Bienvenue sur JeuxOnLine - MMO, MMORPG et MOBA !
Les sites de JeuxOnLine...
 

Dossier The International 2015

Les équipes de The International 2019 : Virtus Pro

03 juillet 2019 à 08:33 | Par Darwyn | 111 commentaires

Les présentations des équipes du plus important tournoi annuel sur Dota 2 reprennent, comme chaque année. Virtus Pro, première équipe à s'être qualifiée, ouvre logiquement le bal.


Comme l'an passé, Virtus Pro a décroché sa qualification via le système du Dota Pro Circuit haut la main et, surtout, rapidement. Et comme depuis 2017, l'équipe russe arrive à Seattle en faisant figure de prétendant plus que sérieux pour le titre. Pour évoquer l'historique et la possible destinée de cette équipe, Llewela et Hugo interviendront en conclusion.

Depuis plusieurs années, ces articles font le point sur les concurrents de The International. Cette année, les équipes seront abordées dans l'ordre dans lequel elles ont obtenu leur qualification.

De nombreuses personnes liées à la FroggedTV participent ou participeront à l'élaboration de ces articles : qu'elles en soient remerciées, tout particulièrement Riddell qui élabore les visuels récapitulatifs que vous trouverez dans chaque article.

Bonne lecture : il y aura dix-huit épisodes, environ un tous les deux jours ! Certains, sans doute, seront rédigés par d'autres.
Darwyn

 

Une domination et des ratés

VP 2019 logoL'équipe Virtus Pro actuelle émerge à partir du mois d'août 2016, suite au dernier grand chamboulement que la structure a connu - ils avaient été nombreux auparavant. Un nouveau groupe de joueurs est alors réuni : RAMZES666, No[o]ne, 9pasha, Lil et Solo. Certains écument depuis longtemps la scène CIS sans trouver vraiment le succès escompté, d'autres sont au premier plan dans la nouvelle génération, en particulier RAMZES et No[o]ne. L'ancien capitaine de Na`Vi, Artstyle, est leur coach.

Cette réunion hétéroclite de joueurs aurait pu connaître le sort de la plupart des équipes CIS, qui ne cessent de se faire et de se défaire. Ils restent finalement ensemble plus d'un an et demi, et quatre d'entre eux sont encore là à l'orée de The International 2019, après quasiment trois ans. Dès l'automne 2016, Virtus Pro s'impose comme la force majeure dans la zone CIS en écrasant les Qualifiers, et fait de sérieuses incursions sur la zone européenne. Les Russes écrasent la concurrence à The Summit 6 et affirment leurs prétentions.

Il faut attendre cependant le mois d'avril 2016 et la place de finaliste au Major de Kiev pour que VP surgisse véritablement au premier plan. L'éclatante victoire à The Summit 7, qui permet de montrer à tous que les joueurs ont non seulement du talent, mais aussi une incroyable capacité d'adaptation, les propulse dans le groupe des favoris pour The International 2017. Le résultat, un top 6, y est incontestablement bon, mais il a manqué quelque chose à Virtus Pro face à LFY puis à Team Liquid, deux des trois équipes du podium final.

La saison suivante démarre très fort : Virtus Pro remporte l'ESL One Hambourg, premier Major. Mais le ralentissement est ensuite net, conduisant à un changement limité mais significatif dans la line-up : le position 4, Lil, cède la place à RodjER. Cette réorganisation est suivie coup sur coup par deux nouvelles victoires dans des Majors. Sur les quatre premiers Majors de la saison 2018-2019, Virtus Pro décroche trois titres et devient, dès le mois de mars, la première équipe assurée d'être présente à The International 2018.

Est-ce une bonne chose de savoir, si tôt dans la saison, que l'on va à TI ? La question se pose cette année encore. Au printemps 2018, Virtus Pro marque le pas : troisième place au DAC, quatrième à l'EPICENTER XL. L'équipe reste l'une des meilleures du monde, mais a-t-elle la hargne nécessaire pour continuer à gagner ? Incontestablement, oui, comme démontré à la fin du mois de mai. VP écrase littéralement la concurrence à l'ESL One Birmingham en ne perdant aucune manche sur tout un tournoi. Au SuperMajor, dernier grand rendez-vous de la saison, VP bataille jusqu'au bout face à PSG.LGD et Team Liquid (pour s'incliner face à cette dernière 2 à 3 en Grande Finale).

