Bienvenue sur JeuxOnLine - MMO, MMORPG et MOBA !
Les sites de JeuxOnLine...
 

Dossier The International 2015

Les équipes de The International 2019 : Evil Geniuses

11 juillet 2019 à 11:36 | Par Darwyn | 127 commentaires

En vue du plus gros tournoi annuel, les présentations des futurs concurrents se poursuivent : ce cinquième article s'attarde sur la meilleure équipe nord-américaine de la saison.


Depuis 2014, Evil Geniuses est l'un des plus grands noms de la scène compétitive mondiale. En dehors d'une victoire marquante à The International 2015, cette équipe nord-américaine accumule les troisièmes places comme aucune autre. En 2019, EG retente sa chance à The International, avec la même line-up que l'an dernier. Pour aborder ses chances de finir une fois de plus dans le top 3, Luciqno et Profchen, deux commentateurs de la FroggedTV, nous feront part de leurs éminents avis.

Retrouvez les articles précédents :

  1. Virtus Pro, vers un nouveau top 6 ? (invités : Llewela et Hugo)
  2. Team Secret, les archi-favoris (invités : Guiguioh et Renard)
  3. Vici Gaming, la jeune génération chinoise en force (invités : YouYou et Whyll)
  4. Team Liquid, en route pour un deuxième Aegis ? (invités : Hugo et Namax)

 

Top team depuis 2014

Evil Geniuses sur Dota 2 reste longtemps une équipe aux performances médiocres et inconstantes. A partir du début de l'année 2014, une nouvelle génération de joueurs est absorbée : ppd, zai, Arteezy, qui viennent s'ajouter à Fear et UNiVeRsE. Lors de The International 2014, EG finit dans le top 3. Au cours des années suivantes, ces cinq joueurs gravitent autour de l'équipe - ils y restent, en partent temporairement, reviennent, prennent du recul, reviennent... De cette première line-up à succès, il ne reste aujourd'hui qu'Arteezy, stabilisé chez EG depuis septembre 2016.

En janvier 2015, après les départs de zai et d'Arteezy chez Team Secret, EG recrute un très jeune prodige de la midlane, SumaiL. Le roster 2015 d'EG remporte le premier DAC et, surtout, The International 2015. Depuis janvier 2015, SumaiL est un Evil Genius, quasiment inamovible (il n'y a guère que l'an passé qu'il a passé une partie de son temps en offlane plutôt qu'au mid).

Après The International 2016, EG réintègre Arteezy et accueille un ancien OG, Cr1t-, qui prend en charge le capitanat de l'équipe. Ces deux joueurs forment, avec SumaiL, le nouveau noyau dur d'EG depuis septembre 2016, tandis que les joueurs plus anciens sont partis au fil du temps : UNiVeRsE en décembre 2017, Fear en mai 2018. Le dernier changement intervient d'ailleurs en ce mois de mai 2018, dans la foulée d'un ESL One Birmingham raté, acmé d'une saison creuse.

 

Vainqueurs à TI5

The international 2015. Depuis que Fear est parti fin mai 2018, le dernier champion de TI5 restant est SumaiL, qui brandit l'Aegis sur la photo.

 

En effet, depuis The International 2017, l'équipe nord-américaine ne parvient pas à trouver la formule juste. TI7 a été une grosse déception, le pire résultat enregistré depuis 2014, alors même que la saison 2016-2017 avait été plutôt réussie. Par la suite, EG accumule les places médiocres : un seul podium dans un Major, la Dreamleague saison 8 en décembre, et des top 6, des top 8... La dynamique du duo de cores Arteezy/SumaiL est mise en cause, ces deux joueurs ont tous deux besoin de trop d'espace et se marchent sur les pieds : EG évince alors UNiVeRsE pour basculer SumaiL en offlane, tandis que Fear prend la midlane, dans une tentative de diminuer la place à accorder au mid. Cette réorganisation est clairement un échec, SumaiL ne trouve pas ses marques tandis que Fear est souvent transparent.

En mai 2018, après un énième ratage, Evil Geniuses débauche deux joueurs d'OG, à la surprise générale (y compris celle de leurs anciens coéquipiers, pris de court). Fly, pourtant un fondateur d'OG et un ami de longue date de N0tail, et l'ancien champion de TI3 s4 rejoignent alors EG. Ce recrutement cavalier à ce moment met en péril la pérennité d'OG (dans l'immédiat, l'équipe européenne doit abandonner le Supermajor) et force EG à tout miser sur les qualifications pour The International - mais il est sans doute, à ce stade, la seule chance pour Evil Geniuses de terminer correctement la saison.

