu'il s'agit là de l'occasion de montrer Dota 2 au grand public. L'évènement est vraiment créé le 1er août, lorsque les projets sont clairement énoncés : il ne s'agira pas d'une simple présentation du jeu mais d'un tournoi d'e-sport appelé The International, sur cinq jours, avec un prix jamais atteint encore pour une compétition vidéo-ludique : 1 600 000 dollars ! Les gagnants empochant à eux seuls un million tout rond.

Seize équipes reçoivent une invitation ainsi qu'une clef d'accès au jeu, avec plus ou moins d'avance (la dernière équipe invitée, Scythe Gaming, n'est avertie que quelques jours avant la GamesCom). L'origine géographique et la force de l'équipe sur le circuit compétitif sur DotA sont les deux critères majeurs de sélection : il faut à la fois des équipes capables d'assurer le spectacle et des origines variées pour motiver le public des principaux réservoirs de futurs joueurs.

  • Quatre équipes sont chinoises : EHOME, Invictus Gaming, Nirvana.cn et Tyloo (il faut noter que certaines grandes équipes chinoises comme DK ont cru à l'arnaque face à un montant exceptionnel et à un organisateur inconnu : elles ont refusé de participer).
  • Quatre autres viennent d'Asie du Sud-Est : Scythe.gg (Singapour), Mineski (Philippines), MiTH (Thaïlande) et MUFC (Malaisie).
  • Deux viennent de l'ex-URSS (Natus Vincere et Moscow Five), une d'Europe de l'Est (SGC, qui avait remplacé au pied levé StarsBoBa).
  • L'Europe du Nord et de l'Ouest est représentée par Virus Gaming (France), nevo et MYM (toutes deux danoises), ainsi que GosuGamers (à dominante allemande).
  • La dernière équipe, Nirvana.int, est plutôt composée de joueurs nord-américains.
The International 2011 : le KoelnmesseThe International 2011 : le Koelnmesse

Le tournoi

Le tournoi commence le 17 août 2011, dans le cadre du plus gros évènement vidéo-ludique de l'année, la GamesCom de Cologne, qui se tient au Koelnmesse. Dans l'aile réservée pour The International, Valve a installé une plate-forme en hauteur, insonorisée mais aux murs transparents, sur laquelle se tiennent face-à-face les équipes qui s'affrontent dans des pièces séparées. En contrebas se trouve le public, venu découvrir Dota 2.

Le tournoi est retransmis en direct et gratuitement dans quatre langues : allemand, anglais, chinois, russe. Les streams, évidemment gratuits, ont permis à plusieurs millions de joueurs de découvrir Dota 2 (même si la bande passante n'a pas toujours suivi). En ce sens, TI1 a avant tout été une formidable opération publicitaire, quelques semaines avant le lancement officiel de la bêta.

The International 2011 : la plate-forme de rencontre
The International 2011 : la plate-forme de rencontre

Jour 1

Il s'ouvre par un jour de phases préliminaires. Les seize équipes sont réparties en quatre groupes de quatre équipes qui s'affrontent dans trois Bo1 (Best of One). Les deux équipes en tête du groupe à l'issue des trois matchs accèdent au Winner Bracket, les deux autres au Loser Bracket (qui débouche sur une élimination en cas de défaite).

Se qualifient pour le Winner Bracket : EHOME, Tyloo, MYM, Scythe, Nirvana.int, Invictus Gaming, Natus Vincere et Moscow Five.

Jour 2

Les choses sérieuses commencent avec les premiers rounds à élimination. Il s'agit encore là de parties en Bo1, ne laissant aucune place à l'erreur, en particulier en Loser Bracket. SGC, nevo, Nirvana.cn et GosuGamers sont éliminées de la course à l'issue de la journée.

Restent en Winner Bracket : EHOME, Scythe, Natus Vincere et Invictus Gaming.

Jour 3

Les hostilités se poursuivent et de nouveaux concurrents sont éliminés de la compétition : MUFC, Tyloo, Virus Gaming et Mineski. Les huit autres équipes qui restent en lice sont donc assurées de repartir avec un prix minimal.

Jour 4

Les phases finales approchent, la finale du Winner Bracket entre Natus Vincere et Scythe est remportée par l'équipe ukrainienne après le premier match en Bo3 (Best of Three).

Sont éliminées en ce quatrième jour MiTH, MYM, Invictus Gaming, Nirvana.int et Moscow Five.

L'arbre de The International 2011 (Liquipedia)
L'arbre de The International 2011 (Liquipedia)

Jour 5

Le point culminant du tournoi, avec la finale du Loser Bracket en Bo3 puis la Grande Finale en Bo5. Au bout de trois parties, Scythe est éliminée par EHOME qui retrouve donc Na`Vi en finale.