Comme un an plus tôt, Virtus Pro est à nouveau l'un des très grands favoris au moment d'aborder The International : quatre titres de Majors et trois top 4 supplémentaires, 12 372 DPC. Et, comme un an plus tôt, Virtus Pro réalise un bon mais décevant parcours dans la compétition. La phase de groupe s'achève sur un score identique (10-6) qui l'envoie en Upper Bracket. Une équipe chinoise l'envoie en Lower Bracket (PSG.LGD en 2017, LGD.Forever Young en 2016), une équipe occidentale l'élimine dans le top 6 (Evil Geniuses, cette fois). The International est-il un tournoi maudit pour Virtus Pro ?

 

Parcours 2018-2019 Virtus Pro

 

2018-2019 : bis repetita ?

Un top 6 à The International n'est pas un mauvais résultat, quel que soit l'angle sous lequel on le regarde. Mais pour ceux qui ont dominé si outrancièrement la saison, cela n'est pas suffisant. Virtus Pro repart donc à l'attaque, en conservant exactement la même composition. Sur la scène CIS, VP est quasiment intouchable : seule l'équipe NoPangolier la bat une fois en Qualifier (mais VP récupère la seconde place).

Alors que le format de la saison a nettement évolué, avec nettement moins de tournois dans le Dota Pro Circuit, Virtus Pro met en place une dynamique imparable : de bons résultats dans les tournois majeurs hors DPC, d'excellents résultats dans les Majors. L'équipe russe triomphe d'emblée au Kuala Lumpur Major, non sans mal d'ailleurs face à une Team Secret excellente - qui, d'ailleurs, lui ravit la première place lors du Major suivant. Pour le troisième Major, Virtus Pro arrive à nouveau en finale, mais perd d'une courte tête face à Vici Gaming.

La qualification à The International, cette année, a été encore plus précoce qu'en 2018 : dès le Chongqing Major de janvier 2019. Comme en 2018, la crainte peut alors être un certain relâchement : la DreamLeague du mois de mars montre qu'il n'en est rien. Cependant le MDL Disneyland Paris Major du mois de mai, après un très bon départ, voit Virtus Pro s'échouer en top 8 (suite notamment à une retentissante fessée infligée par OG), le pire résultat de cette équipe en deux saisons.

La qualification pour l'Epicenter, dernier Major de l'année, est obtenue à l'arraché : signe de fragilisation ? Le début du tournoi peut le laisser penser, avec une défaite contre Vici Gaming en poule, puis contre Team Liquid en Upper Bracket. En définitive, cependant, VP ne perd que face à ces deux équipes sur l'ensemble du tournoi - or, il s'agit des deux finalistes. La saison se conclut donc sur un top 3 loin d'être infamant. Mais, en dehors de Team Liquid et de Vici Gaming, Virtus Pro a-t-elle vraiment affronté la crème du moment ?

 

Les membres de VP

Ramzes666

VP 2019 ramzesLorsque Ramzes entre en compétition, il fait figure de jeune prodige. A 15 ans, il s'impose comme l'un des joueurs les plus prometteurs de la scène CIS et se fait rapidement recruter par Team Spirit. Peu avant les qualifications pour TI6, Team Empire le débauche, mais sans que cela débouche sur un bon résultat. Il intègre ensuite Virtus Pro en août 2016, pour y rester. Il a été le premier joueur à franchir la barre des 10 000 MMR.

  • The International 2017 : Virtus Pro, 5-6ème
  • The International 2018 : Virtus Pro, 5-6ème

Pur carry, Ramzes n'a à peu près jamais joué autre chose. Depuis un an, il échange toutefois de temps à autre sa ligne avec No[o]ne, en fonction des héros. Il peut jouer énormément de héros différents, mais il tourne généralement sur une poignée d'entre eux en fonction de la méta ou des stratégies d'équipe - tout en conservant la possibilité de surprendre l'adversaire avec un héros du coup moins attendu. Il a un certain nombre d'atouts dans sa manche, dont sa Broodmother dont il faut toujours se méfier. Son objectif est généralement de sortir d'une excellente phase de ligne, au cours de laquelle il joue de manière agressive, pour acheter rapidement quelques objets puis de participer autant que possible à l'offensive avec son équipe.