Etonnamment, cet ultime changement aboutit à replacer SumaiL au mid. EG tente une nouvelle fois le duo Arteezy/SumaiL, qui n'a pas vraiment fonctionné jusqu'alors, même s'il a été mis en oeuvre à plusieurs reprises depuis 2015. La nouvelle EG traverse sans difficulté l'Open Qualifier pour TI8. Le Qualifier est plus difficile : EG fait pâle figure au cours de la première phase (un maigre 4-3, nettement derrière le trio VGJ.Storm, OpTic Gaming et compLexity Gaming) - l'équipe décroche toutefois sa place pour The International. Dans la dernière phase de préparation, EG remporte le Dota Summit 9 ; bien qu'il ne s'agisse que d'un tournoi mineur, cette victoire place EG en tête de la scène NA, puisque VGJ.Storm comme OpTic sont distancées.

A The International 2018, Evil Geniuses démontre très vite que la mue du mois de mai était un bon calcul : EG finit deuxième de son groupe, devant PSG.LGD et à égalité avec Team Liquid. En dépit d'une défaite dans le Main Event face au frère ennemi OG, EG bat des équipes qui ont réalisé un parcours nettement plus impressionnant durant la saison : Virtus Pro, Team Liquid. Las, PSG.LGD, clairement trop forte, bloque le chemin d'une finale EG-OG et l'espoir d'un nouveau titre pour l'équipe (comme pour SumaiL et s4). Une fois de plus, Evil Geniuses termine à la troisième place de TI.

 

EG 2019 visuel

 

Une saison bonne ou mitigée ?

Il n'est pas surprenant qu'aucune modification n'ait été apportée après The International 2018 : en septembre 2018, EG est une équipe anciennement en grande difficulté, qui a su trouver les réponses adéquates afin de sortir du marasme presque miraculeusement. Le top 3 efface en grande partie le sceau de l'infamie apposé après le sale coup infligé à OG (la victoire finale de ces derniers permet aussi d'atténuer l'amertume).

Incontestablement, EG demeure dans le petit groupe de tête tout au long de la saison. Les six premiers mois se déroulent bien : top 3 dans les deux premiers Majors après avoir remonté largement le Lower Bracket, finaliste à la MDL Macao... Dans ces tournois, Evil Geniuses ne s'incline que contre les meilleures équipes du moment - Virtus Pro, Team Secret, Team Liquid.

Le troisième Major, conclu sur un top 8, est un peu plus en demi-teinte après une défaite inattendue contre Keen Gaming en Upper Bracket. Ce résultat un peu terne assure pourtant la qualification à The International 2019, apportant les points DPC suffisants. La barre est d'ailleurs redressée au Major Disneyland qui débouche sur un nouveau top 3. La finale de l'ESL One Birmingham montre qu'EG est presque capable de battre Team Secret, world boss incontestable de cette fin de saison.

Dans ce parcours incontestablement impressionnant, l'EPICENTER, ultime Major de l'année, fait tâche. Pour la première fois, EG rate sa phase de groupe (en perdant contre Gambit Esports) et entre dans les Playoffs par le Lower Bracket. Le hasard de l'appariement oppose EG à sa rivale OG, amputée toutefois de N0tail qui a des soucis de santé (et qui est remplacé au dernier moment par le coach, Socks). Ce qui s'annonce comme une victoire facile pour les Nord-Américains, avec une confortable avance aux alentours de la minute 30, se transforme en Bérézina en deux teamfights : EG se retrouve éliminée en top 16 par une équipe jouant avec un stand-in... Une situation difficile pour le moral des troupes qui peut être inquiétante à moins de deux mois de The International.

 

Les joueurs d'Evil Geniuses

Arteezy

Joueur d'origine canadienne, Arteezy débute sa carrière en 2013 - il est l'une des révélations de la fin de cette année. Début 2014, il intègre Evil Geniuses dans la première forme à succès de cette équipe. Durant les années suivantes, il oscille entre EG et Team Secret, avant de se fixer définitivement chez EG à partir de septembre 2016. Personnalité controversée dans les premières années en raison d'un ego surdimensionné, il s'est clairement assagi avec le temps, tandis que son style de jeu a mûri. Il reste handicapé par deux malédictions : les équipes dans lesquelles il se trouve ne gagnent pas TI et il finit toujours par se retrouver coincé sur une falaise (Cliffteezy) ou entre des arbres (Sprouteezy).

