Bienvenue sur JeuxOnLine - MMO, MMORPG et MOBA !
Les sites de JeuxOnLine...
 

Dossier The International 2015

Les absents du Major de Shanghai

10 février 2016 à 11:57 | Par Darwyn | 395 commentaires

Le Major sera joué d'ici deux semaines. Parmi les seize concurrents, quelques absences sont notables : passage en revue.


Il sera bien temps d'ici le 25 février de présenter les équipes qui joueront à Shanghai. Commençons plutôt par celles qui n'y seront pas, pour qui cela représente une grosse déception ou révèle un problème structurel présent depuis au moins le début de la saison. On retrouve parmi ces équipes deux anciens champions du monde, ce qui n'est pas rien.

Major Shanghai 2016

 

Na`Vi

L'équipe ukrainienne Natus Vincere a dominé ou co-dominé la scène Dota 2, européenne et mondiale, pendant deux ans. Elle a participé à cinq Internationaux, elle en a remporté un et a fini deux fois à la deuxième place. Bâtie autour d'un noyau de joueurs (XBOCT, Dendi, Puppey) pendant des années, elle a connu une réelle stabilité. La crise a cependant débuté au printemps 2014, au bout d'un an avec les mêmes joueurs : Na`Vi a commencé à enregistrer une sévère baisse de régime, à perdre de manière régulière et à ne plus parvenir à se hisser sur la marche des podiums. Les tournois globaux ont été rudes à cette période, TI4 a confirmé même si la 7-8ème place décrochée restait très honorable.

The International 2014 a entraîné l'implosion du groupe stable depuis 2011, Puppey partant avec Kuroky pour créer la Team Secret. A priori, les tensions étaient devenues trop fortes, exacerbées par les échecs répétés. Na`Vi s'est retrouvée sans capitaine, sans drafteur, sans direction. Elle a cherché à remplacer Puppey, usant à peu près tous les capitaines disponibles sur la scène CIS : fng pris à PR, Goblak, elle a ressorti ArtStyle - capitaine de Na`Vi à TI1 - de la naphtaline, après TI5 c'est PSM de Yellow Submarine qui s'y est collé, avant qu'ArtStyle revienne une troisième fois. A certaines périodes, en rade de capitaine, c'est Dendi qui a pris le poste de drafteur. Cela n'a jamais donné grand chose.

Pour les autres postes, Na`Vi a réussi à rester assez stable jusqu'au début de la saison actuelle, en dépit de quelques tribulations autour du poste de Funn1k, parti se marier en cours de route puis revenu. Cependant, elle n'a à peu près rien gagné d'important, décevant à répétition ses fans. Même sur la scène CIS, Na`Vi avait du mal à rester dans le top 3, Virtus Pro (ex-ASUS.Polar) et Empire étant en général devant elle en 2014-2015. Le DAC puis TI5 ont été peu glorieux, l'équipe a peu à peu échoué à accéder aux grandes compétitions. N'en jetez plus ?

Derniers hauts faits :
2e à la Dreamleague 3, juin 2015, 32 000 $
1er à la D2CL IV, novembre 2014, 38 000 $

Depuis le début de la saison 2015-2016, Natus Vincere n'en finit plus d'agoniser. L'équipe formée après TI5 (XBOCT, Dendi, Funn1k, SoNNeikO et PSM, seul nouveau) n'a tenu que deux mois avant que l'impensable ne se produise : XBOCT, pilier depuis 2010, a été éjecté. Sont restés Dendi et SoNNeikO seulement, ArtStyle a fait son énième retour. Pendant un certain temps, Na`Vi a joué sans roster fixe, faisant des tests. La nouvelle Na`Vi a été officialisée en décembre 2015... un mois après, Ax.mo, un des nouveaux joueurs, a été dégagé à cause de son comportement. Et rebelote, il faut le remplacer, de plus en plus dur pour une équipe qui perd de son attractivité après avoir été la numéro 1 en Europe de l'Est pendant si longtemps.

Chez Na`Vi, il reste... Dendi.