La Grande Finale (en Bo5) est spectaculaire, opposant Na`Vi, équipe invaincue jusqu'alors dans le tournoi, à EHOME, réputée être l'équipe la plus forte sur DotA de l'année. Vainqueur du Winner Bracket, Na`Vi part avec un point d'avance mais doit concéder la première partie. Les Ukrainiens emportent en revanche les deux suivantes, devenant ainsi les premiers champions du monde Dota 2 et les vainqueurs du plus gros prix décerné à une équipe dans un tournoi e-sportif à cette date.

 

Place Equipe Prix
1 Na`Vi 1 000 000 $
2 EHOME 250 000 $
3 Scythe 150 000 $
4 MYM 80 000 $
5 Moscow Five 35 000 $
6 Invictus Gaming 35 000 $
7 Nirvana.int 25 000 $
8 MiTH 25 000 $

 

Quelques parties à regarder

Les parties de The International 2011 ont largement vieilli, mais si vous voulez revivre quelques unes des parties les plus intéressantes du tournoi, voilà des pistes.

Première partie de la finale Na`Vi-EHOME, souvent considérée comme la plus spectaculaire du tournoi. Les Ukrainiens innovent en prenant le premier et le seul Pudge du tournoi, dans les mains de Artstyle. Ce choix fonctionne bien, et pourtant...

 

Tout est sens dessus dessous : Nirvana.CN, l'une des meilleures équipes au monde, affronte les Philippins de Mineski au premier tour du Loser Bracket et sont donnés gagnants à peu près à 200 %.

 

Scythe contre MYM, premier tour du Winner Bracket : les Singapouriens bloquent totalement la stratégie de MYM et l'Enchantress d'iceiceice met une pression énorme sur les lignes et les tours adverses.

 

Une leçon de farm donnée par les Thaïlandais de MiTH aux Chinois de TyLoo dans le deuxième tour du Lower Bracket.

 

Nirvana.int contre MUFC, deuxième tour du Lower Bracket : une partie à l'issue totalement imprévisible.

 

Les enseignements du tournoi

The International 2011 a été, comme les éditions suivantes de ce tournoi, un moment majeur pour le jeu. Valve a en effet utilisé l'e-sport comme un moyen de donner un maximum de visibilité à son titre, attirant ainsi à la fois les joueurs professionnels, les amateurs d'e-sport et les simples curieux. Les joueurs professionnels de DotA vont d'ailleurs basculer sur Dota 2 définitivement, à un rythme de plus en plus soutenu, après TI1 et avant TI2 (la scène chinoise, notamment, bascule début 2012). The International 2011 a donc été le coup d'envoi de Dota 2, qui a véritablement commencé à drainer la population de DotA.

Malgré tout, The International 2011 a souffert de quelques carences que Valve comblera les années suivantes : un match d'ouverture mal choisi (EHOME contre iG, deux équipes chinoises pour un match très stratégique mais de fait peu spectaculaire), des streams pas toujours accessibles du fait de la demande (4 millions de spectateurs simultanés à certains moments !), un certain manque de place, des héros pas assez diversifiés...

Seuls 45 héros de DotA ont été joués au cours de TI1, en 52 matchs. Trois héros ont été présents dans plus d'une partie sur deux : Vengeful Spirit, Earthshaker et Windrunner (aujourd'hui Windranger).

Les héros qui ont le plus souvent mené à la victoire étaient, dans l'ordre, Earthshaker, Mirana, Beastmaster, Windrunner, Antimage.
Se sont particulièrement montrés décevants dans ce tournoi Vengeful Spirit, Venomancer, Clockwerk ou Sven.

Natus Vinctere, champions du monde 2011

Autre enseignement, important pour la suite (et qui explique là encore le basculement des joueurs) : même si Dota 2 reste une version améliorée de DotA, sans aucun changement sur l'équilibrage, les deux jeux ne sont pas identiques. C'est une équipe qui s'est entraînée plus longtemps que les autres sur Dota 2 qui l'a emporté le 22 août, et non EHOME pourtant considérée à ce moment comme la meilleure équipe DotA du monde.

Même une équipe du meilleur niveau a besoin de s'adapter aux mécaniques propres à Dota 2 (achat rapide, raccourcis bien plus nombreux qu'avant...), mais aussi aux nouveaux noms, aux nouveaux icônes, aux nouveaux graphismes. Et il fallait s'adapter à un nombre bien plus limité de héros que sur DotA, ce qui changeait nettement la manière de composer les équipes. Là encore, l'expérience plus importante de Na`Vi s'est révélée déterminante.

1|2|3|4|5|6|7
Rédigé par Darwyn