  • The International 2014 : Evil Geniuses, 3ème
  • The International 2015 : Team Secret, 7-8ème
  • The International 2016 : Team Secret, 13-16ème
  • The International 2017 : Evil Geniuses, 9-12ème
  • The International 2018 : Evil Geniuses, 3ème

Midlaner à l'origine, Arteezy a évolué vers le poste de position 1 et la safelane depuis plusieurs années. Il est aujourd'hui sans aucun doute l'un des meilleurs carrys au monde, avec des timings impeccables et une gestion millimétrée de son farm. Ces derniers mois, il prend généralement deux types de héros : ceux qui sont très forts en obtenant leurs premiers objets rapidement après avoir écrasé leur ligne, et ceux qui sont très forts lorsque la partie dure et qu'ils ont pu farm jusqu'à plus soif.

A surveiller : les falaises, Lycan

 

SumaiL

Autre prodige recruté très jeune par Evil Geniuses, SumaiL débute sa carrière compétitive directement chez EG, qui l'intègre en janvier 2015 pour remplacer... Arteezy, parti chez Team Secret. Ses premiers pas sont retentissants, puisqu'il remporte le DAC 2015 et, quelques mois plus tard, The International. Depuis, il n'a jamais mis le pied hors d'EG et TI9 sera le cinquième qu'il jouera consécutivement sous les couleurs d'EG, une longévité rare.

  • The International 2015 : Evil Geniuses, 1er
  • The International 2016 : Evil Geniuses, 3ème
  • The International 2017 : Evil Geniuses, 9-12ème
  • The International 2018 : Evil Geniuses, 3ème

En dehors d'une brève et peu convaincante incursion sur l'offlane au début de l'année 2018, SumaiL est un pur midlaner, l'archétype de ces joueurs pubstars qui ont été capables d'opérer leur transition dans une carrière professionnelle. Il arrive de temps à autre qu'il joue des héros qui ne lui sont pas habituels (dernièrement, Morphling avec un grand succès), mais la plupart de ses parties se déroulent sur ses héros phares, ceux dont il a poli la maîtrise au cours des années et qui sont de grands classiques de la midlane (Queen of Pain, Shadow Fiend, Leshrac et, bien entendu, son emblématique Storm Spirit). Ces héros revenant aujourd'hui, il bénéficie à plein de la méta actuelle.

A surveiller : Outworld Devourer, Storm Spirit

 

s4

Entré dans la légende en 2013 comme capitaine d'Alliance victorieux à The International, ce joueur suédois vient de Heroes of Newerth. Il quitte Alliance après TI4, fait une saison chez Team Secret dont il est, avec Fly, l'un des membres fondateurs, puis retourne chez Alliance. Le piteux résultat de TI6 montre que la vieille équipe tire à sa fin et il bascule ensuite chez OG, où il retrouve Fly, et y reste près de deux ans. En mai 2018, il quitte brutalement ses équipiers pour intégrer EG.

  • The International 2013 : Alliance, 1er
  • The International 2014 : Alliance, 11-12ème
  • The International 2015 : Secret, 7-8ème
  • The International 2016 : Alliance, 9-12ème
  • The International 2017 : OG, 7-8ème
  • The International 2018 : Evil Geniuses, 3ème

Ancien midlaner, s4 est devenu un joueur d'offlane depuis plusieurs années. Chez EG, il retrouve le rôle celui qu'il tenait chez Alliance, en dépit du changement de lane, celui d'un "playmaker", le meneur de jeu qui permet à son équipe d'engager le combat et dont les mouvements créent l'espace dont ont besoin Arteezy et/ou SumaiL. Il est donc logique de le voir en général sur des héros utilitaires comme Dark Seer, Doom ou Puck, héros emblématique de s4 qu'il jouait énormément au mid dans le temps.

A surveiller : Batrider, Puck

 

Cr1t-

Ce joueur danois a écumé les petites équipes européennes à partir de 2012 et a dû attendre l'été 2015 pour rejoindre une équipe avec de réelles ambitions. Il s'agit alors de Monkey Business, qui change rapidement de nom pour devenir OG, où il se trouve avec s4. Il passe une saison complète avec cette team et remporte plusieurs Majors. Après TI6, il change de continent et rejoint Evil Geniuses - TI9 est donc son troisième International au sein de cette équipe. Il a été capitaine chez EG la première saison, non sans difficulté, et a cédé ce rôle à Misery puis à Fly.

  • The International 2016 : OG, 9-12ème
  • The International 2017 : Evil Geniuses, 9-12ème
  • The International 2018 : Evil Geniuses, 3ème

Support patenté, Cr1t- a oscillé selon les binômes entre les positions 4 et 5. Avec Fly solidement chevillé à Arteezy, il est généralement position 4, un poste dans lequel il sait exceller. Il prend le plus souvent des héros avec beaucoup de contrôles et capables de bouger très tôt (Earth Spirit, Earthshaker...), un peu à la manière d'un roamer version 2017. Son panel de héros est en apparence classique avec une grosse pointe de Pangolier, mais Cr1t- a la capacité de jouer sans difficulté de nombreux héros que l'on verrait plutôt sur s4 comme Doom, Magnus ou Puck, ce qui confère une bonne adaptabilité aux drafts.