Na`Vi ne sera donc pas au Major de Shanghai. Mais après tout, elle n'était pas non plus à celui de Francfort et n'était allée à Seattle cet été que par les qualifications. La pente est forte, elle est descendue à toute allure. Désormais, la question est de savoir si Na`Vi peut revenir dans le top mondial ou si elle devra se contenter d'être une équipe T2 en Europe, parmi beaucoup d'autres, et espérer de temps à autre accéder à un tournoi global.

1. Ditya Ra
2. Dendi
3. GeNeRaL
4. SoNNeikO
5. ArtStyle

 

Invictus Gaming

La chute a été moins longue pour Invictus Gaming, elle est de ce fait plus brutale. Le profil est assez similaire à celui de Na`Vi : championne du monde en 2012, iG a été longtemps l'une des équipes les plus stables de la scène, sans changements de joueurs pendant deux saisons complètes, et peu ensuite (car le retour d'anciens de l'équipe a longtemps été privilégié). iG est restée dans le coup jusqu'à The International 2014, remportant deux des plus gros tournois de la saison 2013-2014 un mois avant TI4. Sa 7-8ème place à TI4 était décevante, surtout vu la dynamique des équipes chinoises à ce moment, mais pas infamante.

C'est ensuite que tout s'est gâté. Tout au long de la saison suivante, iG n'est apparue qu'occasionnellement sur les podiums de tournois majeurs, sans jamais repartir avec le trophée. Elle a réussi à se qualifier pour de nombreuses finales, qui ont toujours abouti à souligner l'écart croissant entre le top mondial et une iG de plus en plus dépassée. Reflet des mauvaises performances, la stabilité de l'équipe a pris fin, avec plusieurs vagues de changements en 2014-2015.

Derniers hauts faits :
2e au Starladder XII, avril 2015, 30 000 $
1er au Major All Stars Tournament, mars 2015, 47 000 $
1er à l'ESL One Francfort 2014, juin 2014, 80 900 $
1er au WPC 2014, juin 2014, 160 000 $

The International 2015 a été une nouvelle déception majeure, iG a perdu des joueurs vétérans et a essayé de miser sur une nouvelle génération de joueurs. Les résultats n'ont pas été au rendez-vous malgré des débuts prometteurs, l'équipe a dû annuler sa participation au Major de Francfort (pourtant obtenue) à cause de problèmes de visas et depuis, c'est le drame.

ChuaN est parti voir ailleurs en décembre, l'équipe a été totalement réorganisée, les anciens ont été mis sur la touche. Situation inédite pour une structure qui a pendant des années misé sur l'expérience et un renouvellement limité : désormais, les cinq joueurs de la line-up ont été intégrés depuis septembre 2015, aucun ancien n'en fait partie. iG est sans aucun doute l'équipe chinoise la plus instable du moment, après avoir été pendant quatre ans la plus stable. Les mauvais résultats de janvier (échecs lors des qualifications pour le Major puis pour les finales de la MDL) n'augurent rien de bon.

1. Rabbit
2. Yuno
3. XuaN
4. xdd
5. super

Invictus Gaming victorieux

De l'équipe de la saison 2014-2015 post-DAC (ici en mars), il ne reste plus aucun joueur.
De gauche à droite : ChuaN, Luo, Faith, Ferrari_430, Burning

CDEC.Youth

Parmi les absents à Shanghai en mars, il y a aussi certaines équipes montantes, et CDEC.Youth est l'une des plus prometteuses. La deuxième équipe de CDEC a été intégrée après TI5 et l'éclatant parcours de la première. Elle n'est pas composée de jeunes premiers, les noms sont souvent connus : ce sont des joueurs qui ont échoué à s'intégrer aux grandes équipes, très consanguines pendant longtemps, et qui ont gravité sur la scène chinoise sans percer vraiment. Trois d'entre eux se sont connus en 2014 chez CIS Gaming, Inflame a été testé par LGD ou EHOME, June par iG et NewBee. Icy est même un vétéran de la scène chinoise, puisqu'il faisait partie d'équipes importantes sur DotA avant 2011.