A surveiller : Broodmother, Terrorblade

 

No[o]ne

VP 2019 nooneNo[o]ne a, comme Ramzes, débuté la compétition jeune. Il s'est fait connaître en 2014 sur la scène CIS et a été recruté par Vega Squadron à la fin de cette année. Il reste avec Vega pendant deux saisons et joue en particulier aux côtés de 9pasha ou de Solo. Après une saison 2014-2015 très prometteuse, Vega perd peu à peu de sa superbe. Après une année de vaches maigres, No[o]ne rejoint Virtus Pro en août 2016. Il fait partie de l'équipe depuis lors.

  • The International 2017 : Virtus Pro, 5-6ème
  • The International 2018 : Virtus Pro, 5-6ème

No[o]ne fait partie des joueurs mid les plus en vue ; il pouvait sans doute être considéré comme l'un des deux ou trois meilleurs à ce poste en 2017 et en 2018, avec une capacité forte à gagner ses matchs 1v1, forçant l'adversaire à dégarnir les autres lignes pour le gérer. Il peut jouer énormément de héros différents, avec toutefois quelques angles morts, en particulier Arc Warden que Ramzes non plus ne joue pas. Il prend généralement ses héros signatures, avec une capacité à déjouer les attentes en sortant quelque chose de différent : au printemps, il a par exemple eu entre les mains plusieurs fois Ancient Apparition...

A surveiller : Invoker, Necrophos

 

9pasha

VP 2019 9pasha9pasha, dit Pacha, a presque toujours évolué en compagnie de No[o]ne : ils étaient ensemble dans de petites équipes de la zone CIS en 2014, ils sont passés ensemble chez Vega Squadron et y sont restés, ensemble, près d'un an et demi. 9pasha a quitté son coéquipier quelques mois en 2016, mais ses aventures ailleurs n'ont pas été concluantes. Ils se sont retrouvés en août 2016 chez Virtus Pro et, depuis, ils sont ensemble à nouveau. Relevons qu'il parle un très bon français.

  • The International 2017 : Virtus Pro, 5-6ème
  • The International 2018 : Virtus Pro, 5-6ème

En dehors d'une expérience comme carry en 2016, 9pasha a dédié sa carrière à l'offlane. L'évolution de ce poste depuis la saison précédente, avec une transformation en troisième core à part entière, lui convient de fait très bien. Au cours des dernières années, il a joué beaucoup de héros différents mais tourne la plupart du temps sur quelques uns seulement : depuis quelques mois, il s'agit de Brewmaster, de Pangolier et de Doom. Cependant, en dépit de la récurrence de ces picks, il peut toujours prendre autre chose - l'une des grandes forces de VP étant la capacité des joueurs à échanger leurs héros (entre les trois cores, de position 3 à position 4...), ce qui rend les drafts assez plastiques.

A surveiller : Pangolier, Nature's Prophet

 

RodjER

VP 2019 rodjerDernier arrivé chez Virtus Pro, RodjER est le seul joueur de l'équipe qui n'était pas présent dès les débuts. En août 2016, il était encore en train de croiser au sein d'équipes de second rang - depuis deux ans, tout de même. Au début de l'année 2017, il intègre Team Empire et participe au beau (et inattendu) parcours de cette équipe à The International. Natus Vincere le recrute après TI7, puis l'échange avec Lil en février 2018. Lorsqu'il intègre VP, la cohésion de l'équipe et ses performances déclinent. Son arrivée en remplacement de Lil donnent un second souffle à la line-up, dont RodjER s'impose immédiatement comme un élément clef - mais, actuellement, il a peut-être été un peu éclipsé par d'autres positions 4.

  • The International 2017 : Team Empire, 7-8ème
  • The International 2018 : Virtus Pro, 5-6ème

Support position 4, RodjER a avant tout été un jungler et un roamer exceptionnels, capable de faire la différence sur toutes les lignes au gré de ses déplacements (on le voit encore le faire de nos jours avec Earth Spirit ou Earthshaker, même si le roaming est passé de mode). Le passage aux dual lanes a fragilisé cette grande force, mais il s'est finalement adapté : il prend des héros qui naviguent entre la forêt et la ligne, ou entre l'offlane et le mid. Il a dispose d'une importante capacité d'adaptation qui lui permet de procéder à des échanges de héros avec 9pasha.