A surveiller : Io, Spirit Breaker

 

Fly

Ce joueur israélien débute sur Heroes of Newerth et passe l'essentiel de sa carrière en compagnie de N0tail, d'abord chez Fnatic (HoN puis Dota 2), puis chez Team Secret après TI4, enfin chez OG. Capitaine et co-fondateur de cette dernière équipe entre l'été 2015 et le printemps 2018, il y joue avec s4 et Cr1t- selon les moments. Son départ en mai 2018 d'OG en compagnie de s4 est une surprise, largement perçue comme une trahison à la fois par ses anciens coéquipiers et par une grande partie de la communauté. La suite lui donne cependant raison, pour EG comme pour OG.

  • The International 2013 : Fnatic, 7-8ème
  • The International 2014 : Fnatic, 13-14ème
  • The International 2015 : Complexity Gaming, 9-12ème
  • The International 2016 : OG, 9-12ème
  • The International 2017 : OG, 7-8ème
  • The International 2018 : Evil Geniuses, 3ème

Fly est avant tout un support défensif et un capitaine : ce sont ces deux postes qu'il occupe chez EG depuis mai 2018. Il peut piocher sans problème dans une bonne vingtaine de héros qu'il a appris à maîtriser tout au long de ses années en compétition, ce qui lui laisse de nombreuses options ouvertes et permet de coller au mieux au besoin du reste du draft.

A surveiller : Visage, Oracle

 

BuLba

EG 2019 bulbaAncien joueur pro, BuLba est surtout connu comme membre de l'ancienne Team Liquid, du temps où il s'agissait d'une équipe nord-américaine. Il a une très longue carrière derrière lui, qu'il a commencée en 2007 sur DotA : il n'est donc pas étonnant qu'il ait écumé les équipes de la scène NA, y compris EG. En 2016, il se retrouve projeté au premier plan en passant successivement par Evil Geniuses, Team Secret puis Team Liquid, sans que le public comprenne bien pourquoi tant il apparaît à un oeil extérieur comme un maillon faible de chacune de ces lineups (et les performances de ces équipes se sont toutes améliorées après son départ). Après avoir végété dans des équipes moins importantes l'année suivante, Evil Geniuses en fait son coach en décembre 2017, un rôle qui semble lui convenir à merveille, d'autant plus qu'il est réputé pour être extrêmement bon drafteur.

 

Les mots de la fin

Trois top 3 à The International en 2014, 2016 et 2018, une victoire en 2015 ; trois top 3 dans les cinq Majors de la saison présente et, au fil des années, des titres innombrables. Peu d'équipes au monde peuvent se targuer d'un tel palmarès. Cette version d'EG, née dans la précipitation et dans le trouble, se révèle plus que solide - elle parvient, enfin, à trouver la bonne formule pour faire coexister Arteezy et SumaiL, grâce au soutien des trois autres joueurs. Il reste cependant une barre à franchir pour remporter, enfin, la victoire. Evil Geniuses est-elle en mesure de devenir la première équipe au monde à remporter deux Aegis pour elle-même et pour deux précédents vainqueurs ? Luciqno et Profchen ne sont clairement pas d'accord sur la réponse à donner à cette question.

Luciqno : Je crois fort en EG. La line-up stable depuis un an a atteint une certaine maturité. Elle est capable de battre les meilleures équipes et de s'adapter aux changements de la méta. Les joueurs ont un cumul d'expériences des plus impressionnants, ils sont capables de faire face à la pression de TI. Certes, le problème d'EG reste les dernières marches : depuis plusieurs années, EG court après un titre majeur. Mais du coup ils sont dans une position d'underdog qui leur permettra sans problème d'arriver dans le top 3. Pour moi, la victoire est à portée de main, mais pas assurée - elle dépendra des cliffs d'Arteezy et des drafts de Fly.

Profchen : Je pense qu'il y a trois raisons qui font qu'il est impossible pour cette équipe de gagner TI9. D'abord, elle n'arrive pas à se dépasser, surtout dans les matchs les plus importants (cf. le match contre OG à l'Epicenter). Ensuite, il y a la "Arteezy curse". Et EG n'est pas assez surprenante. L'équipe s'adapte certes bien à la méta de chaque tournoi mais n'a pas la petite touche qui permet de prendre l'adversaire à contrepied. Du coup, ce sont des adversaires trop lisibles.