Pas des perdreaux de l'année donc pour la plupart - il n'y a qu'un vrai nouveau, Ame -, même si l'expérience en compétition ne date que de 2014 en moyenne, Icy étant l'exception. Leur réunion ne date en revanche que de septembre 2015, et elle fonctionne. Depuis novembre, les résultats sont franchement bons. CDEC.Youth s'est vraiment révélée fin décembre dans la Dire & Radiant Cup, où elle a fini deuxième après avoir battu EHOME, CDEC et VG. Elle a ensuite échoué de peu à se qualifier pour la MDL.

Premiers hauts faits :
2e à l'ECL 2015 automne, décembre 2015, 7 700 $
2e à la Dire and Radiant Cup, décembre 2015, 31 000 $

Le Major, pas pour cette fois. Mais si les joueurs restent ensemble après le grand shuffle de la scène chinoise en mars, pourquoi pas le suivant ? La dynamique est là, en tous cas, CDEC.Youth est la petite équipe qui monte sur la scène chinoise, et elle est peut-être actuellement meilleure que l'équipe numéro 1 de la structure.

1. Ame
2. inflame
3. June
4. Icy
5. ADD

 

Empire

Pendant deux saisons, Empire a connu son heure de gloire avec des périodes de domination nette avant les Internationaux - suivies de l'échec piteux à TI4 puis TI5. Cela a dérivé d'une période de stabilité relative à partir de l'automne 2013. Le résultat plus que médiocre de TI5 y a cependant mis fin. Depuis, les départs se succèdent, les joueurs vedettes s'en vont les uns après les autres : yoky-, jeune joueur prometteur, puis Silent parti gagner chez Virtus Pro, pour finir il y a quelques jours par le capitaine Resolut1on qui tente sa chance sur la scène nord-américaine.

Neuf joueurs sont partis d'Empire depuis TI5, un turn-over qui a des répercussions fortes. L'équipe a récupéré les "déchets" de Na`Vi pour compenser (XBOCT et Funn1k). La perte du capitaine Resolut1on, qui dirigeait Empire depuis l'automne 2013, représente sans aucun doute un coup dur, dont il n'est pas certain que l'équipe russe se relève. Mais comme de toute manière il n'y a plus aucun joueur historique chez Empire, cela n'attristera pas les fans de l'époque.

Derniers hauts faits :
1er à la Game Show Global eSports Cup, décembre 2015, 125 000 $
2e à la Dreamleague 4, novembre 2015, 30 000 $
2e à la D2CL 6, novembre 2015, 12 500 $

Comme pour Natus Vincere, la question centrale actuellement est de savoir si Empire pourra un jour revenir sur la scène mondiale, ou si il faudra se contenter des tournois de seconde zone entre équipes T2 européennes. Ce qui peut nourrir son homme : Empire a empoché plus de 180 000 $ de la sorte depuis TI5. Le logo de l'équipe a été changé le 1er février pour relancer la machine, et le "Twitter guy" auteur d'innombrables memes internet est toujours à la barre. Pas certain que cela suffise malgré tout.

1. XBOCT
2. ?
3. Funn1k
4. ALOHADANCE
5. NoFear

 

Vega Squadron

Vega a incarné l'espoir de la zone CIS à l'été et à l'automne 2015. L'intégration de joueurs reconnus, Mag~ et Solo, en avril 2015 a impulsé une dynamique victorieuse. Vega s'est placée deuxième dans les qualifications européennes pour TI5, derrière Na`Vi mais devant bien d'autres. Confrontée à CDEC dès le premier tour du tournoi Wildcard, elle n'a pas réussi à participer à l'International, de peu (2-1 face à MVP Phoenix dans le dernier match).

Qu'à cela ne tienne, Vega a opté pour la stabilité en août, annonçant rapidement qu'il n'y aurait pas de changement au sein de son équipe. Et dans la foulée, Vega Squadron s'est payé le luxe de remporter le premier tournoi majeur de la saison, l'ESL One New York, en battant EG, iG et Secret en finale. Ce résultat a valu une invitation directe au Major de Francfort.