A surveiller : Enigma, Earthshaker

 

Solo

VP 2019 soloSolo est l'exemple même du miraculé de la scène compétitive : son parcours à lui seul justifie la persévérance de ces joueurs qui ne percent pas. Pendant des années, il n'était que l'un des petits poissons de la zone CIS, proie pour les grosses équipes. Mis au ban de la scène pro après son pari truqué, monsieur "322" (un meme parmi les plus célèbres sur Dota 2) a connu la rédemption lorsque Vega Squadron l'a intégré au printemps 2015. Il rencontre alors 9pasha et No[o]ne. Un peu plus d'un an plus tard, Virtus Pro lui confie la charge de monter une équipe - à un RodjER près, la Virtus Pro actuelle. Joueur longtemps méprisé, regardé au mieux comme médiocre, il s'impose chez Virtus Pro en tant que capitaine d'exception, capable de discipliner une équipe CIS !

  • The International 2017 : Virtus Pro, 5-6ème
  • The International 2018 : Virtus Pro, 5-6ème

Vétéran du support, Solo occupe de manière très claire une position sacrificielle au sein de Virtus Pro. Il se sacrifie pour son carry en début de partie, il sacrifie son argent pour les consommables destinés à toute l'équipe, il assume seul ou presque la charge de la vision, il sacrifie son corps pour encaisser les attaques ennemies, il sacrifie son âme pour obtenir des renseignements. Par ses actions, il permet aux quatre autres joueurs d'évoluer en toute sérénité, car il agit comme un paratonnerre. Grand joueur de Disruptor, son pool de héros a longtemps été un peu limité, mais il a tendance à se diversifier cette saison, en sortant du seul rôle de support défensif.

A surveiller : Oracle, Omniknight

 

ArsZeeqq

VP 2019 ArszeeqqDernière addition à Virtus Pro, ArsZeeqq rejoint la structure en tant que coach après The International 2018. Il remplace à ce poste ArtStyle, qui accompagnait l'équipe depuis mars 2017. ArsZeeqq fait ses débuts en compétition en compagnie de Resolut1on ou Mag~, ce qui n'est pas rien. Ce joueur de support écume ensuite les équipes de calibre moyen sur la zone CIS, sans jamais percer ni atteindre un tournoi international. En novembre 2017, après une année passée chez Effect, il devient le coach de cette même équipe. Team Empire le recrute à ce poste avec en ligne de mire la qualification pour TI8 (non atteinte) ; quelques mois plus tard Virtus Pro fait appel à ses services. Le moins que l'on puisse dire, c'est qu'il ne fait pas l'unanimité - mais il est toujours difficile de juger ce qu'apporte un coach à une équipe.

 

Les mots de la fin

Virtus Pro aborde The International 2019 avec la même line-up que l'année précédente - seul le coach a changé entretemps - et avec quatre joueurs qui ont déjà combattu ensemble en 2017. Comme en 2018, Virtus Pro a décroché sa qualification très tôt (en janvier 2019 !) suite à d'excellentes performances dans les Majors. Avec une victoire et deux places de finaliste, VP a longtemps occupé la première place au classement Dota Pro Circuit, en ne se faisant dépasser par Team Secret qu'à l'occasion de la MDL Disneyland Paris au mois de mai.

Cette équipe est impressionnante par la stabilité de son noyau dur comme de ses résultats... ce qui est peut-être inquiétant, puisque lors des deux TI précédents, Virtus Pro n'a pas réussi à se hisser au-delà du top 6. Cela pourrait satisfaire d'autres équipes, mais ce n'est certainement pas assez pour des joueurs qui ont abordé ces deux tournois en position de favoris. VP est-elle capable de briser le plafond de verre du top 6 de The International cette année, alors que la configuration actuelle ressemble tant aux précédentes ? Deux experts, aux points de vue très divergents, ont été convoqués pour partager leur avis :

Llewela : Malgré un faux pas au MDL Disneyland Paris Major, Virtus pro a réalisé une saison de haut vol. L'équipe possède toujours son esprit de jeu dynamique et agressif, mais semble beaucoup "carrée" dans ses décisions (que ça soit in game ou en draft). C'est un changement que l'on doit sûrement à leur très controversé coach. Je serais très déçue de les voir hors du top 4.

Hugo : Selon moi, ils ne feront pas mieux que les années précédentes. Ils sont globalement moins forts que l'année dernière. RodjER, No[o]ne ou Pasha sont plutôt Tier 2 à leur poste en ce moment, seul Ramzes est encore vraiment au top. Historiquement ils ont mal réagi à TI face à des équipes bien organisées et bien préparées. De plus la mentalité de l'équipe semble très laxiste : on les sent perdre en niveau depuis le début de la saison sans que ça semble les déranger. Du coup je pense que VP bénéficiera moins de la période de préparation à TI que les autres équipes.