Dernier haut fait :
1er à l'ESL One New York, octobre 2015, 114 000 $

Mais depuis, il ne se passe plus grand chose. Le Major a été piteux (9-12ème place) et il a été suivi par une phase de stagnation. L'équipe gagne globalement plus qu'elle ne perd, mais n'a pas enregistré de bonne performance dans une LAN depuis New York en octobre. Ses résultats encourageants se déroulent online et elle a rapidement été éliminée pour les qualifications au Major de Shanghai. La machine pourra-t-elle se relancer ou l'ESL One New York n'a-t-il été qu'un coup de bol ?

1. 9pashaebashu
2. No[o]ne
3. Mag~
4. Solo
5. CemaTheSlayeR

 

Mineski

L'équipe philippine a eu son moment en début de saison, profitant de la mollesse d'une scène SEA sur laquelle les équipes attendues ne perçaient pas : Fnatic en Malaisie ou MVP Phoenix en Corée ne faisaient pas grand chose. Cela a permis à Mineski, pour la première fois en des années d'existence, de se placer pour des tournois majeurs. Mieux, d'accéder au Major de Francfort. Avec un style propre et de belles mais éphémères fulgurances, Mineski a réussi à accéder au Winner Bracket, devant EHOME, mais a ensuite rencontré OG qui a mis fin aux espoirs.

Dernier haut fait :
2e dans les Asian Cyber Games, décembre 2013, 9 000 $

A The Summit un mois plus tard, le parcours a été moins brillant, avec une élimination sans avoir remporté une partie. Depuis, c'est la catastrophe : aux finales de la MDL, Mineski est la seule équipe qui a tout perdu. Clairement pas au niveau des équipes du top du Dota 2 mondial, elle n'a pas réussi à l'emporter dans les qualifications pour le Major de Shanghai. Pis, elle n'a pas disputé les Playoffs alors même qu'elle était dans un groupe simple, où ni Fnatic ni MVP Phoenix n'évoluaient. Le moment Mineski semble achevé.

1. Kuku
2. Jay
3. Ryoyr
4. Julz
5. JessieVash

 

Digital Chaos

Dernier grand absent de ce Major d'hiver, l'équipe Digital Chaos, formée en début de saison sous l'égide de SUNSfan (qui a eu tendance à se mettre en avant plus que les joueurs eux-mêmes), de DotaCinema. Avec des joueurs d'un poids certain (notamment Aui_2000 ou le frère de SumaiL, YawaR), DC promettait des résultats, a minima sur une scène américaine au niveau faible (rappelons qu'EG ne joue plus sur la scène, récupérant toutes les invitations possibles sans passer par les qualifications).

Et les résultats n'ont pas été au rendez-vous. Digital Chaos est certes parvenue à se qualifier à quelques LAN majeures, pour s'y faire éliminer systématiquement au premier tour : Nanyang Championship, The Summit 4, WCA 2015. Surtout, à deux reprises DC a échoué aux portes du Major, face à Team Unknown (Pérou) pour Francfort, face à Complexity à 60 % suédoise pour Shanghai.

Aucun haut fait digne de ce nom jusqu'à présent

De ce fait l'équipe semble adopter la stratégie de Complexity : faire venir des joueurs de talent, donc venus d'ailleurs, pour s'imposer sur une scène certes assez mauvaise, mais qui dispose de places réservées aux gros évènements. Le remplacement de TC par Resolut1on il y a quelques jours s'inscrit dans ce mouvement. En attirant des talents venus de l'extérieur, DC parviendra peut-être à se qualifier pour le Major de Manille...

1. YawaR
2. Resolut1on
3. BuLba
4. Aui_2000
5. 1437

 

Il n'y a guère de points communs entre les équipes de cette liste : certaines sont clairement sur le retour, d'autres émergent, une partie enfin semblent ne pas avoir su faire durer leur bonne fortune temporaire. Les sept équipes présentées ici sont celles qui auraient le plus pu espérer décrocher une place via les qualifications.